LES RIVES DE L’ART 2013 | Saverne

Rives de l’Art est une expo organisée par une Association le long du canal plaisancier qui va de Lorraine jusqu’à Strasbourg. Voici des photos de ma participation à Saverne.

Trois jours de travail pour cette exposition dans une ville que j’adore…

Liste officielle des participants :

Pietro Addamiano, Christiane Allenbach, Carine Barrois, Bernard Bischoff, Sandrine Bodin, Coralie Clauss, Corinne Corsat, Hélène Cremmel, Nathalie Defert, Marie-Christine Depiesse, Brigitte Di Scala, Sophie Dietenbeck, Monique Douvier, Alain Drulang, Rachel Fallacara, Nathalie Garau, Florence Gaudry, Fabienne Giraud, Anne Hechinger, Lucie Hudakova, Otmar Kaiser, Michèle Kauffmann, Lucienne Keller, Jérôme Klingenfus, Émile Krieger, Anne Lehné, Hervé Libert, Alice Locoge, Claude Louis, Mario Marciano, Julie Martin, Laurence Massé, Wally Mazen, Christian Melaye, Pau Melkowski, Agnès Minni, Sylvie Morel, Carine Mougin, Karen Muller, Francine Nicolas, Claudine Oster, Liliane Peiffer, Valérie Pettinari, Nelly Pirany, Marie Piron, Arnaud Poiré, Claire Policella, Francis Porché, Nicole Reiter, Armand Renault, Anne Rettien, Christiane Roques, Pascal Schmidt, Marie-France Schneider, Fabio Secco, Sophie Secco, Mikael Tertrain, Sophie Bassot-Gross

VENDREDI > les préparatifs habituels, repérage et chargement…
voici quelques photos…


J’aime bien, dans les ports, entendre parler toutes les langues à la fois… ici des gens venus du Nord en conversation en anglais avec les autochtones… à noter… les vélos pour découvrir la région.

Un Artiste a intérêt à être matinal-de-nature car les jours d’expo sont interminables et le réveil sonne souvent entre quatre et cinq heures du matin… En effet, il faut compter un temps relativement long pour la mise en place du matériel, sans parler du trajet. Cela peut sembler paradoxal mais les expositions internationales sont plus faciles à organiser que les expositions régionales, au niveau intendance…

Côté pratique, idée géniale pour protéger les pieds des grilles : j’ai coupé le bout d’un gant-caoutchouc,et je les ai enfilés sur les pieds.

Pour être agréable aux visiteurs, on a mis en place des chaises invitant à la détente près de la buvette… Exemple :

PHOTOS DE SAMEDI :


L

Voici encore quelques-unes des cent photos prises dimanche… dont la plupart resteront privées. Journée riche en contacts intéressants et avec du beau temps. (le samedi, les rafales ont fait des dégâts chez beaucoup d’exposants)

Et voici encore Daïka… LOL

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

NAMUR salon aquarelle | 13ème biennale 2013

© contenu intégral du site sous copyright | ALLENBACH CHRISTIANE

 

°



La 13ème Biennale internationale de l’aquarelle s’est tenue du 18 mai au 2 juin 2013 à Namur avec un invité d’honneur de renom, Pierre CHARIOT, qui a entr’autre enseigné l’aquarelle à la Reine Paola.

Des démonstrations permettent aux artistes avertis de glaner quelques conseils et aux autres de prendre goût à ce médium très technique. Cette biennale a retenu les démonstrateurs suivants, dont j’en connais personnellement quelques-uns :

Luc Drappier
Fernand Thienpondt
Laurence Ghislain
Annick Perreaux
Patrick Pichon
Aline Gason
Martine Van Parijs
Bernadette Galle
Guy Gruwier
Wen Ming Xin
Cao Bei An
Piet Van Aken
Christiane Javaux
Dominique Ampe
Stéphane Heurion
Jef Bertels
Slawa Prischedko
Laurie Breda
Jean-Luc Dossche pour W&N
+ école d’aquarelle de Namur

En matière de conférences le programme est aussi très intéressant avec : « de l’aquarelle aux pixels » (Mme Attout) et Soif d’abstraction, source d’inspiration (G. Schoumaker).

L’illustration n’est pas négligée non plus avec Monique Martin, (= Gabrielle Vincent)

Voici quelques photos en vrac



LE VERNISSAGE

Invitée au vernissage, j’ai visité l’expo dès vendredi avant l’arrivée en masse du public… mais bien sûr une deuxième visite s’imposait pour admirer toutes ces belles oeuvres. 

Voici l’un des articles de presse …


LES PRIX

Prix du Jury = AMPE DOMINIQUE avec une technique mixte !!!
Prix de la Ville de Namur = GOREAN Eugeniu
Prix de la Banque Degroof = WOON-HA

Vidéo http://youtu.be/_tp4ffqCbrM

La télévision belge en parle aussi…

Lien vers le travail de Prischdeko

Les photos de la ville et de l’ancienne ville de Namur sont ici.

Couverture presse : j’ai pu récupérer trois articles que voici  :

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR



Pas à pas LILAS

n me demande très souvent des « fleurs » aquarellées mais très curieusement c’est ce que je fais le moins. –

Le lilas est un arbrisseau pouvant comporter des fleurs blanches, mauves ou violettes. L’odeur pour chaque espèce est différente et plus le lilas est clair, plus l’odeur est agréable et forte. Les tiges fibreuses demandent, en vase, à être coupées en oblique et écrasées sinon les fleurs ne tiennent que 2 à 3 jours…

Cette année j’ai déjà eu plusieurs bouquets de lilas sur ma table… et tout d’un coup mes pinceaux ont eu envie d’en garder le souvenir…

Voici les étapes de mon travail… pour aquarellistes maîtrisant le cycle de l’eau et le mélange des couleurs.

Penser à choisir un médium et un papier de qualité.
Pour mes lilas j’ai choisi Arches avec W&N.


  palette :
– jaune (gold)
– vert hoocker
– vert perylène
– bleu Winsor
– bleu outremer
– sépia
– Alizarine
– violet cobalt (clair), les autres sont faits-maison
– 1 pointe d’ocre-marron

Le travail se démarre dans l’humide immédiatement après application de l’eau à l’éponge.

Tracer ses marges en fonction de la taille intérieur du passepartout en comptant quelques millimètres « peints »en plus. Pour un passepartout de taille extérieure 40×50 prendre du Papier Arches 36×51 et tracer sur les côtés (pour mon PP avec) une marge de 3 cm latéralement et de 5,5 cm à chaque hauteur ce qui fait une ouverture (= surface peignable) d’à peu près 30X40 cm. Attention, pour la vente on calcule le prix sur la surface peinte hors marges…


Ensuite, pour avoir des bords nets, scotcher au simple scotch de bureau, sur le papier Arches il s’en va impeccablement.

Dessiner au crayon de bureau directement sur le papier, ces traits ne seront PAS gommés mais resteront partie intégrante du travail.

Sur le papier encore sec, appliquer à doses homéopathiques quelques gouttes de drawing-gum.

Ayant devant les yeux un vase foncé… à motifs… j’ai choisi de ne pas juste le suggérer mais de le peindre en premier.

Ici j’avais du lilas clair… mais je préfère le violet, donc j’interprète plutôt que de reproduire… Néanmoins démarrer au violet ne permettrait pas de contrastes donc il faut veiller à commencer quand même dans les tons les plus clairs.

Pour mouiller ma feuille je prends une éponge naturelle, je l’imbibe généreusement d’eau et je frotte dans tous les sens le papier en contournant éventuellement une surface déjà peinte.

Ensuite sans attendre j’applique les couleurs de l’arrière plan. Je fais le vert de l’arrière-plan avec le jaune restant sur mon assiette auquel je rajoute du bleu… c’est économique.

Ensuite, j’applique la teinte lilas la plus claire dans l’humide et je continue par les tons moyens puis foncés…

Tout en restant dans le figuratif j’essaie ce coup ci d’éviter le réalisme qui pour ce sujet prendrait des heures… Ici ou là il y a des retraits à faire… Même sur de l’Arches, on peut !!!

Ensuite feuillage & finitions… gommage du DG… p’tites rectifications…

– à vos pinceaux –

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

Cycle de l’eau et astuces…

© contenu intégral du site sous copyright

°

 


En aquarelle, indépendamment du fait que parfois on mouille son papier pour le tendre… il y a des techniques qui exigent que l’on travaille sur papier plus ou moins humide…

Il y a différentes phases dans le séchage progressif du papier et selon l’effet voulu on choisira le moment précis où il faut apposer le médium.

Pour mieux comprendre, nous allons immédiatement passer à l’aspect « pratique« … Prenez un papier aquarelle et posez-y une goutte d’eau… et juste à côté, étalez de l’eau au pinceau sur la feuille…  On prend de l’eau du robinet, ou, encore mieux, de l’eau déminéralisée…

Voici en gros les phases que l’on peut observer :

(c’est bien plus technique que cela mais ceci n’est qu’une BASE, je développerai ultérieurement)

> EAU RESTANT EN SURFACE
> (certains Enseignants décomposent cette première étape
> en phase-lentille puis miroir mais je préfère simplifier, et
> résumer  par rapport à ce que j’ai appris chez différents peintres)

> BRILLANCE DU PAPIER
> Après l’inondation initiale, l’‘eau commence à rentrer dans le
> papier et sa structure apparaît.


> PAPIER MI-MAT
> Sur papier non-tendu seuls les creux restent humides.
> Sur papier tendu, l’eau commence à entrer en profondeur dans le papier.
> Le papier brille encore un peu.

 


> PAPIER MAT-FRAIS
>
La brillance est pratiquement inexistante à ce stade.


>

> PAPIER MAT-SEC
> En apparence le papier est sec mais au toucher on le sent
> encore humide.

> PAPIER SEC
> séchage complet à coeur.

Les débutants commencent généralement par apprendre la technique sèche, puis à mouiller une partie seulement de leur travail…

Mine de rien, l’aquarelle est très technique et ce n’est qu’au bout de quelques années d’intense pratique qu’on peut vraiment exploiter à fond les différentes techniques liées au cycle de l’eau.

Technique sèche

Elle correspond au papier tel qu’on l’achète.
La technique sèche est idéale pour les croquis aquarellés en outdoor et les motifs très dessinés par exemple les architectures. Ceux qui travaillent sur chevalet verront, en technique sèche, l’eau et le médium-transparent couler assez rapidement vers le bas du papier sans entrer en profondeur dans celui-ci. C’est également ainsi qu’il faut peindre un ciel avec forte pluie car ainsi le mouvement vertical est suggéré.
Exemple fait rapidement en gare de Bischwiller :

TECHNIQUE SEMI-HUMIDE

La technique semi-humide consiste à humidifier tout-ou-partie du papier avant d’appliquer son médium. Selon la qualité du papier, et du médium, les effets diffèrent. Cette technique permet des suprises souvent agréables au fil du travail et surtout de s’initier à la magie de la rencontre entre l’eau et le médium.

On peut combiner cette technique avec des réserves de blanc ou des réserves-par-non-mouillage-du-papier…

TECHNIQUE HUMIDE

La technique humide est idéale pour les pochades et travaux rapides. Le papier a été humidifié à l’éponge ou au pinceau avant application du médium au gros pinceau (large & plat pour le ciel, puis pinceau à lavis).

Pour un même travail, les effets seront différents selon que la papier soit légèrement incliné ou à plat.

Juste après l’application du médium, on peut faire quelques retraits à la carte bancaire. Pour les autres types de retrait, il convient d’attendre. Les différents types de retraits sont évoqués ici. Certains tableaux  « modernes » se font entièrement sans pinceau, par retraits à la CB, ou à l’essuie-tout.

Il faut aussi savoir qu’il y a le faux-humide… consistant à démarrer sur papier entièrement sec et à donner l’illusion d’un travail dans l’humide. Exemple :

Dans la manière de peindre classique, on commence par la technique humide pour l’arrière-plan et on travaille progressivement en avant plan au fur et à mesure de l’évaporation de l’eau. Exemple :

TECHNIQUE HUMIDE SUR HUMIDE

Elle nécessite un papier mouillé à coeur donc trempé. Il faut éviter de le tremper dans une douche ou une baignoire et pour ceux qui manquent de place j’ai inventé un systéme génial.

Voici un tableau exécuté en humide-sur-humide :


Il n’y a pas une technique-meilleure-qu’une-autre, il faut les connaître toutes et parfois joyeusement les mélanger dans nos Créations.

Selon le papier utilisé, sa qualité d’encollage, son grammage et le traitement que vous lui ferez subir, le résultat sera différent. C’est pour cela que je recommande vivement de n’utiliser qu’une ou deux sortes de papier mais de qualité. On connaît ainsi son papier par coeur et on n’a plus à tâtonner.

Pour ceux qui n’ont pas encore essayé tous les papiers existant sur le marché et qui n’ont pas encore trouvé « LEUR » papier, voici une petite ASTUCE  qui facilitera grandement les opérations…

Gardez soigneusement vos chûtes de papier et rangez-les dans un TRIEUR en indiquant la marque et le grammage.

Lorsque vous commencerez une aquarelle, sélectionnez un petit papier de même qualité, et faites-lui subir exactement le même traitement que celui que vous appliquez au travail en cours…


Les « pros » ont quant à eux une très grande marge d’un côté au moins du travail et à chaque coup de pinceau donné sur le travail correspond un coup de pinceau sur la surface-essais.


C’est une astuce largement répandue,  que j’ai observée sur le terrain à la fois chez des pastellistes et des aquarellistes.


Elle s’avère particulièrement intéressante pour le travail par superposition de couches et permet d’éviter les mauvaises surprises mais aussi de tester le degré exact d’humidité du papier donc de trouver le meilleur moment pour intervenir selon l’effet souhaité
(exemple : gestion des auréoles)

… à vos pinceaux… et bons essais !

 ALLENBACH CHRISTIANE MODELE VIVANT 20 x 20 cm FEMME

 

 

Télévision

Christiane ALLENBACH | télévision


Il m’est d’avis qu’un Artiste doit entièrement s’effacer devant son Oeuvre et par conséquent je suis plutôt discrète. Pour moi, le bonheur ne se mesure pas à ma cote de popularité mais au bien-être que ressentent les gens face à  mes peintures.

Dans un autre ordre d’idées, passer à la télévision c’est aussi fixer pour l’éternité un instant qui par Nature est éphémère… et cela ne correspond pas à ma vision des choses. Chaque seconde est un moment décisif dans lequel tout peut changer… et qui plus qu’un Artiste est à même de le ressentir profondément…

J’ai permis quelques exceptions avec des médias respectant mes souhaits, en voici les liens :

Référence télé :
T3V3, actu du 15.06.2012 06:49 (mettre curseur au point N° 3 & démarrer) | travail outdoor réalisé sous les yeux du public
_________________________________ LIEN T3V3 15.06.2012
et à 07:34 je me suis faite tirer le portrait… par un autre artiste
(moi assise, mon interlocutrice debout) voir aussi article.

windstein 2012 PDF

___________________________________________________

 

Télévision étant aussi lié à la diffusion virtuelle, voici encore quelques autres liens intéressants :

 

Pontuellement : travail selon thème

Short-works & sketches publiés internationalement

vidéos de tiers reprenant mes travaux :

n'hésitez pas à visionner les clips car ils regroupent des styles très variés et c'est super intéressant, un grand merci à Mona pour ce travail...

bohème
costumes pays du monde
cinéma
en piste les artistes (mon clown apparaît à 03:52)


 

 

Dessiner une fleur


Après avoir évoqué le travail sans regarder sa feuille, qui est frais et très spontané, voici quelques manières différentes de dessiner une fleur. (mise à jour en juillet 2015, à cause de imageshack devenu payant je n’ai plus accès à pas mal d’images donc je les ai supprimées, désolée)

a) pour quel usage ?

– esquisse pour garder un souvenir ou par pur-plaisir ?
– dessin d’entraînement ?
– étude préalable à peinture ?
– illustration à l’encre, aquarelle, huile ??

Selon l’utilisation prévue… la technique de dessin s’adapte.

b) repérer les formes géométriques

– de face, une fleur peut se décomposer géométriquement
– mais elle se présente rarement ainsi.
repérer tout de même la forme géométrique dans
laquelle elle peut s’inscrire…

c) plusieurs degrés de finition sont possibles

Pour bien rendre les volumes, il vaut mieux travailler face à de vraies fleurs…

ALLENBACH CHRISTIANE FLORAISON 2017

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

dessiner du vivant

Article rédigé en début de carrière, sera refait après quelques années de recul.

 

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

bien tailler ses crayons

© contenu intégral du site sous copyright | ALLENBACH CHRISTIANE

article ré-actualisé le 1er mars 2017

°


Mon père était employé technique et s’occupait de plans de trains, de pièces etc… Alors que j’étais enfant il m’a initiée à la Technologie mais hélas il nous a quitté alors que je n’avais que 14 ans… J’ai cependant encore en mémoire sa manière de tailler les crayons. En effet, la pointe doit être très fine pour travailler avec précision. Une pointe émoussée ne permet pas un travail de qualité…

Plus tard aux Beaux-Arts (prof’ Paris, Mulhouse, Strasbourg) j’ai retrouvé cette manière de faire. Elle permet de tenir le crayon en overgrip ou de côté et de dessiner sur le motif (face au sujet) avec grande précision et surtout avec beaucoup de légèreté. Cette taille colle pour tous les sujets de taille égale ou inférieure au A3.

ALLENBACH CHRISTIANE TAILLE CRAYON_Au-delà, du gros graphite peut aller. Je le taille pareil. Car neuf il est comme ci-dessous :

  On peut soit utiliser un taille-crayon soit frotter le graphite sur du papier-émeri.

TECHNIQUE | PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | TRAVAIL AU CUTTER ALSACE | REICHSHOFFEN | ENCADREMENT | PASSEPARTOUT | PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | TRAVAIL A LA REGLE DE METAL ET AU CUTTER CHRISTIANE ALLENBACH | CUTTER ET REGLE METAL PEINTUREMAMANLOTUS-AC | MATERIEL | ENCADREMENT | PASSEPARTOUT / CUTTER

 allenbach-christiane-filaments-mpOn prend un couteau bien aiguisé genre Opinel ou carrément un Cutter. Le crayon est tenu au dessus de la poubelle et tourné régulièrement durant la taille. L’autre main tient l’outil et taille avec doigté. Ensuite on peut peaufiner en frottant la pointe sur du papier émeri… et on n’a plus d’excuse pour un dessin qui ne réussirait pas…

Artistiquement vôtre,
ALLENBACH CHRISITIANE WATERCOLOR

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR