Salons professionnels | et pourquoi participer…

© site sous copyright | CONFORME RGPD !

 

 


 CHRISTIANE ALLENBACH DEMO ZILLISHEIM 2018A partir d’un certain niveau, participer à un Salon international permet de nouer d’utiles contacts et de redessiner son paysage-médiatique. Cette démarche permet aussi d’évaluer son travail et d’admirer celui des collègues. Enfin, pour ceux qui en ont le courage, on peut y faire des démonstrations techniques : je l’ai parfois fais mais j’essaie de ne pas systématiser (j’en parle brièvement ici).

ALLENBACH CHRISTIANE ARTISTE BOUTS VIEOn pourrait en rester là… mais cela ne me suffit pas… j’ai poussé mon analyse un peu plus loin et je vous propose un tableau du « pour » et du « contre » (il sera complété régulièrement)

 	 CHRISTIANE ALLENBACH CONTRE
  • Promouvoir l’aquarelle comme « Art » à part entière nécessite aussi qu’on montre son travail
  • Ce type de rencontre de haut-niveau permet aux amateurs d’Art éclairés de trouver leur bonheur et de rencontrer des Artistes-peintres de renom…
  • Contribuer au rayonnement de l’aquarelle de son pays en exposant à l’étranger nécessite des moyens financiers que n’ont pas (et de très loin) tous les artistes…
  • Les visiteurs regardent plus souvent qu’ils n’achètent…
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la notoriété d’un Salon ne se juge pas au nombre d’Artistes qui y participent mais au niveau élevé de la sélection…
  •  Beaucoup d’artistes m’ont confié être parfois déçus de la baisse du niveau technique… les effets spéciaux prennent le dessus sur les bonnes-vieilles « règles » et sur le vrai savoir-faire…
  •  Le coût du « dossier » d’ins-cription vaut celui d’une exposition régionale…
    BELGIQUE | PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | NAMUR AQUARELLE _95 2013 | BELGIQUE | PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | 2013 | NAMUR AQUARELLE _72 REMISE DES PRIX
  •  hélas, après la sélection, il reste à payer le fameux « prix au clou » donc une somme fixe par tableau retenu. Ce montant se rajoute aux frais d’inscription.  En sus il restera les trois allers/retours pour amener les tableaux, pour se rendre au vernissage et pour les chercher. Les frais minimum tournent donc autour de
    500 €. A cela se rajoute un séjour sur place, parfois obligatoire, qui triple ou quadruple facilement cette somme.
  •  Lorsqu’il expose, un artiste-plasticien bénéficie d’une visibilité et d’un « drainage » considérable du public.
    ALLENBACH CHRISTTIANE LIBRAMONT 2016 DISCOURS
  •  Un artiste-plasticien n’est pas rémunéré pour exposer. Un artiste-carnettiste, lui, l’est. Ce n’est pas juste. Une exception avant-gardiste : la Suisse (bravooo… quand on veut dégager des fonds, on le peut…)
    L.122-2 > le droit de repré-sentation existe bel et bien mais on l’oublie tout bonnement.
  • Thème ou format imposé… cela peut pour certains être un défi… pour d’autres une occasion d’innover… mais la Liberté c’est quand même mieux… si tel n’est pas le cas, l’Artiste-peintre reste libre de sélectionner les Salons correspondant à ce qu’il aime peindre.
  •  L’inconvénient de devoir peindre pour un Salon c’est que l’Artiste doit qualitativement adapter son travail, et produire éventuellement une série harmonieuse… dont il sera par suite difficile de vendre juste un élément…
    CHRISTIANE ALLENBACH SYMBOLISME MEDIEVAL
  •  Une Oeuvre n’est pas un produit de consommation, il a fallu des heures d’esquisses, de recherche en matière de composition, de réflexion… Il est souvent intéressant de discuter avec l’Artiste pour connaître ses démarches…
  •  Certains Salons interdisent la vente… c’est souvent pour le pas avoir à payer la Maison des Artistes. C’est dommage pour l’Artiste qui s’investit financièrement pour exposer,  qui n’est PAS  rémunéré (bien que la Loi soit sortie en 2019) et qui de surcroît ne peut pas vendre lors du  Salon. L’exposition-sans-vente concerne également les hôtels de ville.
  •  Enfin, certains Salons dotent de prix les meilleures oeuvres, c’est parfois juste une médaille mais peut également correspondre à un chèque, toujours bienvenu en cette période de crise.
    allenbach-christiane-zillisheim-2016-139
  •  Les « Initiés » pourraient raconter un certain nombre de choses par rapport aux paramètres d’attribution des prix à certains endroits… il vaut mieux ne pas polémiquer là-dessus en public…C’est juste dommage de s’entendre dire par d’éminents artistes que son travail est de qualité-internationale,  et de voir que derrière rien ne suit… parce qu’on n’a pas les moyens de se montrer partout ou de faire des stages chez les « décideurs »… ou encore qu’on ne lèche pas les bonnes bottes…

 

 

 

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

website  >>> https://peinturemamanlotus.fr/
Facebook  >>>      https://www.facebook.com/pages/Allenbach-Christiane-Watercolor/425141794199091?ref=hl  
©  ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,
à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…



from © ALLENBACH CHRISTIANE

Que faire en tant qu’Artiste pour éviter de s’encroûter ?

© contenu intégral du site sous copyright ____________

 


La recette qui marche le mieux pour éviter de s’encroûter… c’est de faire les choses consciemment d’une autre manière… cela veut aussi, parfois, dire qu’il faut sortir de sa zone de confort pour aller du connu à l’inconnu.

Certains Artistes le font en changeant de technique, d’autres en utilisant des effets spéciaux inédits… ou encore… en changeant d’outils.

Je viens de découvrir, un peu par hasard, la possibilité aussi de partir d’un infâme gribouillis pour obtenir des dessins humoristiques ou autres…

Utilisant souvent des chûtes de papier-aquarelle pour des notes… et ensuite les notes pour des essais… j’avais dessiné au pinceau pointu quelques courbes sans idée précise… Voici le truc :

CHRISTIANE ALLENBACH TRACE ALEATOIREJusqu’ici… rien de génial. Le papier est resté quelques jours sous mon nez donc sur ma surface de travail. Puis, voulant rajouter quelque-chose, l’idée m’est venue de l’examiner sous un autre angle.

Je l’ai retourné…
Vous me suivez là ???

CHRISTIANE ALLENBACH TRACE RETOURNE

 

 

enfin… eurêka pour moi… je me suis emparée d’un feutre et d’un pinceau avec un reste d’aquarelle… et hop, voici le résultat.

CHRISTIANE ALLENBACH CREATION SUR LIGNES ALEATOIRESBon d’accord, ce n’est pas le chef d’oeuvre du siècle mais le but n’était pas non plus d’en produire un. Le but c’était, l’espace d’un instant, de voir les choses tout à fait autrement que d’habitude pour justement obtenir quelque-chose de très différent.

On pourrait, théoriquement, créer sur le même principe des animaux (plus ou moins réalistes mais assurément rigolos) ou des paysages…

C’était juste pour vous dire en fin d’année… qu’il ne faut jamais se prendre au sérieux, et que toujours on peut renouveler son point de vue et booster sa créativité.

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…


Peinture en plein air… la meilleure heure

© contenu intégral du site sous copyright ____________

 


Ces lignes concerneront plus le peintre qui fonctionne en mode « solo » qu’un groupe de travail, vous allez vite comprendre pourquoi…

CHRISTIANE ALLENBACH |  FEMME PROFITANT DU SOLEILCHRISTIANE ALLENBACH | SKETCH BANC ET DETAIL FERRONNERIELe travail en plein air est soumis à certaines contraintes qui en groupe peuvent devenir frustrantes pour certain(e)s…

Le déplacement à plusieurs peut nécessiter voiture ou mini-bus… il faut y penser.

Et si pour arriver jusqu’au sujet il faut quelques kilomètres de marche, les uns vont apprécier, les autres peuvent avoir un souci de santé…

Bon, en admettant que cela soit résolu… le prochain paramètre à étudier, c’est le choix du bon créneau horaire pour peindre en plein air sur le motif.

Ce choix changera selon qu’on soit paysagiste ou naturaliste… il n’y a pas « LA » meilleure heure mais « la-meilleure-heure-en-fonction-de-ce-qu’on-veut-réaliser »…

CHRISTIANE ALLENBACH SKETCH CITADIN MONIQUECritères de sélection du créneau-horaire pour le paysagiste :

On laissera ici tomber l’urban-sketch pour se concentrer sur les travaux outdoor en pleine campagne, si possible à un endroit pittoresque.

Il faut savoir qu’un paysage ne se « livre » que lentement, à travers une succession d’impressions tant visuelles qu’auditives et olfactives…  et il convient de bien s’en imprégner, et de bien observer, AVANT de s’emparer de ses pinceaux. Passer par une vignette aide aussi à bien se mettre le sujet dans la peau.

CHRISTIANE ALLENBACH SKETCH VERS ALLEMAGNE_

Le paysagiste recherchera les heures dorées… ces instants magiques tôt le matin où la luminosité de Râ ainsi que la direction de ses rayons, donnent un cachet tout particulier au paysage campagnard en général et montagnard en particulier. L’inconvénient pour le peintre c’est qu’à cette heure là… il ne peut pas encore s’asseoir sur des troncs d’arbre ou des bancs dans la nature… il doit alors pouvoir emmener une chaise pliante ou accepter de travailler debout. Mais  cette luminosité spéciale en vaut la peine.

Le soir, juste avant le coucher du soleil, on peut retrouver un tel éclat, mais souvent plus rosé, selon les saisons.

Une autre raison de peindre le matin ou le soir, ce sont les ombres. En forêt les ombres des arbres au sol rendent un paysage particulièrement intéressant (à titre d’exemple) et des ombres sur une architecture sont également très jolies. En plus la direction de la lumière donne un aspect féérique à tout paysage, quelle que soit la SAISON. C’est la température de la lumière qui change selon les saisons…

astuce :
dans tous les cas de figure… on gagnera à estimer de manière aussi juste que possible la durée du dessin blanc pour en avoir terminé avec la composition et l’étape du traçage des lignes au moment où la luminosité sera telle qu’on la voudra. Il suffira alors de la capter visuellement et de la retranscrire. Autrefois, les bons peintres allaient plusieurs fois sur place… mais dans le cadre des seuls SKETCHES… il faut essayer de boucler au moins dans une journée, souvent une demi-journée… selon le degré de finition du sketche que l’on recherche. Là aussi tout est subjectif, cela va du minimalisme réalisable en moins d’un quart d’heure jusqu’à l’hyper-réalisme, en passant par les interprétations.

Peinturemamanlotus | CHRISTIANE ALLENBACH | BICHES SKETCH

Critères de sélection du créneau-horaire pour le peintre animalier ou naturaliste :

Si vous cherchez à dessiner du gibier, la meilleure méthode consiste à vous planquer en fin d’après-midi, si possible en montagne, et d’attendre sur place avec votre bloc et vos crayons. Il sera difficile de peindre ce type de sujets… et la photo  dérange les cervidés (un peu moins les sangliers)… L’alternative consiste souvent pour l’Artiste désirant peindre son sujet dans la foulée… à se rendre dans un parc animalier. Si vous cherchez à peindre un poisson dans l’eau… allez-y en nouvelle lune et… surveillez votre ombre dans l’eau, cela les fait fuir). Ensuite… ne bougez plus.

A titre d’exemple, dans ma région il y a moyen de trouver des lamas, des wallabis, des volatiles en tous genres en passant par les paons et les faisans dorés… Pour ma part je protège les rapaces et je n’emmène jamais personne lorsque je vais les voir… Mais à la campagne on trouve suffisamment de sujets relativement « immobiles » pouvant convenir aux sketcheurs…

Il faudra malgré tout tenir compte de la saison et de l’heure où l’on voudra les dessiner et les peindre.

En effet, l’hiver certains animaux domestiques auront pris refuge dans leur écurie… comme chevaux & bovins… et l’été ces mêmes animaux rechercheront l’ombre s’il fait chaud, s’ils en disposent bien sûr.

Il faut donc que l’Artiste-Peintre, allant sur place et constatant que l’animal n’est pas en meilleure position voulue… accepte de revenir une heure après… pour souvent trouver son bonheur. Il faut toujours respecter l’animal et ne pas le déranger dans son choix en l’appâtant part de la nourriture : d’abord le touriste-artiste ignore souvent ce qui lui convient (à titre d’exemple le PAIN est malsain pour la plupart des animaux) et ensuite, l’animal n’est pas tranquille et dans une mauvaise position. Dessiner la tête d’un cheval ou d’un âne qui broute implique pour l’artiste de s’asseoir au sol… alors que s’il patiente un peu il peut avoir l’animal entier dans une pose naturelle (et plus confortable pour l’artiste).

L’Artiste-débutant ou l’hyper-réaliste (ayant besoin de beaucoup de temps) choisira un sujet IMMOBILE. A quel moment de la journée le trouve-t-on ? généralement à l’heure du repas mais aussi à l’heure du bain si l’animal dispose d’une rivière. A titre d’exemple, en ces moments caniculaires, il est facile de trouver des vaches immobiles… dans la rivière… ou comme celle-ci croquée au  Dagsberg, faisant la sieste au soleil (heu là j’avoue avoir eu l’idée de faire pareil…)

CHRISTIANE ALLENBACH VACHE DODO CENTENAIREPourquoi j’ai fait encore quelques photos ? pour vous montrer l’intérêt d’un sujet IMMOBILE : on peut en faire le TOUR pour choisir le meilleur angle. C’est presque comme pour une perspective…

😉 )))

La seule alternative à une parfaite planification et à une connaissance de soi en tant que sketcheur… consiste à partir lorsqu’on a le temps et à croquer ce qui vient… mais ceci est une autre histoire…

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…