Aquarelle et vaporisateur

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

ALLENBACH CHRISTIANE FLORAISON 2017Printemps en vue !!!

Qui dit printemps dit Soleil et souvent en plein air nos papiers sèchent trop vite, nous pouvons avoir besoin d’humidifier soit par le dessous soit pour des effets spéciaux par le dessus…

Il y a plusieurs manières de le faire (chacune sera évoquée séparément) mais la plus facile reste le VAPORISATEUR.

Pour mouiller la feuille avant le travail, l’éponge est plus appropriée, à défaut un pinceau large passé dans plusieurs sens… mais pour  faire migrer des pigments sur tout ou partie du travail, rien ne vaut un petit coup de « pppcchhhttt »…

La taille du vaporisateur est à choisir en fonction du format de papier que l’on utilise le plus souvent.

Ce qui est important… c’est que le vaporisateur ait un débit régulier.

Les vaporisateurs à produits ménagers ne sont pas parfaits car leur débit est fluctuant.

En jardinerie on trouve de meilleurs vaporisateurs.

Celui-ci (en vert sur ma photo) est distribué par FDGI | Orly et a une contenance de 500 ML. Je l’ai choisi en fonction de sa possibilité de régler avec grande précision le débit de pulvérisation d’eau.

Avant utilisation, il est bon d’avoir le réflexe de pulvériser un peu ailleurs que sur sa feuille, histoire de s’assurer que le débit est bien comme on veut.

Alternative pratique en plein air : un petit brumisateur, facile à glisser dans une poche.

Toutes les marques d’Eau en proposent à la belle saison… mais c’est de l’eau minérale… Certains préfèrent les eaux déminéralisées. Pour ma part, vu tous les produits chimiques résiduels que l’on retrouve un peu partout, dans l’air, dans l’eau, dans nos légumes… je prends l’eau que j’ai sous la main et ça me va.

Alors au printemps comme en été… gardons nos pinceaux et nos papiers bien humides…

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR