Devoir VITE interrompre une aquarelle…

© site sous copyright | CONFORME RGPD !

 

 

Une aquarelle se fait généralement d’un jet, hors phase dessin… C’est un travail tributaire du cycle de l’EAU… et cela nécessite une grande concentration car c’est assez technique. C’est l’une des raisons pour lesquelles on ne peut que rarement me joindre = je ne peux pas me laisser déranger dans le feu de l’action.

Néanmoins, un artiste pouvant aussi avoir des proches en situation d’urgence, il arrive à tout un chacun de devoir arrêter d’une minute à l’autre, en plein travail…

CHRISTIANE ALLENBACH INTERRUPTION EN COURS DE TRAVAILCi-dessous quelques astuces permettant quand même de récupérer ledit travail…

  1. lorsque l’eau est encore à la surface du papier et qu’on vient d’y poser des couleurs pour l’arrière-plan, bouger la feuille pour faire migrer les pigments et laisser entièrement sécher au lieu de continuer dans la foulée…
    °
  2. en phase « brillante » lorsque l’eau a commencé à rentrer dans le papier, on pose généralement une 2ème fois de la couleur dans l’arrière plan, pour produire un flou-artistique. Si on a commencé au moment où l’arrêt est urgent… c’est généralement en « local » donc s’assurer que le pigment est correctement posé… et laisser complètement sécher. On devra en revenant remouiller entièrement (dans ce cas pas au pinceau mais à l’essuie-tout très trempé avec un contact minimum d’avec ce qui est déjà peint).
    °
  3. Au stade mi-mat… et mat-frais où l’on pose généralement un pinceau assez chargé en pigment… s’il faut arrêter pile… on peut selon ce qu’on était en train de faire, bouger la feuille pour faire migrer le pigment, la laisser sécher à plat ou faire quelques projections d’eau : en revenant on terminera le travail en tenant compte des auréoles produites aléatoirement.
    °
  4. Sur les papiers délicats de type satiné, ou Moulin du Coq (bloc de 100 Feuilles) il n’est évidemment pas question de frotter avec un linge humide pour récupérer un contour trop net ou mal plaçé… mais ces types de papier séchant assez vite… on peut avant de devoir s’interrompre injecter beaucoup d’eau de manière à avoir toute une série d’auréoles, et en revenant retravailler à partir du résultat obtenu. Très localement, un coton-tige humecté permet de petites rectifications mais il faut à tout prix éviter d’appuyer.
    °
  5. Il est clair que si l’on travaille sur papier sec, on se contentera d’estomper ce que l’on était en train de peindre par la technique du double-pinceau de manière à flouter le contour… il sera facile de reprendre en revenant.
    Le type de travail qu’on peut le plus facilement arrêter en cours de route c’est la technique des superpositions de couches…

Parfois une interruption impromptue permet de repartir dans une autre direction que celle prévue, plus intéressante.

CHRISTIANE ALLENBACH_INTERRUPTION EN COURS DE TRAVAILCi-dessous un motif fait en plein air et à grande eau… avec évidemment des interruptions…

CHRISTIANE ALLENBACH SCHIRMECK 40 x 50 cm

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

website  >>> https://peinturemamanlotus.fr/
Facebook  >>>      https://www.facebook.com/pages/Allenbach-Christiane-Watercolor/425141794199091?ref=hl  
©  ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,
à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…



from © ALLENBACH CHRISTIANE | #ALLENBACHCHRISTIANE (Adagp)