Aquarelle extrafine de marque Daniel Smith

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

<<< site officiel >>>


Le médium Daniel Smith se classe en trois catégories :
> EXTRA FINES,
> PRIMATEKS, 
> Luminescents

et avec ses 247 nuances, l’Artiste a de quoi trouver son bonheur. Je rappelle toutefois que pour débuter et pour maîtriser les mélanges, il faut commencer par les trois primaires, puis passer à une palette réduite, avant de découvrir les autres nuances.

Les tubes sont chers (je n’ai pas essayé les sticks) mais si l’on connaît une personne qui voyage outre Atlantique, il faut savoir que là-bas ce produit est vendu à un prix raisonnable… cela vaut donc le coup d’attendre et de s’en faire apporter toute une série. Sinon on peut en commander au géant ou chez tout grand fournisseur. Le nuancier sur le site du Géant est toutefois mieux fait que sur le site officiel du fournisseur où il faut regarder couleur par couleur avec sélection possible par type (il manque la vue d’ensemble).

En tant qu’Artiste soucieuse d’offrir à ses client un maximum de Qualité, je ne m’intéresse qu’aux nuances offrant une résistance maximale à la lumière (et à ce niveau seul Schmincke offre des équivalents).

Les « plus » c’est que sur son site officiel, Daniel Smith donne de bons conseils pour des mélanges innovateurs et subtils. Le « moins » c’est que le site est rédigé en anglais et que tous les français ne maîtrisent pas (dont moi, snif).

Daniel Smith fabrique son médium aux Etats-Unis, plus précisément à Seattle. Sa particularité c’est que la gamme de 247 couleurs on en trouve 207 qui sont produits à base d’un seul pigment.  C’est très important pour l’aquarelliste.La gamme primatek correspond aux pigments purs. Les iridescentes peuvent convenir aux Artistes ne maîtrisant pas encore les mélanges. Je les testerai ultérieurement vu le prix du produit en France. Selon le (grand) tube, le prix en France oscille entre 13 € et 25 €.

Mes coups de coeur au niveau des nuances, mais c’est tout à fait subjectif et correspond à mes sujets et à ma technique perso… Par contre, les fabricants changeant souvent le nom des produits (d’une marque à l’autre), l’Artiste doit s’intéresser au pigment contenu dans le médium qu’il souhaite acheter !!!

> titane buff (semi-opaque, résistance maxi)
> jaune citron (transparent, résistance maxi)
> jaune indien (transparent, résistance maxi)
> rouge quinacridone (transparent, résistance maxi)
> purpurite (transparent, résistance maxi)
> bleu sarcelle cobalt (semi-transparent, résistance maxi)
> or quinacridone (transparent, résistance maxi)
> or foncé quinacridone (transparent, résistance maxi)
> bronze du désert (duochrome, transparent, résistance maxi)
> violet nacré (duochrome, transparent, résistance maxi)
> or interférence (duochrome, transparent, résistance maxi)
> bronze iridescent (duochrome, transparent, résistance maxi)

Pas de vert pour moi, je préfère les obtenir par mélanges…
Attention, pour la plupart des nuances jaunes et oranges, l’aquarelliste EXIGEANT fera mieux de se procurer des pigments purs et de les mélanger lui-même à on bon liant. Ceci pour une plus grande résistance à la lumière.

Pour peindre avec ce médium il est bon d’avoir un papier de qualité en fibres naturelles (Arches est mieux que Centenaire, sinon Bambou ou un papier tel que Bockingford), et un pinceau doux en martre ou petit-gris. J’ai quand même testé au pinceau chinois… et j’en suis également satisfaite. Le travail avec Daniel Smith est très agréable.

Mes modestes observations (l’article sera complété au fur et à mesure de mes essais) :
> D.S. est mélangeable à toutes les grandes marques
> D.S. permet de beaux effets de texture
> D.S. a de belles granulations ( lapis lazuli, sodalite, red rock,
> bloodstone, lunar red ochre, riger’s eye)
> mais elle devrait être bien plus accentuée !

Voici (entr’autres) deux essais :
> le premier sur Arches
> le second sur Centenaire.


J’encourage le Lecteur à se faire sa propre opinion avec au moins les primaires et l’une ou l’autre luminescente. Mais pour le Céruléan-blue, il faut absolument le prendre chez Schmincke, celui de D.S. ne fait franchement pas le poids.

 

nb. : pour tester  238 nuances, à petites doses, il vous en coûtera uniquement 13 € (arrondi) si vous optez pour la carte-tests.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

Pas à pas… avec ou sans calque ?

Il m’est arrivé qu’on me demande si je fournis des motifs à copier ou à décalquer pour mes pas à pas…

La réponse est non et je vais vous expliquer pourquoi.

  • il faut dissocier l’aquarelliste-coloriste de l’Artiste-Peintre
    et dissocier aussi les artistes en herbe des professionnels…
  • je n’entre pas ici dans les débats concernant les professionnels dont certains choisissent de se faciliter la vie et de la faciliter à autrui… mais heureusement qu’il y a les autres, les « vrais »… qui ne conçoivent une Création que si elle naît entièrement de leur main…
  • Examinons la question sous l’angle d’un débutant-ès-peinture…

Notre débutant aura, et c’est inévitable avec les médias dont nous disposons actuellement, entendu parler des pas à pas, et des techniques « faciles » permettant en trois coups de pinceau de produire un chef d’oeuvre. Bon, s’intéresser à l’Art est déjà une bonne chose, mais là il va falloir sérieusement clarifier le but final à atteindre.

Chacun doit, pour lui-même (et chacun se doit d’être franc avec lui-même), savoir s’il veut juste faire du coloriage donc du remplissage de surface tel que nous le faisions en maternelle et en primaire. Certes peut-être avec plus de finesse mais le fait de se servir d’un support tout prêt suppose que l’on accepte de reproduire (et souvent mal) ce que d’autres ont créé, le tout sans aucune réflexion personnelle par rapport aux formes et aux compositions. Je ne juge pas, j’explique. Nuance.

L’une des motivations de l’utilisation du calque c’est à mon avis l’absence de technique… et l’envie d’épater rapidement la galerie. Quelques artistes l’ont compris et proposent, eux, des calques dans leurs workshops ou leurs pas à pas. Si tel est votre choix je peux vous orienter vers eux… j’en connais deux qui ont écrit des livres fournis avec calques et quelques-uns qui accepteront de vous apprendre en stage comment coloriser efficacement.

Si par contre vous avez compris que l’Art est lié à un minimum de discipline, alors… vous prendrez un crayon et vous dessinerez vous-même les trois fruits se trouvant sur votre table… en cachette car au début ils ne seront pas ressemblants. Puis, petit à petit, pourvu que l’on dessine au moins un petit quart d’heure par jour… les fruits sembleront de plus en plus « vrais »… Et là vous les montrerez fièrement à tout le monde… La trajectoire d’un élève peut changer du tout au tout selon la qualité de l’Enseignement qu’il choisit de recevoir…

Idéalement, on commence à apprendre à tracer les objets ne nécessitant pas l’apprentissage de la perspective, puis petit à petit on s’initie à la perspective simple… puis un peu plus corsée… jusqu’à finalement arriver à aborder tous les sujets et à ne plus paniquer devant une feuille blanche ni devant une mise en scène .

Rien de plus grisant, même pour une simple esquisse, que cette totale liberté du crayon sur le papier… le pinceau ensuite saura tirer au mieux parti de ce tracé que la main aura encore en mémoire…

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAVIS en aquarelle, Le Guide…

Un lavis consiste en clair à se munir d’un pinceau mouillé et à prendre dans une assiette ou sur une palette de la couleur que l’on y a préalablement déposée d’un tube ou provenant d’un godet.

Pour cela il faut savoir que le médium sortant d’un tube est plus dense et plus crémeux que celui en godets, ou en semi-godets et qu’ensuite c’est une question de transparence, semi-opacité ou opacité mais aussi de quantité d’eau. Plus on en met, plus le résultat devient transparent.


Avant de commencer, préparer un bon papier aquarelle en y dessinant une marge régulière le long de chaque bord, puis en la recouvrant de scotch. Du simple scotch de bureau convient pour les papiers de marque ARCHE ou BOCKINGFORD, pour tous les autres papiers il faudra recourir au scotch spécial « peintre ».

Surélever légèrement le bloc à l’arrière, puis plonger son pinceau dans l’eau. Prélever un peu de médium dans la palette ou l’assiette, et passer le pinceau sur le papier de haut en bas. (plus bas = lien vers mon clip)

Il existe des lavis unis (pour un ciel par beau temps par exemple) et des lavis dégradés, mais le débutant s’appliquera d’abord à obtenir une surface uniformément colorée avant de passer aux dégradés.

Un lavis peut s’appliquer sur papier sec ou préalablement mouillé de manière uniforme. Cette dernière option est préférable pour les dégradés.


Un « fond » ainsi traité peut servir de base pour un travail plus poussé. L’idéal est aussi de transposer concrètement l’exercice du LAVIS par l’exécution d’un petit paysage monochrome. Tous les effets spéciaux (perspective atmosphérique, intensités, contrastes etc…) sont obtenus en passant d’une couleur très fortement diluée à la couleur originale…

Pour permettre aux débutants de s’initier à l’aquarelle j’ai fait un petit clip de 5 mn qui reprend la gestuelle basique pour les différents types de lavis indiqués supra ainsi que pour l’application du sel.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR