STRUCTURES | granulations, filaments et rendu moderne

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 

 


ALLENBACH CHRISTIANE TEXTUREDans mon art « privé » je cherche à faire des choses relaxantes qui me changent de ce que je mets en vente. Les études de pigments en font partie, comme l’exemple supra que je viens de réaliser avec des restes dans un joyeux mélange mais SANS aucun additif ni blanc….

CHRISTIANE ALLENBACH VAGUESCHRISTIANE ALLENBACH ROCHER DE CASCADE

Je recherchais aujourd’hui une structure moderne… car en aquarelle comme dans le design, il y a des « modes »… (mais les modes passent et le vrai savoir-faire lui il reste…)

allenbach-christiane-filaments-mp>> d’autres textures comme celles-ci se trouvent dans mon chapitre « abstrait » mais la clientèle européenne n’apprécie guère ce style, j’ai testé.

CHRISTIANE ALLENBACH MARQUE PAGES RACINESJe suis un petit peu nostalgique de l’époque où le Savoir-Faire était tel qu’on pouvait se passer des additifs modernes dont je parle parfois en démo mais qui court-circuitent la phase d’apprentissage en apportant instantanément ce que seul un long apprentissage devrait permettre.

C’est peut-être aussi la raison pour laquelle certains grands Artistes gardent toujours pour eux une certaine partie de leurs atuces ? Je n’en sais rien, à vrai dire… mais j’imagine que beaucoup voudraient être Calife-à-la-place-du-Calife et en discutant un peu ici ou là… avec les plus Grands… je me suis rendue compte que la générosité dans l’Enseignement a toujours ses limites. C’est un peu en Art comme sur le plan spirituel : si on donne des outils à une personne manquant de maturité cela ne lui apportera strictement RIEN… car elle restera enlisée dans son actuel potentiel… Une nouvelle technique c’est avant tout une longue maturation… il ne faut jamais vouloir mettre la charrue devant les boeufs…

D’autre part chaque Artiste qui re-découvre lui-même un Savoir-Faire qui existe depuis des millénaires en aquarelle, et dont on trouve des traces vérifiables dès les années 1950 tant en Asie que par chez nous… met un copyright dessus… et il n’est évidemment pas question de produire un quelconque conflit en produisant des tableaux similaires à ce qui peut déjà exister sur le marché. Mais il est clair qu’en ce qui me concerne je me réserve la liberté de produire des oeuvres nées spontanément d’une envie de sortir un peu de mes habituelles productions… je cherche avant tout à ne pas m’enfermer dans du figuratif à tendance réaliste… les plaisirs en peignant sont très différents…

D’autre part, sauf à peindre des tableaux très abstraits comme le fait une artiste qui a à peu près mon âge et que j’admire pour la sérénité qu’elle met dans ses travaux, l’utilisation et l’intégration de tels effets est plutôt difficile.

IL FAUT EN FAIRE UNE OEUVRE à PART ENTIERE sinon ni les structures, ni les filements ou autres brindilles obtenues par granulation ne sont mises en valeur. Les additifs ne sont nullement nécessaires et le papier ne joue pas énormément non plus… tout est dans le cycle de l’eau et le choix du pigment et c’est aussi la raison pour laquelle c’est difficilement montrable : quelques secondes parfois suffisent pour que l’on obtienne tout à fait autre chose que ce qu’on voulait… Je rajoute que les additifs outre le fait qu’ils ne nous apprennent rien… produisent un effet de brillance et ça ne fait pas naturel du tout surtout en regardant le travail de biais et pas en ligne droite…

J’ai intégré déjà quelques effets similaires dans des aquarelles mais elles ne sont toujours pas vendues… ce n’est pas forcément ce que l’on aime faire que les collectionneurs recherchent…

CHRISTIANE ALLENBACH 40 x 50 cm LES AILES DU COEURALLENBACH CHRISTIANE RECONSTITUTION 30 x 40 CM 450 gALLENBACH CHRISTIANE APRES LA TRAITE 50 x 50 CM ARCHESCHRISTIANE ALLENBACH STRUCTURE FILAMENTEUSEJe reviendrai plus en détail sur ce chapitre une fois que j’aurais pu compléter mes recherches personnelles par l’acquisition de nouveaux pigments, pas forcément ceux qui sont à la mode mais là je ne fonctionne qu’avec des restes et il faudrait pouvoir investir un peu avant de continuer à explorer de nouvelles pistes.

