Astuce pour nettoyer les gobelets en plastique

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

 

La plupart des peintres utilisent des récipients en plastique pour y mettre l’eau, ils sont légers, facilement transportables et ne se brisent pas en tombant au sol.

En ce qui me concerne, j’ai un faible pour les contenants à usage alimentaire dotés d’un bec verseur, il me permet de doser en douceur la quantité d’eau que je souhaite laisser dans mes pinceaux.

J’utilise des produits de qualité et des pigments de premier choix, mais certains sont « lourds » et vont tout droit se fixer au fond du récipient. Le savon étant interdit au nettoyage, il y a deux solutions pour éliminer les traces de pigment.

pour info : il faut changer l’eau des gobelets à chaque nouvelle aquarelle sous peine de ternir le travail. Je préconise l’usage d’un grand gobelet pour rincer un pinceau sale et d’un deuxième gobelet pour prendre l’eau sur pinceau propre.


Le nettoyage au chiffon ou à l’essuie-tout

Si l’on dispose d’assez de chiffons (il faut en changer régulièrement) ou si la réserve d’essuie-tout est suffisante, cette solution peut convenir à chaque fois que le gobelet est assez grand pour y introduire la main munie du chiffon. Les aquarellistes qui font du grand format utilisent généralement un seau donc il est facilement nettoyable même à l’éponge.

Nettoyage à brosse

Pour les contenants plus étroits (suffisants jusqu’au format raisin) il vaut mieux utiliser une brosse spécial-bouteilles car un pinceau même dur s’abîmerait trop rapidement.

  En observant bien les brosses pourtant professionnelles… (rien n’est techniquement parfait en ce bas monde) on s’aperçoit que le bout des brosses comporte une pointe métallique ou plastifiée et que les poils vont vers les côtés au lieu d’aller aussi vers le bas. J’ai eu l’idée de tordre la brosse de manière à ce que les poils qui la constituent soient plus opérationnels. Voici une photo de la brosse tordue… qui a fait son temps mais qui peut encore remplir son rôle…

grâce à mon astuce, vous n’aurez PLUS JAMAIS ça :

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR


Cycle de l’eau et astuces…

© contenu intégral du site sous copyright

°

 


En aquarelle, indépendamment du fait que parfois on mouille son papier pour le tendre… il y a des techniques qui exigent que l’on travaille sur papier plus ou moins humide…

Il y a différentes phases dans le séchage progressif du papier et selon l’effet voulu on choisira le moment précis où il faut apposer le médium.

Pour mieux comprendre, nous allons immédiatement passer à l’aspect « pratique« … Prenez un papier aquarelle et posez-y une goutte d’eau… et juste à côté, étalez de l’eau au pinceau sur la feuille…  On prend de l’eau du robinet, ou, encore mieux, de l’eau déminéralisée…

Voici en gros les phases que l’on peut observer :

(c’est bien plus technique que cela mais ceci n’est qu’une BASE, je développerai ultérieurement)

> EAU RESTANT EN SURFACE
> (certains Enseignants décomposent cette première étape
> en phase-lentille puis miroir mais je préfère simplifier, et
> résumer  par rapport à ce que j’ai appris chez différents peintres)

> BRILLANCE DU PAPIER
> Après l’inondation initiale, l’‘eau commence à rentrer dans le
> papier et sa structure apparaît.


> PAPIER MI-MAT
> Sur papier non-tendu seuls les creux restent humides.
> Sur papier tendu, l’eau commence à entrer en profondeur dans le papier.
> Le papier brille encore un peu.

 


> PAPIER MAT-FRAIS
>
La brillance est pratiquement inexistante à ce stade.


>

> PAPIER MAT-SEC
> En apparence le papier est sec mais au toucher on le sent
> encore humide.

> PAPIER SEC
> séchage complet à coeur.

Les débutants commencent généralement par apprendre la technique sèche, puis à mouiller une partie seulement de leur travail…

Mine de rien, l’aquarelle est très technique et ce n’est qu’au bout de quelques années d’intense pratique qu’on peut vraiment exploiter à fond les différentes techniques liées au cycle de l’eau.

Technique sèche

Elle correspond au papier tel qu’on l’achète.
La technique sèche est idéale pour les croquis aquarellés en outdoor et les motifs très dessinés par exemple les architectures. Ceux qui travaillent sur chevalet verront, en technique sèche, l’eau et le médium-transparent couler assez rapidement vers le bas du papier sans entrer en profondeur dans celui-ci. C’est également ainsi qu’il faut peindre un ciel avec forte pluie car ainsi le mouvement vertical est suggéré.
Exemple fait rapidement en gare de Bischwiller :

TECHNIQUE SEMI-HUMIDE

La technique semi-humide consiste à humidifier tout-ou-partie du papier avant d’appliquer son médium. Selon la qualité du papier, et du médium, les effets diffèrent. Cette technique permet des suprises souvent agréables au fil du travail et surtout de s’initier à la magie de la rencontre entre l’eau et le médium.

On peut combiner cette technique avec des réserves de blanc ou des réserves-par-non-mouillage-du-papier…

TECHNIQUE HUMIDE

La technique humide est idéale pour les pochades et travaux rapides. Le papier a été humidifié à l’éponge ou au pinceau avant application du médium au gros pinceau (large & plat pour le ciel, puis pinceau à lavis).

Pour un même travail, les effets seront différents selon que la papier soit légèrement incliné ou à plat.

Juste après l’application du médium, on peut faire quelques retraits à la carte bancaire. Pour les autres types de retrait, il convient d’attendre. Les différents types de retraits sont évoqués ici. Certains tableaux  « modernes » se font entièrement sans pinceau, par retraits à la CB, ou à l’essuie-tout.

Il faut aussi savoir qu’il y a le faux-humide… consistant à démarrer sur papier entièrement sec et à donner l’illusion d’un travail dans l’humide. Exemple :

Dans la manière de peindre classique, on commence par la technique humide pour l’arrière-plan et on travaille progressivement en avant plan au fur et à mesure de l’évaporation de l’eau. Exemple :

TECHNIQUE HUMIDE SUR HUMIDE

Elle nécessite un papier mouillé à coeur donc trempé. Il faut éviter de le tremper dans une douche ou une baignoire et pour ceux qui manquent de place j’ai inventé un systéme génial.

Voici un tableau exécuté en humide-sur-humide :


Il n’y a pas une technique-meilleure-qu’une-autre, il faut les connaître toutes et parfois joyeusement les mélanger dans nos Créations.

Selon le papier utilisé, sa qualité d’encollage, son grammage et le traitement que vous lui ferez subir, le résultat sera différent. C’est pour cela que je recommande vivement de n’utiliser qu’une ou deux sortes de papier mais de qualité. On connaît ainsi son papier par coeur et on n’a plus à tâtonner.

Pour ceux qui n’ont pas encore essayé tous les papiers existant sur le marché et qui n’ont pas encore trouvé « LEUR » papier, voici une petite ASTUCE  qui facilitera grandement les opérations…

Gardez soigneusement vos chûtes de papier et rangez-les dans un TRIEUR en indiquant la marque et le grammage.

Lorsque vous commencerez une aquarelle, sélectionnez un petit papier de même qualité, et faites-lui subir exactement le même traitement que celui que vous appliquez au travail en cours…


Les « pros » ont quant à eux une très grande marge d’un côté au moins du travail et à chaque coup de pinceau donné sur le travail correspond un coup de pinceau sur la surface-essais.


C’est une astuce largement répandue,  que j’ai observée sur le terrain à la fois chez des pastellistes et des aquarellistes.


Elle s’avère particulièrement intéressante pour le travail par superposition de couches et permet d’éviter les mauvaises surprises mais aussi de tester le degré exact d’humidité du papier donc de trouver le meilleur moment pour intervenir selon l’effet souhaité
(exemple : gestion des auréoles)

… à vos pinceaux… et bons essais !

 ALLENBACH CHRISTIANE MODELE VIVANT 20 x 20 cm FEMME

 

 

Pourquoi un Artiste doit aussi maîtriser la couture…

Article ancien sur sac de transport à faire soi-même, je l’ai supprimé car la plupart des artistes n’ont pas le temps de le faire…

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

Encadrements-maison, semi-professionnel et professionnel

selbst & billig einrahmen, für halb-Profis & Profis…

paramétré pour 3 miniatures sur une ligne, si votre écran est réglé autrement merci de ré-ajuster en appuyant simultanément sur Ctrl et + (ou -) du pavé numérique.

Dieser Artikel hat drei Kapittel :
> selbstgebastelten Passepartout in Standardrahmen für Hobbymaler
> Passepartout & Rahmen für semi-professionnellen Einsatz
> Passepartout & Rahmen für Profis.

Cet article comporte trois chapitres :
> les passepartout faits-maison dans cadres standard
> les passepartout & cadres à usage semi-professionnel
> les passepartout & cadres à usage professionnel.

PASSEPARTOUT-MAISON

(économique)

HAUSGEMACHTER PASSEPARTOUT

(wenn’s Geld knapp ist…)

correspondances papier / cadre

übereinstimmung Papier / Rahmen

Matériel

Rouleau de papier-peint

ou autre support épais…

Ruban-cadeaux ou carton

Material

Tapetenpapier, oder etwas anderes, dass ziemlich dick ist…

Geschenkband oder Papp…

 

couper le support aux dimensions du carton fourni avec le cadre

(atelier non nécessaire, la table de la cuisine avec support fait l’affaire)

Das gewählte Material nach mit Rahmen geliefertem Papp zurechtschneiden

(Werkstadt nicht nötig, der Küchentisch mit Unterlage tut es auch)

Poser l’aquarelle sur le support et dessiner le contour externe

Aquarell auf Tapete (oder Papp) legen und den äußeren Rand abzeichnen

 

Puis penser à reproduire

la marge laissée sur l’aquarelle sinon il faudra recommencer…

Dann daran denken, den Spielraum der beim Aquarell freigelassen wurde, dazuzurechnen, sonst muss man wieder von vorn’ anfangen…

 

Découper au cutter, sortir la partie du milieu et la réserver pour des passe-partouts  plus petits.

Mit  Kutter ausschneiden, Mittelpartie herausnehmen und für kleineres Passepartout  aufbewahren

 

Choisir du ruban/carton dont la couleur s’harmonise avec la peinture…

Ein Band(oder Papp) wählen, dessen Farbe gut zum Gemälde passt

Fixer ici et là un bout
de scotch sur le ruban

Hie und da ein wenig Klebeband auf das Geschenkpapier kleben, so :

 

fixer soigneusement sur les quatre côtés

sorgfältig an die vier Seiten fixieren

ensuite, faire une
finition esthétique

Dann eine ästhetische
Endbearbeitung machen

 

poser dans l’encadrement choisi

in den gewählten Rahmen einfügen

poser la peinture par dessus

(bien droite) et fixer à 2 coins au scotch

Bild schön gerade darauflegen, mit Klebeband an 2 Ecken leicht befestigen

poser le carton livré avec le cadre par-dessus, il sera utile si par la suite on re-change l’image dans le cadre

geliefertes Papp darüberlegen, wenn man später das Bild wechselt
kann es nützlich sein

fermer l’encadrement et rajouter éventuellement une ficelle si dans votre mur il y a un clou à la place d’un crochet…

Rahmen zumachen und eventuell eine feste Schnur fixieren, falls in Ihren Wand ein Nagel statt ein Hacken ist…

terminer… reste plus qu’à accrocher

fertig, ist  nur noch aufzuhängen

 

Diese Art, einzurahmen, ist geeignet für alle die knapp bei Kasse sind aber etwas Geduld mitbringen. | Ce type d’encadrement convient à merveille pour ceux donc l’escarcelle est chroniquement trouée… et qui disposent d’un peu de patience.

Für Hobbymaler also bestens geeignet. | Convient parfaitement aux artistes-amateurs.

Einrahmen ist nicht sein Holzrahmen fabrizieren.
Nein.
Einrahmen besteht daraus, ein Kunstwerk, hauptsächlich für ein Aquarell, effizient von den meisten Umwelteinflüsse & Säuren zu schützen. Im Klartext heißt das ein « Paket »  machen aus Passepartout, Aquarell & säurefreies Papp, und dieses dann in den passenden Rahmen einsetzen, dann gut verschließen. Allerdings muss man dann trotzdem noch auf die richtige Temperatur und Beleuchtung Acht geben.

Encadrer, cela ne veut point dire faire le travail du menuisier pour confectionner le cadre, puis découper le verre…
Non.
Encadrer un tableau consiste à fabriquer un « paquet » constitué d’un passepartout, de l’oeuvre elle-même, dans mon cas de l’aquarelle, et d’un carton sans acide, et de mettre l’ensemble dans un cadre en fermant bien. Ceci ne dispensera toutefois pas d’entreposer ou d’accrocher le tableau à une bonne température avec un éclairage approprié.

Die Vielfalt ist gross und man weiss nicht immer welchen Rahmen wählen… früher mochte man es gern’ pompös, heute sollte ein Rahmen einfach aber schön sein.
Le choix est grand et on ne sait pas toujours quel cadre choisir… autrefois on aimait l’encadrement pompeux, mais la tendance actuelle est à l’élégante-sobriété.

Hier einige Beispiele wie ein  Bild aussehen kann je nach Rahmenwahl… voici un exemple de travail dans divers cadres…

Viele  EDV-Programme bieten z.Z. diese Möglichkeit… doch manchmal weiss der Fachmann am besten wie das geht. Deshalb rate ich allen die nicht zu viele Rahmen brauchen, sich fachmännisch beraten zu lassen. | Beaucoup de logiciels offrent cette possibilité mais parfois l’homme-de-l’Art sait mieux ce qui convient et je conseille à ceux qui n’ont besoin que de quelques cadres par an à se laisser conseiller par un professionnel de l’encadrement.

Ein Künstler der nicht unbedingt selbst basteln möchte, kann auch  Passepartout und Rahmen separat kaufen und dann farblich so abstimmen dass es ihm passt. Dieses Verfahren ist nicht zu kostspielig wenn man Standard-Rahmen benutzt. Diese kann man z.B. bei Boesner oder Gestäcker, finden… aber es gibt sehr viele Möglichkeiten zu schönen Rahmen zu kommen.

Un artiste qui n’a pas forcément envie de bricoler peut toutefois encadrer lui-même en achetant séparément le passepartout et le cadre, et les assortir ainsi parfaitement à son sujet. Cette procédure n’est pas trop onéreuse en utilisant des cadres-standard comme on peut en trouver chez Boesner ou au Géant.

Eine Alternative wäre, sich Material zu kaufen und die Passepartout selbst zu-zuschneiden. Dafür muss man mir einer Anfangsumme von 150 € rechnen und danach… mit sehr viel Abfall. Kurz gesagt, es lohnt sich nicht immer… aber dafür hat man dann sehr kreative Rahmen die nirgendwo anders auf der Welt existieren. Bloss… ein schönes Bild sollte einfach eingerahmt sein sonst kommt es nicht zur Geltung.

Une alternative consiste à s’équiper en matériel pour fabriquer soi-même les passepartout. Il faut compter avec une somme de départ de 150 € et ensuite… avec beaucoup de déchets. Ce n’est pas forcément rentable, par contre on aura toujours plus de créativité et surtout l’assurance de savoir que ce cadre-là sera unique au monde. Mais il ne faut pas oublier qu’une belle peinture gagne à être encadrée sobrement…

Ohne etwas gegen Ikea zu haben, muss ich hier doch sagen dass ich von der Rahmenqualität enttäuscht bin. An einem Rahmen sollte man NIE sparen sonst muss man zwei Mal einrahmen. So passierte es mir schon ein Mal, dass ein billig-Rahmen, erst am Vortag gekauft, in der Nacht herunter fiel weil das Hängesystem nicht solide genug war, und was das Querformat 70×30 anbelangt, war ganz schnell das Ikea-Holz vom Gewicht verformt… das alles innerhalb einer Woche. Was über A4-Format ist… sollte von guter Qualität sein und vom Fachhandel stammen, natürlich mit entsprechender Beratung.
Sans vouloir « descendre » Ikéa, je voudrais ici toutefois souligner le faut qu’en ce qui concerne leurs encadrement je fus très déçue. Pour un cadre il ne faut JAMAIS chercher à économiser sous peine d’avoir à encadrer deux fois. Ainsi il m’est arrivé avec un cadre prix-discount, acheté la veille, de l’entendre tomber la première nuit où il fut accroché tout simplement par manque de solidité du système d’accrochage. Un autre, de format 70×30, s’est déformé sous son propre poids en moins d’une semaine après l’achat. Tout ce qui dépasse le A4 devrait à mon sens être d’excellente qualité et acheté dans un commerce spécialisé avec conseils d’un spécialiste.

Ein Profi-Künstler (der meistens Workshops organisiert) hat meistens keine Zeit, seine Passepartout selbst anzufertigen… denn das Wort « Selbständig » enthält zwei « Teile » die zu 100 % passend sind… ein Künstler arbeitet rund um die Uhr und muss alles selbst erledigen.  In einer Firma kann die Aufgabe verteilt werden, bei einem Selbständigen leider nicht. Und krank darf er auch nie werden, denn es tut sich nichts von alleine…
Un peintre professionnel (surtout s’il organise des workshops) n’a généralement pas le temps de confectionner lui-même ses passepartout. Le vocable allemand correspondant à une micro-entreprise est composé des parties « soi » et « tout le temps » qui résument parfaitement le fait qu’un Artiste-peintre se décarcasse du matin au soir voire du soir au matin. En entreprise on peut déléguer les tâches, là ce n’est pas le cas. Par ailleurs, en cas de maladie, rien ne se fait tout seul…

Ein Profi ist daher anspruchsvoller was die Rahmen und die Passepartout anbelangt, denn alles muβ wie am Schnürchen klappen…
Un professionnel sera donc plus exigeant par rapport à la qualité d’un passepartout et d’un cadre car tout doit marcher comme sur des roulettes.

Fertige « Pakete » sind tabu weil meistens sehr schnell umgerahmt werden muss u.a. für Ausstellungen…
Les « paquets » scotchés sont ici interdits car il s’agit parfois de décadrer/recadrer très rapidement d’une exposition à l’autre…

Ein Rahmen muβ nicht nur das Kunstwerk effizient zur Geltung bringen, er muss auch solide sein und wenn möglich leicht zu handhaben. Also von hochwertigem Material sein… Ein solcher Rahmen hält auch was aus, u.a. wenn Kinder im Haus sind, oder bei Ausstellungen. Das Glas sollte auch entsprechend solide sein. Trotzdem tut man gut, alles immer senkrecht aufzubewahren oder zu transportieren.
Un cadre ne doit pas seulement mettre une oeuvre bien en valeur mais se doit d’être solide et maniable. Donc d’être confectionné en matériau de qualité… Un tel cadre tiendra aussi le coup s’il y a des enfants dans la maison ou pour les expositions. Le verre devra être solide. Mais il vaut tout de même mieux de le stocker ou de le transporter verticalement.

Da ich das alles von der Pike gelernt habe… bin ich zum Entschluβ gekommen, u.a. für Groβformate die Einrahmung nur von einem geübten Profi machen zu lassen. Ich habe mit Fachmänner gesprochen, mit Leute die gerne kreativ selbst-einrahmen und auch mit Galeristen und Einrahmung-Spezialisten. Letztere sind einfach unübertrefflich was Ratschläge anbelangt, und man kann bei ihnen, vor Ort, 300/400  Sorten von Formteile sehen und anfassen… und ebenso viele Passepartout.
Ayant appris tout cela sur le tas j’en suis arrivée à la conclusion que pour les grands formats, je ne laisse faire l’encadrement que par un encadreur expérimenté. J’ai discuté avec des spécialistes comme avec des personnes aimant l’encadrement créatif, mais aussi avec des galeristes et encadreurs « pros ».Chez ces derniers on peut voir/toucher 300/400 moutures et passepartouts.

Ich bin meinen Kunden schuldig, die « beste » Qualität anzubieten.
Natürlich verkaufe ich nach wie vor am liebesten ohne Rahmen, aber ich gebe immer meine Kunden eine gute Adresse wo man nicht nur beste Qualität um einen anständigen Preis erwerben kann sondern auch sicher ist dass dann alles passend ist. Es gibt nichts über fachmännischen Rat und man sollte sich Zeit nehmen, mit dem Profi über seine Wünsche sprechen, damit dann alles passt, und man lange Jahren Freude am eingerahmten Bild hat. Ich bekomme manchmal von meinen Kunden ein Bild geschickt wo ich sehen kann wie sie es haben einrahmen lassen… das freut mich immer.
Je me dois d’offrir à mes clients la meilleure qualité en matière d’encadrement (un expert-ès-encadrement dispose par exemple d’une presse à vide, inabordable à titre individuel.
Naturellement, je continue de vendre la plupart de mes oeuvres décadrées mais pour ceux qui le souhaitent, je leur communique une bonne adresse où ils peuvent trouver à prix raisonnable un encadrement de qualité. Le conseil d’un « pro » est inégalable et il faudrait se prendre le temps de lui faire part de nos souhaits pour que son travail nous convienne. Je reçois parfois une photo de mes clients pour me montrer comment ils ont encadré l’aquarelle que je leur ai envoyée et cela me fait toujours plaisir.

Ci-dessous, cadre de chez l’encadreur avant hermétisation à l’adhésif brun… j’aime que même l’envers du décor soit BEAU.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

Versand | Envoi

 

Ein Kunstobjekt gut einzupacken… ist auch eine Kunst.
Beispiel(e)…
Emballer une oeuvre d’Art… c’est aussi de l’Art…
Exemple(s)

Reist ein eingerahmtes Bild… so darf man weder an Luftpolsterfolie noch an Verpackung gespart sein… | Si un tableau doit voyager avec cadre… il s’agit de ne pas économiser a niveau papier-bulles et emballage…

Ein Bild reist aber meistens « natur » ohne Rahmen, so wie hier :
Un tableau voyage généralement décadré comme ici :

Hier Versand gerollt | ici envoi en rouleau

 

 

 

Pinceau-épée

 

Les pinceaux-épée ont plus ou moins de ventre… et leur usage convient particulièrement chaque fois qu’on a besoin d’une grande souplesse dans les traits… mais aussi d’une part d’inattendu au niveau du rendu…  Pour avoir une entière liberté au niveau de la gestuelle, il vaut mieux, même si on a l’habitude de peindre assis(e) se lever pour exécuter un travail au pinceau-épée. Cette manière de procéder garantit une plus grande amplitude au niveau du geste et surtout une totale liberté dans le mouvement.

 Quelques sujets convenant à ce type de pinceau, fait le plus souvent en poils d’écureuil :

  • herbe, roseaux, tiges de fleurs
  • forêt
  • abstrait ou semi-abstrait
  • les cheveux épars, sur un portrait
  • le plumage d’un oiseau

Travailler de bas en haut… en tenant le pinceau à son extrémité pour avoir plus d’amplitude…

On peut aussi, en appuyant, utiliser le pinceau-épée de la même manière que les chinois utilisent le pinceau-à-lavis pour faire des feuilles. Pour ce faire, tracer sur feuille plutôt sèche des tiges en tenant le pinceau assez verticalement puis tirer le pinceau-épée latéralement dans le sens où l’on veut faire des feuilles plus épaisses. Selon qu’on appuie ou non, on peut obtenir des feuilles marquées ou seulement leurs contours… mais il vaut mieux faire une courbe douce qu’un virage en épingle-à-cheveux.

On peut aussi utiliser la tranche du pinceau épée ou le plat de son « ventre »… selon l’effet voulu. Après acquisition, faire de nombreux essais, c’est plus instructif que la théorie…

Par ailleurs, ce pinceau est idéal pour mouiller une feuille de manière irrégulière dans le but d’obtenir des effets spéciaux, ou alors pour faire des projections (d’eau ou de médium).

En France on n’en trouve pas tellement, et il faut parfois s’approvisionner à l’étranger… Mais la grande fluidité dans le travail mérite qu’on l’essaie.

 Ce que l’on ne peut PAS faire avec un pinceau-épée :

 – les travaux de précision, réalisme…

– les retraits

– donner des valeurs

Par rapport à ce dernier point, l’usage du pinceau épée sous-entend à mes yeux qu’on travaille plutôt les effets spéciaux… textures etc…  et dans tous les cas le lâcher-prise, la spontanéité. Le pinceau-épée ne convient pas à ceux qui ont un besoin total de contrôle de leur travail… ni ceux qui travaillent en tout petit format (carte postale etc…)

La peinture chinoise (médium) convient très bien pour le pinceau-épée, les godets sont grands et permettent un prélèvement aisé du médium. Les tubes conviennent mieux pour un travail sur fond humide… la peinture doit dans ce cas être pâteuse sinon ça file…

Le pinceau-épée est pour moi synonyme de liberté, d’évasion, de grands espaces, de plaisir… Il parle avant tout à notre côté émotif… rêveur… subconscient. Il est particulièrement adapté à la peinture intuitive ou méditative mais totalement exclu dans les architectures…

Le pinceau détermine la technique… donc il est bon de faire le tour de tout ce qui existe avant de choisir son style… alors… vive les nombreux essais.

Article actualisé le : 29 décembre 2014 :

La marque de pinceau-épée que j’utilise ne se trouvant plus en magasin, il faut se rabattre sur des pinceaux similaires, comme par exemple ceux-ci (cliquer sur l’image pour aller chez le fournisseur) :

 

 

trouver des grilles

Certains d’entre vous m’ont demandé où on peut trouver des grilles pour une exposition…

N’en achetez pas…

Les offices de tourisme et les organisateurs d’expositions collectives en ont, et les mettent gracieusement à disposition des Artistes en cas de besoin, même pour des expositions en plein air.

Même si vous faites une journée portes-ouvertes dans un local vide, il y a moyen de trouver des grilles sur place…

J’ai aussi testé le fait d’avoir ses propres grilles… et même si elles ne furent pas chères, ce n’est rentable que si vous avez un immense Atelier et plus assez de place sur vos murs…

Si toutefois vous souhaitez en acquérir, il faut avant achat tester si elles rentrent dans une voiture « ordinaire », pour les miennes cela n’est pas le cas. En effet, la location d’un J9 n’est pas toujours rentable pour une exposition…

J’ai trouvé une excellente alternative en exposant quelques tableaux sur un chevalet, ça fait classe et le public aime bien.

mes grilles sont ici

 

Sous verres ?

 

Ich berichtete neulich über die Wahl eines Rahmens, inzwischen wollte ich aus finanziellen Gründe nicht so viel ausgeben und habe Glas-ohne-Rahmen probiert… | J’ai évoqué récemment le choix du cadre. Voulant faire quelques économies, j’ai aussi testé les sous-verres…Aus finanzieller Sicht, könnte man meinen es lohnt sich, nicht ordentlich einzurahmen, sei es für eine Ausstellung oder nur um bei sich selbst die Bilder billig an die Wand zu hängen… Groβer Fehler… Warum können Sie hier lesen… | On pourrait penser qu’il est plus économique d’exposer, chez soi ou en Exposition, en mettant juste sous-verre. Grande erreur, et voici pourquoi…

 

  • oft ist das gepresste Karton hinter der Glasscheibe schon beim Kauf krumm und verbogen, das kriegt man nicht mehr hin…
  • souvent, déjà à l’achat, il s’avère que le carton-pressé derrière le verre n’est déjà plus plane, c’est irrécupérable

  • komischerweise ist bei Kleinformate das Glas schön dick und bei Groβformate ganz dünn also dementsprechend zerbrechlich
  • paradoxalement, pour les petits formats, le verre est bien épais alors que pour les grands formats il est mince et par conséquent très fragile

 

  • Für Kleinformate bring man meistens das Geld zum einrahmen auf, also warum bloss ein Glass kaufen ?
  • Pour des petits formats, l’encadrement de qualité reste accessible, alors pourquoi choisir la médiocrité d’un sous-verre ?

 

  • Der Transport eines Bildes mit nur Glasscheibe, ohne Rahmen, ist völlig ausgeschlossen… die Scheibe geht meistens zu Hause schon beim Putzen kaputt… und zwar in tausend kleine Stücke die ein sehr tiefen Schnitt in die Hände machen falls man nicht zeitig los gelassen hat…
  • Le transport d’un travail sous verre de est entièrement à exclure, le verre se casse souvent déjà à la maison lorsqu’on le nettoie… et en mille morceaux qui coupent profondément dans la main si on n’a pas pu lâcher à temps…
  • Nebenbei möchte ich hier erwähnen dass Glasscheiben für Aquarelle nicht mit Sprühli gewaschen werden sollten weil da meistens scharfe Produkte drin sind, das kann bei dem leisesten Kontakt mit dem Bild, wenn das Passepartout nicht dick genug ist, zu Schaden kommen…
  • Accessoirement je voudrais souligner ici le fait qu’il ne faut jamais nettoyer une vitre pour aquarelle avec un liquide  ménager  parce qu’il contient souvent des produits acides qui attaquent l’aquarelle surtout lorsque le passepartout se révèle n’être pas assez épais.
  • Unter Glas, ist ein  Bild nicht von Insekten und vor Laum geschützt…
  • Sous verre, une aquarelle n’est protégée ni des insectes, ni de la buée
  • nach zehn Jahren löst sich meistens das Klebeband oder der Kleber,  der Bild und Passepartout zusammen hält… unter Glas geht das noch viel schneller und mann muss sowieso neu einrahmen…
  • après une dizaine d’année, le scotch ou la colle qui assemblent aquarelle et passepartout se détachent et en sous-verre cela arrive encore bien plus rapidement qu’encadré, il faut donc de toute manière ré-encadrer…
  • Man sagt oft : wer billig einkauft, zahlt zwei Mal… also hier ist es wirklich wahr. Wenn man alle kaputte Scheiben zusammen zählt, das schlechte Ergebnis, das Befallen von Schädlinge, dann lohnt es sich wirklich, fachmännisch einzurahmen.
  • On dit souvent : qui achète pas-cher paie deux fois… et ici cela se vérifie particulièrement. Lorsqu’on totalise tous les verres cassés, le mauvais résultat, l’attaque du papier aquarelle par les insectes, on réalise que c’est vraiment nécessaire d’investir dans un cadre correct.
  • Auβerdem hat man oft eine Menge unnötige Kartons und Zubehör übrig… mit kaputter Scheibe ist das nicht mehr zu gebrauchen und nicht einmal mit Acryl-Farbe kann man drauf malen weil ja Löcher im Karton sind…
  • En plus on risque très vite, vu le nombre de casse de vitres, de se retrouver avec un nombre incalculable de cartons inutilisables même pour peinture acrylique, en raison de leurs trous… idem pour les autres accessoires :
  • Und… noch etwas Wichtiges, bei vielen Ausstellungen ist Glas-ohne-Rahmen total verboten. In den Galerien sowieso, das kommt gar nicht gut rüber…
  • Enfin, point non négligeable, dans beaucoup d’Expositions, les sous-verres sont totalement interdits. Dans les galeries de toute manière, cela ne met pas le travail en valeur.
  • Man wird sehr schnell feststellen das sich die Ausstellungen eigentlich finanziell nicht lohnen… man hat mehr Ausgaben als Einnahmen… aber bleibt… die Freude, seine Arbeit zu zeigen.
  • On constatera très vite qu’exposer n’est jamais rentable, on a plus de dépenses que de rentrées mais reste… le plaisir de montrer son travail.
  • Malen ist vor allem Freude am Schönen !
  • Peindre c’est avant tout aimer la Beauté !

 

könnte Sie eventuell auch noch interessieren : Passepartout
peut éventuellement vous intéresser aussi : articlePassepartout

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

éliminer les particules de gomme

Wenn sie wie ich direkt auf dem Aquarellpapier vorzeichnen, und manchmal radieren müssen, ärgern sie sich vielleicht auch ab und zu mal über die kleinen Partikel die dann auf dem Aquarellpapier sind… man kann sie bei Groβformate nicht immer in den Papierkorb wischen… | Si comme moi vous dessinez directement sur votre papier Aquarelle et êtes parfois obligés de gommer, vous vous énervez sans doute aussi de retrouver sur votre papier des particules de gomme qu’avec un grand-format on ne peut pas toujours évacuer dans une poubelle…

Ich mache das so… je procède ainsi :

Breites Klebeband wählen, egal welche Marke. Hat man als Artist immer in Reserve… | Choisir un scotch large, peu importe la marque… on en dispose toujours en tant qu’Artiste.

Ein Stuck wegziehen ohne abzuschneiden und so um die Rolle wickeln dass die klebrige Seite nach aussen ist. | Dérouler une bande sans la couper et l’enrouler en sens inverse sur le rouleau de manière à ce que la partie collante se trouve à l’extérieur.

Hand in die Rolle und… über das Papier gleiten lassen.
Mettre la main dans le rouleau et parcourir ainsi le papier.

Alle Radiergummipartikel bleiben dran hängen.
Toutes les particules de gommes adhèrent au scotch large.

 

Man kann für kleinere Fläche auch einfach eine Bande abschneiden und flach auf das Aquarellpapier legen (ohne Druck auszuüben) dann abheben. | On peut aussi se couper une bande de scotch large pour les petites surfaces, le poser alors sans pression sur le papier aquarelle puis l’enlever.


Ich wünsche Ihnen viel Freude beim Vorzeichnen und malen.
Je vous souhaite beaucoup de plaisir en dessin et peinture.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

Passepartout

Article devenu caduque du fait qu’entre le tout-début de mes expositions et maintenant j’ai d’autres exigences.

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR