Anti-vide… et plein authentique

© contenu intégral du site sous copyright ______________

 

Ne soyez jamais VIDES…

Que votre vie ne soit pas vide de sens…
Que vos pensées ne soient pas vides et juste « techniques »,
Que nos paroles ne soient pas vides,
Que vos actes ne soient pas vides…

Dans ce monde tumultueux où chacun(e) court après le temps… sachons redonner de la valeur au mot « qualité »… et nous gagnerons aussi en temps par économie de tout ce qui est vide, superficiel, hypocrite ou pur-politesse. Soyons sincères !

Cela passe par une prise de conscience de chaque instant…

Que nos « bonjours » correspondent effectivement au désir de souhaiter une bonne journée et ne soient pas une formule de politesse vide… que notre regard ne soit pas juste analytique ou informatif… que nos paroles correspondent bien à nos pensées… que nos actions s’alignent avec nos paroles et surtout nos pensées.

Être vrai(e) c’est aussi assumer que parfois ce qu’on a à dire fait sortir l’autre de sa zone de confort et fasse friction avec un ego encore trop important…
Il faut alorsparfois  savoir tourner la page car l’harmonie EST… ou n’est pas. Elle ne s’acquiert pas à coup de hache… et encore moins via du non-respect voire de la violence sur quelque plan que ce soit…

Mais concrètement, être authentique signifie aussi  écarter de sa trajectoire toute personne dont les Idéaux et les valeurs ne sont pas ou plus conformes à nos aspirations (car rien n’est figé mais évolutif et parfois involutif par mauvaise application de notre libre-arbitre).

Appliqués à l’Art… ces sains principes permettent souvent d’éviter d’inutiles détours… bien que parfois non-compris et non acceptés. La philosophie n’est pas de l’Art mais il y a un solide LIEN entre les deux…

Il est communément admis que le regard de l’Artiste sur les choses et les gens est différent du regard normal. Dans tous les cas il ne regarde jamais sans voir.
Il ne regarde jamais SANS AIMER.

Mais seul l’Artiste mûr,  pour qui l’Alchimie est devenue réflexe saura se servir du creuset de son  Coeur pour transmuter les négativités humaines que la Vie ne manquera pas de mettre sur sa trajectoire. Solitaire et souvent incompris, il devra parfois accepter d’évoluer sans sympathie humaine et seul l’immensité de son monde intérieur le maintiendra debout envers et contre tout (ou tous…) – 

ARTICLE à lire pour compléter celui-ci : ma note bien à mouâaa

 

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…

 

 

 

 

 

 

Choix cadres

CHRISTIANE ALLENBACH | PETITS CADRES CHRISTIANE ALLENBACH | CADRES MOYENNE GAMME DE CHEZ L ENCADREUR CHRISTIANE ALLENBACH | QUELQUES NOUVEAUX CADRES CHRISTIANE ALLENBACH | CADRES BRUTS SANS VERRE

Ich habe schon so manches über Rahmen geschrieben aber im Laufe meiner Erfahrung « vor-Ort-bei-Kunden » habe ich dies und jenes feststellen dürfen und möchte dass sie auch davon profitieren. | J’ai déjà écrit des articles  concernant l’encadrement ou l’organisation, mais au fil de mon expérience sur le terrain auprès d’une clientèle très diversifiée j’ai fait diverses constatations dont je souhaite vous faire profiter par ricochet.

_____________     weitere Infos hier | autres infos ici

Ich mache private Ausstellungen (mit oder ohne Verkauf) im Ausland so wie in Frankreich… aber auch öffentliche Ausstellungen. Konkret ändert sich da viel für ein Artist… | Je fais des expositions privées (avec ou sans vente) à l’Etranger comme en France… mais aussi des expositions publiques. Concrètement, ça change du tout au tout pour l’Artiste…

Im Artistenmilieu ist es üblich dass man manchmal Ausstellungen mit Wettbewerben verbindet… In diesem Fall kann es von Vorteil sein, durch einen ganz weissen Hintergrund und ebenso ganz weisse Rahmen, die Farben total zum Leuchten zu bringen… Das ist besonders bei Aquarell-Gemälde wichtig… | Dans le milieu artistique, il est parfois d’usage de combiner les expositions avec un concours… Dans ce cas, il peut être particulièrement intéressant d’avoir un arrière-plan entièrement blanc et des cadres tout aussi blancs, ceci pour faire exploser les couleurs. Avec l’Aquarelle, ceci est particulièrement important.

Hier ein Rahmen das einer meiner Kunden, der von « Deko » viel versteht, selbst gekauft hat | voici un exemple de cadre et passepartout entièrement blancs que l’un des mes cliens, pro de la déco, a lui même acheté et mis en place

In einer anderen Umgebung… geht es aber anders zu…
Dans un autre environnement… d’autres règles s’appliquent…

Ich verkaufe meistens ohne Rahmen, habe aber immer einige weisse, einige schwarze und diese hier unten… für spezielle Angelegenheiten… | Je vends souvent décadré mais j’ai toujours sous la main quelques cadres basiques blancs ou noirs et ceux-ci pour les occasions spéciales.

Sie passen gut zu « warmen » Farben und zu manche Gebäude oder zu traditionneller Innenarchitektur. | Ils s’harmonisent bien avec une peinture dans les tons « chauds » et cadrent aussi avec une architecture intérieure traditionnelle.

Hier habe ich zwischen den zwei Gold-Zonen ein neutrales « beige » gewählt, aber dieselben Rahmen gibt es mit verschiedenen Farben im Zwischenraum. | Ici j’ai opté pour un beige-neutre entre les deux zones dorées mais les mêmes tableaux existent également avec diverses couleurs dans cet intervalle.

Beispiel | Exemple :

Das Passepartout muss aber auf jeden Fall diskret und nicht zu prunkvoll  sein. | Le passepartout gagne dans tous les cas à rester discret et pas trop chargé…

Ich habe auch schon Bilder verschenkt, u.a. in ein Haus dass quasi nur Schloβmöbel besass, und bekam dann später gesagt :
« Du, das Bild ist Klasse, aber wir haben den Rahmen gewechselt, der passte so überhaupt nicht »…
Das möchte ich Euch ersparen, daher mein Artikel…
Cela m’est arrivé d’offrir un tableau encadré, notamment à une maison remplie de meubles-style-chateau… Plus tard on m’a dit  :
ta peinture est très belle mais nous avons dû changer de cadre, il n’allait absolument pas »
Je voudrais vous épargner ceci, d’où ces quelques lignes.

 

So, meine heutige Rahmenjagd, immer per Drahtesel, war erfolgreich, und nun muss ich einrahmen… | Ma chasse-aux-cadres du jour (toujours à bicyclette) fut fructueuse, et il ne reste plus qu’à encadrer mes dernières créations.

 

wichtig ist vor allem die Anpassungsfähigkeit an die Kundschaft
la faculté de s’adapter à sa clientèle
est particulièrement importante

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

Randocrocking -6- les couleurs

 

Lorsqu’on pratique le « sketch-on-site » on ne veut pas toujours s’encombrer… d’où l’intérêt de savoir peindre en partant des trois primaires. Généralement, au collège ou au lycée, nous apprenons tous ce qu’est le cercle chromatique, une complémentaire, une primaire, secondaire, tertiaire… et le net rengorge d’informations à ce sujet, je n’y reviendrai donc pas.

On peut faire sans le moindre problème un tableau entier à partir des seules primaires, je le fais régulièrement et les teintes sont alors très harmonieuses. Rien ne « jure »… tout s’équilibre… Voici quelques exemples faits à partir des primaires (cliquer dessus pour agrandir)

Pour apprendre ou réapprendre les couleurs, il est intéressant de partir du jaune, bleu, et rouge pour arriver, selon les dosages, à différents gris, froids ou chauds mais qui comporteront toujours sur le papier de jolis reflets que n’aura JAMAIS un gris sortant directement du tube.

On a déjà ici un aperçu des interactions entre les différentes couleurs, et il existe une abondante littérature sur le sujet.

On peut partir uniquement du jaune citron, du rouge carmin (tous deux semi-opaques) et du bleu céruléan. Pour ma part je peins essentiellement avec W&N et Schmincke.

Il est utile de n’avoir que ces trois couleurs jusqu’à ce qu’on comprenne bien leurs pré-mélanges et mélanges… ensuite on peut élargir sa palette de manière à avoir par exemple trois rouges, trois jaunes, trois bleus, collection que chacun(e) pourra utilement compléter selon ses motifs préférés, avec quelques « terres ».

Pour ma part je n’ai jamais voulu me compliquer la vie en faisant des nuanciers ou en travaillant en fonction des catégories de peinture. Dans mes semi-godets il y a les PRIMAIRES et quelques couleurs que l’on m’a offertes et que je termine mais une chose est à mes yeux très importante, d’où mon choix de travailler avec des semi-godets, c’est d’avoir pour chaque couleur basique DEUX semi-godets : un que l’on gardera PROPRE et un qui servira à puiser la couleur avec un pinceau déjà chargé d’une autre couleur.

En outdoor je peux presque tout faire avec un équipement minimum que voici et auquel, vu la région que j’habite, j’ajoute du rose-poterie car j’aime plus que tout reproduire notre beau grès-rose des Vosges.

Mon médium à l’atelier est rangé dans des bacs à glaçons facilement empilables qu’on peut même superposer pour le transport en cas de peinture en plein air. Son contenu varie en fonction des sujets du moment et parfois des cadeaux que l’on me fait… Je ne trie pas les couleurs par opacité car je la ressens en prélevant au pinceau… Les transparentes, semi-opaques et opaques feront l’objet d’un article ultérieur…

Mélanger soi-même ses couleurs est économique…

Prenons le cas d’un PAYSAGE … que l’on travaille en technique humide ou plus classique, on commence généralement par le ciel. Donc, sauf mauvais temps… on partira sur du BLEU.

Faudrait-il ensuite jeter ce qui reste de ce bleu pour partir d’un vert acheté destiné à faire son feuillage ? et courir le risque de travailler de façon trop uniforme sans variétés dans le feuillage et sans contrastes ?  Noooonnnn… la bonne logique et mon minimalisme… font que l’on va partir de ce bleu pour fabriquer son vert.

On peut obtenir tous les types de vert en partant des primaires… mais on gagnera parfois du temps en utilisant de l’orange au lieu du jaune citron ou en prenant un bleu plus ou moins foncé pour ses mélanges… pareil pour le rouge…

Mon article se veut avant tout une motivation pour les expérimentations personnelles car lorsque la théorie passe dans les réflexes, on peut plus facilement laisser l’émotion envahir sa création…

De surcroît, lorsqu’on comprend comment faire les mélanges, on évite de tritouiller trop de couleurs à la fois ce qui ternit le travail. Deux ou trois sont un maximum pour un même mélange.

Dans le même ordre d’idées, les VIOLETS du commerce, sauf à les acheter tous, ne sont guère utiles pour traduire la variété infinie de nuances que l’on retrouve sur une fleur ou sur certains tissus… faire soi-même ses mélanges permet de restituer fidèlement ce que l’on souhaite.

Au départ, il est bon de regarder ce que peuvent donner les mélanges avec deux couleurs : jaune et rouge, jaune et bleu, bleu et rouge. Ensuite un mélange égal des trois primaires…

W&N explique pas mal de choses sur son site

Je travaille parfois avec le nuancier-virtuel de W&N et je vais vous expliquer pourquoi.  Ayant pris l’habitude de mélanger moi-même mes couleurs, il m’est impossible d’apprendre directement les techniques proposées par les divers peintres sans passer par une « transposition ». A titre d’exemple, lorsque l’on me dit qu’il faut du vert oxyde de chrome ou du vert de vessie, moi je le visualise sur mon écran et ensuite je me le fabrique dans mon assiette. Autant j’aime, par exemple pour certains sujets, utiliser des couleurs brutes, non mélangées, autant je suis heureuse de pouvoir arriver par le raisonnement aux teintes que je souhaite restituer.

Un autre problème c’est qu’il faut, tout comme pour les croquis, entraîner ses yeux à mieux voir les couleurs. On trouve sur le net des sites permettant de tester sa vision des couleurs, ce qui est extrêmement utile pour le travail en plein air. En Atelier, l’option pipette de certains logiciels permet d’isoler une couleur, le temps de faire son mélange sur la palette ou l’assiette… C’est pas mal à titre d’exercice mais la finalité c’est et ce sera toujours d’être opérationnel(le) sur le terrain.

Nous sommes tous en perpétuelle évolution et nous n’avons jamais fini d’apprendre mais si l’on maîtrise le mélange des couleurs on gagne énormément de temps sur le terrain, en même temps que l’on ménage son escarcelle…  Lorsqu’on raisonne ses couleurs on est capable de refaire très vite exactement le mélange qu’il faut donc de ne jamais avoir de surplus. Même pour un portrait, on peut refaire un mélange « peau » avec un peu d’entraînement, et il collera avec la couleur déjà en place.

ALLENBACH CHRISTIANE FLORAISON 2017

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous = ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…