Ici encore quelques petits formats faits avec des restes mais l’utilisation de « restes » en joyeux mélange n’a jamais pu servir de base à une étude sérieuse… Mais ces petits essais font partie des choses que l’on doit apprendre soi-même et qui ne peuvent pas vraiment être transmises… J’enseignerai éventuellement cette technique aux personnes prenant des cours à l’année dès que je les aurais mis en place… je cherche toujours une structure externe pour le faire… et uniquement en fonction de leur potentiel et de leur amour pour la technique…

ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS COULURES ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS COULURES (1) ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS COULURES (2) ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS COULURES (3) ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS COULURES (4)CHRISTIANE ALLENBACH ABSTRACTION ESSAIALLENBACH CHRISTIANE QUELQUES FILAMENTS ALLENBACH CHRISTIANE FILAMENTS AUTOMNE ALLENBACH CHRISTNOUVELLE STRUCTURE AUTOMNECHRISTIANE ALLENBACH ZENITUDE 15 x 15 cm CHRISTIANE ALLENBACH 15 x 15 cm PLONGERCHRISTIANE ALLENBACH EFFETS MODERNES CHRISTIANE ALLENBACH EFFETS SPECIAUX FILAMENTSCHRISTIANE ALLENBACH FOND STRUCTURECHRISTIANE ALLENBACH SKETCH MONTAGNARD STRUCTURE

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

website  >>> https://peinturemamanlotus.fr/
Facebook  >>>      https://www.facebook.com/pages/Allenbach-Christiane-Watercolor/425141794199091?ref=hl  
©  ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,
à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…



Spirales

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


En dessin on a parfois besoin d’une spirale et on peut hésiter sur son tracé. J’ai appris à la tracer… en couture car c’est « LA » solution idéale & &économique pour faire un très long biais sans couture et de largeur parfaitement égale…

Pour l’Artiste, les spirales sont très utiles pour les détails d’architecture, par exemple le fer forgé, volute, vitrail etc… J’irai même plus loin… IL EST VITAL de savoir rendre les spirales car elles existent naturellement PARTOUT dans le monde visible ET invisible... dans le Cosmos, et dans les règnes minéral végétal, animal, humain… A titre d’exemple regardons l’intérieur d’une coquille d’escargot ou un fossile, la queue d’un caméléon ou d’un hippocampe, un trou noir dans l’espace… le balancement en spirale d’une plante qui grandit. C’est moins visibles sur certains sujets mais énormément visibles sur d’autres comme par exemple le chou romanesco qui reflète la suite de Fibonacci… Il y a même des spirales dans notre Adn, dans notre cerveau et… dans notre Kundalini… et l’oiseau qui profite d’un courant d’air chaud pour s’élever plus haut le fait aussi en spirale… cela laisse pensif… Les spirales sacrées existaient déjà bien avant les Pyramides… La Nature est plus Créatrice que l’homme…

Autre exemple : notre glande pinéale a la même spirale que… les pommes de pin (déjà reprises sur les architectures égyptiennes et pas par hasard car sur l’architecture sacrée la pomme de pin représente le 3ème oeil… mais aussi la Renaissance… il y a même une statue sacrée sur une énorme pomme de pin au… Vatican).

Citation de Goethe : « la Beauté est un terme désignant les Lois Naturelles secrètes qui autrement seraient restées cachées à nos yeux ».

La spirale sacrée reprise naturellement par la Nature dans les corps de tous les règnes a inspiré l’homme à concevoir des symboles (celui de la pharmacie par ex) mais aussi des objets comme : fouets-pour-cuisiniers, des bétonnières (si-si, regardez DEDANS), des escaliers-en-spirale, des vis… mais ces découvertes ne furent pas faites avec le mental car le mental nous éloigne de la Spirale sacrée…  La Sagesse a été fragmentée de plus en plus au fur et à mesure de l’essor de la pensée mathémathique-et-technique…

La Spirale-Sacrée c’est le lien entre le monde intérieur et le monde extérieur… Ceci n’est pas que de la philo mais devrait vous motiver à OBSERVER la Géométrie partout… et à vous donner envie d’apprendre à la dessiner.

Il faudra savoir faire la spirale de face… et en perspective.

Il y a différentes spirales, nous allons ici voir comment se font les plus simples… cela dépannera l’Artiste dans ses besoins les plus courants.

Spirale régulière :

Sur une droite, tracer un petit demi-cercle au-dessus de la droite.
Doubler le rayon du compas pour faire le deuxième demi-cercle. Sur mon dessin j’ai alterné les couleurs en dessinant à chaque fois le rayon du cercle. On observera l’alternance entre deux points de départ pour les rayons, tantôt 1. le centre du 1er cercle, tantôt 2. le centre du second cercle. C’est un jeu d’enfant et assurément un grand plaisir que de voir cette spirale s’agrandir sur sa feuille.  Ceci est la manière la plus simple, telle que je l’ai apprise.

Une façon plus complète de procéder, peut s’avérer nécessaire lorsqu’il faut faire un dessin hyper réaliste suggérant de manière précise l’enroulement de la matière… car notre spirale doit à ce moment là doubler.  (j’avais ici un lien « mathématique » dont l’adresse a changé… sorry)Mais cela relève plutôt du dessin industriel que de l’Art, sauf bien sûr hyper-réalisme, encore que souvent les Artistes se servent de projection pour gagner du temps, quitte à louper leurs perspectives. Mais pour celui qui veut comprendre et bien faire… les Anciens ont trouvé toutes les solutions bien avant nous. Merci à Eux.

Dans le même ordre d’idées, il existe des spirales à trois centres, à quatre centres, puis à cinq, six etc… Très intéressant, leur centre est toujours structuré selon le polygone correspondant.  En commençant par tracer le cercle avec le polygone au nombre de côtés qui nous intéressera, nous sommes dans le « juste »… A ce sujet le lecteur pourra revoir étoile à cinq branches et à six branches… figures géométriques pouvant servir de base aux polygones correspondants.

Voici une spirale à six points (faite sur du papier bureau assemblé au scotch pour ne pas gâcher une feuille grand format), cela m’a procuré beaucoup de joie de la tracer. J’indique les rayons successifs avec des chiffres et une flèche. Le même type de spirale peut être tracé en mettant le cercle initial contenant le polygone en perspective.
S’intéresser à la géométrie, c’est avoir l’assurance de produire des croquis justes, et toujours une joie.

– à vos compas –

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

Tracer un OVALE au compas

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Autant l’ovale d’un visage gagne à être dessiné rapidement, soit en partant du cercle soit en partant du rectangle – autant pour une architecture ou un autre travail de précision, il est parfois nécessaire de faire son tracé au compas ou à la corde… Il y a plusieurs méthodes possibles :

Ovale inscrit dans un rectangle

C’est le premier qu’on apprend car généralement il peut se faire à main levée.  Voici la manière la plus rapide…

Ci-dessous, mais en version cercle, une manière plus précise, il suffira de transposer en rectangle plus ou moins long pour avoir l’ovale voulu…

Pour les explications à venir, désolée de la mauvaise qualité des photos mais je n’ai toujours pas de scanner…

ovale en forme d’oeuf

la première part d’un cercle divisé en croix, dans lequel on inscrit un triangle avec pointe vers le bas. Le compas a donc pour premier rayon le cercle lui-même et pour deuxième rayon le diamètre de ce même cercle. On pose ensuite la pointe du compas à l’intersection de droite entre triangle et croix, et l’on trace une première courbe. On inverse les côtés et on fait pareil. Ensuite, partant de la pointe du triangle, on réduit le rayon du compas de manière à tracer l’arrondi qui termine l’ovale. C’est facile et rapide. Ce tracé donne un ovale en forme d’oeuf.

ovale régulier

Pour tracer un ovale symétrique et régulier on fait deux cercles de même taille ayant leur centre sur la même ligne. Ensuite on monte une droite aux intersections et on trace un « V » partant du bas de l’intersection des deux cercles. Ce « V » doit passer par la ligne horizontale sur laquelle reposent les centres du cercle. En prenant comme rayon le diamètre entier des cercles prédédents et en plaçant la pointe-de-compas à la pointe de ce « V » on obtient la courbure d’ovale. Faire pareil de l’autre côté et hop, le tour est joué.

Ovale symétrique plus allongé

Pour trouver la droite verticale lorsque les cercles ne s’entrecroisent pas il faut procéder comme suit :
– tracer une droite
– tracer deux cercles assez éloignés l’un de l’autre
– au compas diviser le segment entre les deux centres
– monter la droite
– tracer un « V » rejoignant la circonférence de chaque cercle
mais ayant sa base sur la verticale. Le descendre plus ou
moins selon que l’ellipse doit être ventrue, ou pas.
– Placer la pointe du compas à la base du « V » et tracer le
ventre de l’ovale. Faire pareil de l’autre côté. Pour la symétrie
reporter la hauteur géométrique obtenue au compas.

L’intérêt de procéder ainsi c’est qu’on peut doubler l’ovale obtenu pour tracer une figure géométrique très précise, comportant une distance égale entre deux ovales dont l’un se trouve dans l’auttre… 

 

Beaucoup de dessinateurs utilisent des plastiques comportant des ovales mais cette astuce ne convient pas s’il faut intégrer les ovales dans un dessin déjà existant avec une perspective déterminée par les autres éléments de la compostion. D’où l’intérêt d’apprendre à les tracer correctement. 

Il y a quantité d’autres variantes mais les exemples supra suffiront à la plupart des Artistes dans leur usage courant. Tracer une ellipse à la corde est suffisamment connu pour qu’on n’ait pas à y revenir et convient en fait surtout pour les fresques ou les tracés au sol.

Apprendre à faire un tracé est bien plus RAPIDE que de mal calquer ou d’utiliser un « patron » qui serait faux alors… à vos crayons & compas !

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

Trait ou masse, en dessin ou peinture

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 actualisé le 29 avril 2017


 

La plupart des personnes construisent leurs peintures comme on construirait un coloriage. Le résultat est très différent… voyons cela en détail.

ALLENBACH CHRISTIANE A LA BOSSE SKETCH

DESSIN PAR LA LIGNE

En dessin, l’enfant ou le débutant commençe généralement par poser les formes telles que nous les connaissons… Donc pour un oeil, on pose le contour et on pose la couleur… cette démarche, poussée dans sa perfection, peut aboutir à des peintures trop « léchées » ayant un rendu plus qu’artificiel même si le style voulu peut devenir hyper-réaliste.

Il faut donc faire la distinction entre le dessin au trait destiné à rester tel quel, et là le trait « juste » prend toute son importance. Voici un exemple d’étude au trait attribuée à Bloemaert  (image de chez Wikipédia) qui nous montre qu’un trait juste peut se passer de couleurs…

J’irai même plus loin : le trait s’il est juste peut aussi se passer d’ombres même si parfois elles sont suggérées… tout est dit PAR LA LIGNE

Il est bon de connaître toutes les techniques et de choisir laquelle convient sur le moment à ce que l’on veut faire ou alors de parfois les mélanger allègrement pour un travail qui a du cachet.

donne de bons résultats à la ligne… le tradio que l’on peut combiner par un pinceau à réserve d’eau pour un rendu plus fini…

ALLENBACH CHRISTIANE A LA BOSSE TRADIO

DESSIN PAR LES HACHURES


Aux Beaux-Arts on apprend toutefois à aborder l’oeuvre autrement… Au lieu de dessiner le contour, on pose les principales « masses » par le biais des hachures. Pour ce faire, sur le papier, on commence par mettre une petite croix là représentant le soleil. Ensuite on hachure logiquement son sujet sans en faire les contours. Je fais mon exemple au STYLO à ENCRE pour un meilleur rendu photographique. Les hachures n’ont pas besoin d’être mathématiquement exactes, voir exemple, mais ce sont elles qui vont nous permettre de poser les valeurs puis les contours, sachant que tous les contours n’ont pas forcément besoin d’être précisés… l’effet n’en sera que meilleur.

Ensuite on fait petit à petit l’ébauche des contours. Ici sur un petit sujet unique les traits ont le même sens mais sur une grande scène les traits pourront avoir un sens différent. Voir résultat plus loin…

D’aucuns trouvent cette technique plus compliquée que la construction par les formes géométriques (donc en plaçant les lignes dans un volume). Mais elle est la seule qui convient pour dessiner sur le motif en plein air une scène un peu compliquée, car elle permet de ne pas trop avoir à regarder sa feuille… et de placer les ombres aux bons endroits. Voici un exemple réalisé en pleine nature, dans lequel on aurait fini par « loucher » en choisissant d’aborder uniquement le travail par la ligne…

La technique des hachures permet de saisir l’essentiel en fort peu de temps, et donne un aspect spontané au dessin. Autre avantage, on s’écarte du rendu trop scolaire d’un croquis…

En résumé : les contours sont remplacés par des hachures ou des groupes de hachures, et les détails sont posés petit à petit. On peut peaufiner ou juste suggérer… c’est dans tous les cas sympa. Ici le stylo était à l’étroit sur trois sujets pour un papier A4 mais en grand format cette technique est des plus sublimes…

Sur le motif donc sujet devant soi, il faut plisser les yeux au lieu de les garder normalement ouverts.

Voici donc des roues de camion normales (ci-dessus) et maintenant, voilà comment on peut les percevoir une fois les yeux plissés : les zones ombrées sont renforcées et le tout est légèrement flouté… En peinture, cette manière de regarder aide beaucoup.

Les hachures permettent donc d’aborder à la fois les masses et les valeurs…

La ligne et la masse peuvent se côtoyer, mais en phase d’apprentissage il est bon de séparer les techniques. Par la suite c’est l’approche de l’Artiste qui déterminera si le travail part des masses ou des contours…  Les lignes & contours conviennent aux études sur les proportions, aux silhouettes, aux arrières-plans… L’approche par les masses convient aux ambiances et au sujet principal.

En dessin, les masses peuvent être suggérées par des hachures simples à un seul sens, ou un entrecroisement de hachures. En aquarelle, on va jouer sur les lavis, les superpositions, les injections de couleur en zone humide…

Ce qui est important c’est que le spectateur doit clairement voir le choix de l’Artiste. Les essais tièdes sont donc à proscrire… il faut franchement utiliser la technique choisie.

Le pinceau petit-gris permettra de faire des lavis à l’Encre et à l’Aquarelle pour dégager les masses qui seront ensuite retravaillées par le rythme et certains détails…

Ceux qui ont appris à dissocier cerveau-droit et cerveau-gauche apprécieront les masses car elle fait appel à la partie DROITE du cerveau ! yessss !

L’idéal c’est bien sûr… on ne le répètera jamais assez… de faire avant toute aquarelle une vignette ou miniature monochrome, en y inscrivant les masses et en réduisant les valeurs à trois ou quatre. C’est très formateur et permet d’aborder autrement la suite. Les valeurs seront abordées séparément…


Cet article sera régulièrement actualisé car peu importe notre niveau, nous n’avons jamais fini d’apprendre. C’est tout simplement passionnant.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

Diviser un segment ou une droite en deux parties égales

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Certains d’entre vous m’ayant demandé de refaire une petite synthèse, voici deux méthodes simples et sans calculs mathématiques qui permettent de diviser une longueur donnée en deux parties égales. On va aussi dans la foulée voir quand-et-pourquoi…

La première solution s’applique essentiellement dans les constructions à main levée ou les perspectives plus poussées faites à la règle… Elle peut se faire facilement et rapidement et offre l’avantage de pouvoir également fonctionner lorsque la forme géométrique est en perspective. Le milieu sera toujours juste.
(pour la photo du dessous on peut dans la foulée faire une ellipse)

Lorsqu’on n’a pas besoin de faire un tracé sur une forme géométrique en perspective mais qu’on dispose d’un compas donc plutôt en Atelier… c’est encore plus rapide :

pour diviser un segment en deux au compas
cliquez ici

L’ouverture du compas doit à la louche représenter un peu plus de la moitié du segment à diviser, peu importe laquelle, il faut juste garder le même rayon pour les deux courbes. Leur intersection donne la division et du même coup un angle parfaitement droit.

à vos outils !!!

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

Polygone à sept côtés

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 

Matériel : compas, crayon, équerre, papier.

Le plus simple, c’est de tracer son cercle sur une droite de sept centimètres facilement divisables…

Mais si notre structure doit s’intégrer dans un dessin déjà en place cela n’ira pas, il faut donc partir du cercle de la taille qui colle… et faire autrement la division en sept segments égaux. Une division à la règle n’est pas possible, à titre d’exemple, neuf centimètres divisés par sept donnerait  = 1,285…

N’aimant pas les maths… écartons aussi toute formule compliquée, le bonheur réside dans la simplicité.

Nous allons géométriquement y arriver par projection en passant par une droite « de secours »… Cela n’est pas difficile… nous allons partir d’une droite devant ensuite s’inscrire dans un cercle ici non dessiné pour simplifier les explications. Du haut de ce segment nous allons dessiner la droite des mesures (ou de projection)…

On a ensuite deux possibilités :
a) se servir d’une règle et y tracer sept marques égales
b) faute de règle, tracer les marques égales au compas
b) (partir alors d’un premier point posé arbitrairement appelé 2.)

L’équerre par contre est ici obligatoire car avec elle on va relier chacun des points ainsi obtenus à notre droite initiale. La projection sur le segment de départ nous donne donc sept mesures rigoureusement égales et SANS CALCUL (ouf !).

Ma présentation « manuelle » plutôt qu’un tracé informatique est moins esthétique mais je préfère bosser à l’ancienne. C’est mon choix. C’est plus précis que les logiciels dont je dispose…

Il suffit donc de trouver le milieu en inscrivant ce segment dans un rectangle divisable par croix, puis d’y tracer au compas notre CERCLE.

Prendre ensuite comme rayon de cercle le segment de base, et tracer sur la droite le point central « de travail » duquel on va faire partir les côtés du polygone.

Après traçage de la 1ère ligne (qui part du point central de travail en passant par la  2ème mesure en partant du haut de la droite de base) et du 1er côté, il suffit de reporter la longueur du segment obtenu au compas… et de tracer les côtés à la règle. Ensuite un petit coup de pinceau… et hop le tour est joué.

à vous maintenant !

à quoi ça sert ?

à tracer correctement des visseries, fenêtres, roues d’engin, ou toute autre perspective nécessitant des côtés égaux…

On peut, sur le même principe, diviser un cercle en un autre nombre de parties égales.

Ce polygone servira également de base pour construire une spirale à sept points dans le cadre d’une architecture : c’est hyper important.

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

Changer son échelle en dessin

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

CHRISTIANE ALLENBACH | EQUERRE SUR SEGMENT PROJECTION ET SEGMENT DE BASE


 

CO

Le dessin artistique doit être juste à la fois en échelle, en perspective et en qualité du trait. Il se différencie du dessin industriel par sa touche artistique et son trait vivant mais toujours dans le respect des lignes justes.

Voici quelques possibilités pour ceux qui ne souhaitent pas dessiner en taille 1:1 donc en grandeur nature.
Je recommande toutefois, pour apprendre, de garder ce rapport 1:1 tout simplement parce qu’il est idéal pour éduquer l’oeil. Il ne faudrait passer à une autre échelle donc transposer mentalement que lorsqu’on peut rendre sans se tromper les proportions justes telles qu’on les voit. Pour le tester, se mettre face à son sujet, et en dessiner une partie. Mesurer ensuite à la pige ou à la règle et vérifier si cela colle. Avec un entraînement quotidien d’une quinzaine de minutes on y arrive assez rapidement.

Minimaliste, je recherche toujours une simplicité maximum même si le problème est parfois plus complexe qu’il n’y paraît, nous allons donc écarter les calculettes, compas et autres outils… Pourquoi ? parce que pour dessiner DEHORS, qu’il s’agisse de paysage, perspective ou nature morte… on n’emmène généralement que le minimum. Ensuite… parce que ce même minimum permet de produire un travail correct et même plus que correct… Alors pourquoi se compliquer la Vie ?

Tout d’abord, revoyons ce qu’est une échelle car entre nos cours de techno et notre actuel parcours un certain nombre d’années se sont sûrement écoulées… L’échelle c’est le rapport la mesure de l’objet qui se trouve devant le dessinateur et la mesure avec laquelle il va choisir de la représenter.

Exemples :
> 1:1 = grandeur nature
> 1:2 = réduction de moitié
> 2:1 = grandeur double par rapport au sujet

Pourquoi est-il nécessaire de changer parfois le rapport 1:1 donc de passer d’une grandeur « nature » à une autre dimension sur le papier ?

Voici quelques exemples (liste non exhaustive)  :

  • dans le travail avec un modèle vivant, la disposition du sujet  par rapport aux chaises d’élèves, prévoit généralement un travail sur feuille de format raisin. On peut se déplacer mais avancer ou reculer n’est pas possible sauf séance individuelle (plus chère que si plusieurs personnes s’associent pour payer un modèle). Dès lors que certains arrivent avec un bloc à dessin plus petit… voire un sketchbook… ils doivent mentalement transposer les mesures… Les étudiants des Beaux-Arts, formés à ce type d’exercice, se passent aisément de tout système de mesure mais les autres gagnent (au moins au début) à vérifier leurs mesures. Je dis ici vérifier car je conseille toujours de ne se servir d’un outil que comme moyen de contrôlejamais comme supplément à la technique propre à chaque Artiste.
  • Dehors, face à un immeuble… il est évident que nous aurons un problème d’échelle : nous avons donc le choix soit de nous éloigner physiquement du sujet jusqu’à ce que le rapport 1:1 aille sur le papier que nous avons emmené. Dans l’inverse, on peut aussi s’en rapprocher… Il faut toutefois garder à l’esprit que si nous avons besoin de peindre le sujet en y incluant des détails, il nous faudra après avoir dessiné les contours avec recul, nous en rapprocher pour mieux voir ces détails, de manière à les retranscrire avec exactitude. Une aquarelle d’ambiance pourra se passer de cette dernière démarche si la perspective est juste dans son ensemble.
  • Cela peut sembler étrange que j’évoque cette possibilité de déplacement de l’Artiste alors qu’il suffit de convertir les mesures… mais sur le terrain, lorsqu’on se déplace, on découvre aussi très souvent un point de vue bien plus intéressant pour dessiner que celui que l’on avait initialement sélectionné. Certains sujets complexes nécessitent également que l’Artiste en fasse le tour avant de commencer le dessin car il devra suggérer ce qui ne se verra pas pour donner l’impression « juste ». Je rajoute que parfois il ne faut pas juste s’éloigner ou se rapprocher, mais aussi monter ou descendre pour avoir une idée de ce que donne le sujet en montant ou descendant la ligne d’horizon.
  • Dans tous les cas où la configuration interdit à l’Artiste de se déplacer, le changement d’échelle permettra d’avoir un travail adapté au support choisi.

Pour contrôler si l’oeil a transposé la bonne mesure sur le papier, qu’elle soit, simple, double ou différente, nous disposons de différents systèmes que je vais évoquer du plus simple au plus élaboré… Mais commençons par le commencement…

  • Le cadrage, étape préliminaire à toute esquisse ou dessin, est expliqué ici et je n’y reviendrai pas autrement que pour souligner qu’il faut toujours s’assurer, avant de commencer, que TOUT ce que l’on a choisi de dessiner rentre sur la feuille. Bien sûr on peut sciemment opter de ne rendre qu’une partie d’un sujet mais cela entre alors dans la composition personnelle plutôt que dans la partie basique du cadrage. Fait intéressant, c’est en procédant au cadrage qu’on se rend compte s’il faut ou non changer d’échelle. Le plus simple est, bien sûr, de passer du simple au double.
  • Une fois le cadrage fait, il convient de choisir mentalement la disposition du sujet sur la place délimitée sur le papier, selon que l’on souhaite respecter ou s’affranchir des règles de composition.
  • L’étape suivante… et c’est indispensable, c’est de tracer au crayon (avec ou sans règle, au choix) sa ligne d’horizon. Le lecteur trouvera quelques illustrations ici. Cette ligne est à tracer légèrement mais entièrement car pour un rajout d’éléments que l’Artiste n’aura pas sous les yeux elle est indispensable. Qu’il s’agisse d’un sujet spécial-perspectives comme une chaise, un banc ou une maison ou alors seulement d’un vase avec un bouquet… la ligne d’horizon est absolument indispensable car elle détermine la logique dans laquelle les différents éléments de la composition vont être transposés. Voici un ancien pas à pas qui le démontre.
  • Pour l’échelle 1:1 ou 2:1, la pige est amplement suffisante. Ceux qui n’ont pas de pige fine peuvent prendre leur crayon ou une règle métallique mais dans la nature on peut aussi se servir d’une branchette et à défaut d’une chûte de papier aquarelle découpée de manière appropriée.

Pour la prise d’une unité de mesure à la pige, il est bon de fermer un oeil. Les porteurs de lunettes vont devoir faire attention à ne pas regarder par dessus leurs verres pour la prise de mesure et à travers pour dessiner.

 

 

  • La prochaine étape va être, une fois le cadrage fait et la composition ébauchée en tête (via une vignette c’est mieux) de reporter les VERTICALES stratégiques puis de vérifier les angles et de tracer les fuyantes. On trace ensuite les figures géométriques dans lesquels viendront s’inscrire les immeubles, arbres, personnages ou objets… Il faudra avec la pige prendre les mesures globales plutôt que d’additionner des segments ce qui est toujours légèrement inexact. Un angle rigoureusement exact par rapport au sujet s’obtient avec deux simples tickets-tram ou autres cartons…

 

  • Les plus méticuleux peuvent avoir recours à la règle pour dessinateur mais en outdoor elle est encombrante (30 cm de long et triangulaire). Elle permet de mesurer en taille réelle (1:00) mais aussi en 1:10, 1:20, 1:25, 1:50 (selon le fabricant).
  • Une bonne alternative consiste à découper un petit carton sur lequel on peut faire un trait à titre d’une unité de mesure que l’on peut par pliage diviser en deux, ou additionner pour doubler le segment mesuré. Pour les croquis aquarellés cela suffit amplement.
  • Les perfectionnistes auront recours au compas de réduction pour vérifier si leur oeil restitue correctement ce qu’ils perçoivent. Lorsqu’on ne dessine pas tous les jours on change facilement d’échelle en cours de travail. Je recommande l’usage d’un tel outil s’il est en métal, tout le reste est à oublier car trop imprécis !

Je n’évoque pas les autres manières d’agrandir car elles ne font que reporter un tracé au lieu d’aider à dessiner juste)

Le meilleur training et on ne le répétera jamais assez, c’est de dessiner un peu tous les jours. Vérifier les proportions permet de se rendre compte que souvent on avait tapé juste, et cela aide à avoir confiance en son oeil… et en sa main. Bref en soi.

… à vos crayons & stylos…

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

Prix Concours Sennelier été 2014

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

SENNELIER, grand fabricant français de médium de qualité (à côté de quelques autres) organise régulièrement des concours à thèmes. De temps à autre je participe lorsqu’un thème me parle… et cette fois-ci c’était…

la Lumière.

Ce concours, qui regroupe plusieurs pays, consiste à réaliser un travail original suivant le thème choisi par l’organisateur SENNELIER | Max-Sauer-Sas. Les choix sont ensuite à la fois faits par le public et par le Jury de chez Sennelier. Les dotations sont faites sous forme de produits de qualité.

Je suis contente de figurer parmi les lauréats, et voici le prix qui m’a été attribué. Merci à Sennelier car c’est un produit de qualité que je vais d’autant plus apprécier que je fais énormément de outdoor.

 


Et voici l’aquarelle qui a remporté ce prix :

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

RIVES DE L’ART | 2014

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Après 2012 avec petites ventes  et une année 2013 sans vente je n'étais pas sûre du tout de vouloir participer à cet événement, puisque faute de véhicule j'ai toujours d'énormes frais de location-voiture. J'ai trouvé un petit compromis en emmenant cette année 2014 moins de tableaux... surtout que la grève Sncf vient se cumuler avec une partie du réseau ferroviaire fermé pour travaux. En sus du déplacement, toujours cher, il y a la place à payer et il est passé de 15 à 20 € ce qui pour un outdoor (plein-air) est beaucoup par rapport aux salons internationaux qui sont eux toujours dans de beaux locaux.  Nous sommes ici loin de l'excellente prestation d'une commune des Vosges du Nord qui offre un repas complet à chaque artiste... ou d'une autre qui monte à chacun une tente avec mise à disposition de grilles, tables & bancs... et j'avoue en avoir un peu assez que partout on considère les artistes comme des pigeons-plumables sachant que justement les Artistes souffrent le plus de la conjoncture et que les ventes sont réduites voire inexistantes. Pour un professionnel qui n'a pas d'autres ressources, cela veut souvent dire qu'il doit renoncer à exposer ce qui inévitablement le conduit dans un cercle vicieux puisque s'il ne se se fait pas connaître il a encore moins de chances de vendre...

Participants dans l'ordre de l'organisateur : Wally Mazen, Peggy Dihé, Mathilde Bouvarel, Herve Libert, Emilie Charbonnier, Mikael Tertrain, Bernard Bischoff, Pascaline Wagner, Frieda Zopfmann, Otmar Kaiser, Valeria Samyn Mattioli, Liliane Peiffer, Claude Louis, Gabrielle Delfosse, Carine Mougin, Sandrine Bodin, Michèle Kauffmann, Nathalie Garau, Hélène Cremmel, Rémy Risch, Alain Drulang, Pau Melkowski, Francis Porché, Anne Rettien, Eric Alvarez, Armand Renault, Pietro Addamiano, Anais Stutzmann, Nicole Reiter, Sidjy Leconstant, Nathalie Defert, Sylvie Monami, Marie Meier, Karl Blanchet, Jeanine Graber, Florence Gaudry, Nelly Pirany, Emile Krieger, Pierre Kohl Wahl, Monique Douvier, Anne Hechinger, Nicolas Fantoni, Mario Marciano, Agnes Minni, Carine Barrois, Maryse Kriloff, Marie-France Schneider, Stephane Knorr, Jean-Paul Farrugia, Scharr-arts, Guy Gravier, Christa Kalb, Aurélie Rey, Armande Forst, Lucienne Keller Messmer, Jacques Senger, Stephane Klipfel,Sophie Bassot, Maria Bret, Christiane Allenbach, Pierre Mallo, Celine Widemann, Thierry Colin, Claudine Oster, Fabio Secco, Sophie Secco, Fabienne Giraud, Rachel Fallacara, Etienne Albrecht, Liliane Kister, Karen Muller, Corinne Dey, Jean-Marie Meyer, Yutao Ge, Francine Nicolas, Jérôme Klingenfus, Fanny Germain. 

A cette exposition (souvent venteuse) il y a toutefois une ambiance marine inégalable, et un public intéressé quoiqu’achetant pas ou peu.

Quelques-unes des oeuvres exposées…


Les « plus » : le cadre, les collègues sympa, les organisateurs.

Les « moins » :

  • on fait surtout de la figuration, peu ou pas de ventes
  • tentes, tables et bancs ne sont pas fournis par la Mairie comme c’est le cas en Alsace du Nord (ce serait sympa et surtout très pratique)
  • le coût reste élevé par rapport aux retours positifs que l’on peut en tirer en tant que professionnel, les amateurs cassent le marché en proposant des oeuvres de moindre qualité à ranger plutôt dans la « déco » et le public ne s’y retrouve plus
  • la restauration est on-ne-peut-plus-LAMENTABLE.
    Quarante minutes d’attente pour une minuscule petite saucisse blanche dans un pain très bof et clients servis par du personnel désorganisé, débordés et râleur… Beaucoup ont dû rendre des aliments encore congelés dans l’assiette donc non cuits !!!
  • Le géant des beaux Arts est passé distribuer des cadeaux samedi… j’ai eu le mien par courrier, merci de cette gentillesse.

voici quelques photos en vrac, vu la tornade, j’ai aidé les collègues à ranger ce qui s’envolait, il y a eu beaucoup de casse de matériel… mais zéro-blessé. Ouf.



 

 

La p’tite aventure arriva sous forme de tornade. Sans signe avant-coureur, je me suis retrouvée ensevelie sous un énorme parasol et recouverte de toiles et de chevalets en provenance de ma voisine de gauche. La tornade emporta entièrement une tente, cassa de nombreux tableaux et céramiques, et certaines cîmes d’arbres ont été garnies de matériel artistique, le tout avant que nous ayions le temps de dire « ouf »… Pas de blessé mais gros dégâts matériels.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

Publication | presse internationale

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


J’ai le plaisir d’informer mes lecteurs fidèles que mon aquarelle « pourpre d’Abby » récemment exposé en Galerie (OT-Niederbronn) a été sélectionné pour figurer en presse internationale, plus précisément dans la revue Imagine (6ème numéro spécial). Il s’agit d’une revue virtuelle régulièrement complétée par des éditions-papier, elle est très « dans-l’air-du-temps ».

Les contrastes ont un été accentués dans la revue, comme vous pourrez le constater, mais vous y trouverez d’excellents textes & images. Un vrai régal. Surtout qu’ici on évoque un sujet me tenant particulièrement à coeur… le cancer.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR