Tendre son papier aquarelle

© contenu intégral du site sous copyright

°

Article ré-actualisé le 09 janvier 2017.


VOSGES | ARCHES | PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | BORD FRANGE FEUILLE ARCHES

An meine deutsche Malfreunde... Ihr kennt alle schon BAXRAINER, ein Maler den ich sehr bewundere aber mangels $$ noch nicht persönlich kennen lernen durfte... Auf seiner Homepage findet man ein .PDF der erklärt,  wie man das Aquarellpapier auf Spanholz aufzieht... das Resultat ist verblüffend und ich bin davon, besonders für Groβformate, restlos begeistert...  Folgender Text ist hauptsächlich für diejenige gedacht die mit der deutschen Sprache nicht klar kommen... In .PDF meine Übersetzung mit seinem Einverständnis.

 

J’ai essayé à peu près tous les papiers aquarelle possibles et imaginables, avec parfois d’agréables surprises, parfois quelques déceptions…

Le choix d’un papier dépend d’une part des moyens financiers de l’Artiste, ensuite de ses techniques de peinture et ensuire de ses goûts personnels souvent subjectifs. Il faut donc essayer les papiers très méthodiquement, non seulement l’un après l’autre… mais tester le même papier dans des conditions d’utilisation différente, par exemple indoor/outdoor, technique humide ou sèche, glacis etc… Comparer le résultat, le plaisir qu’on aura eu à peindre sur ce papier. Après quoi il est bon de choisir 1 ou 2 marques et d’en rester là… de cette manière on peut au mieux savoir que telle technique produit tel effet et on se trouve relativement à l’abri des mauvaises surprises…

J’ai parlé séparément des feuilles tendues par scotchage, agrafage ou autre… mais il y a souvent grosse perte de papier. La technique de Baxrainer permet de remettre une feuille PLANE ne nécessitant plus une mise sous presse, à un client éventuel rencontré en plein air (ça arrive souvent lors d’événements artistiques et j’ai regretté d’avoir loupé une vente pour ce jour là ne pas avoir utilisé cette méthode)

Encore une des raisons qui m’amènent à privilégier ARCHES pour les dessins où il faut un bord parfaitement net : j’utilise à la place du scotch-crèpon du simple scotch de bureau ou du scotch-à-filmer-les-palettes, plus large et plus adapté aux grands formats. Il se détache très bien du papier Arches mais le papier Cornwall que pourtant j’adore ne supporte pas ce traitement et je lui réserve par conséquent des motifs  où la peinture ne va pas jusqu’aux bord de la feuille. D’autres bons papiers sont « nés » entretemps mais je ne les ai pas encore testés. J’en parlerai séparément.

La technique d’encollage n’est, sincèrement, pas plus compliquée que d’agrafer une feuille mouillée sur cadre, il suffit d’avoir un minimum de matériel basique… et les planches sont souvent soldées dans les magasins de bricolage, on peut pour une dizaine d’euros avoir un caddie plein… en divers formats. Je ne suis pas très à cheval quant au format car je préfère une planche trop grande qu’une planche trop petite…

Voici donc, en images, mon matériel de base…


Au vu de ma photo vous remarquez un rouleau à pâtisserie.
Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’une fois que j’ai encollé les grands formats (raisin et plus), je pose dessus du papier-film transparent pour ne rien abîmer et qu’ensuite, partant du centre, j’aplatis le tout au rouleau… c’est super efficace.

De même, à partir du format raisin, on gagne à appliquer la colle avec une éponge…  mais sinon je ne change strictement RIEN à la technique apprise chez W. Baxrainer.

Et voici maintenant le PDF tant attendu… à ne pas diffuser à grande échelle, seul l’usage individuel est autorisé car sous Copyright. ©

allenbach-christiane-pdf

Certains de mes travaux sont repris illicitement sur des sites payants comme Amazon, c’est tout à fait illégal et passible de poursuites alors même si par passion j’aime partager, prenez-garde et ne piochez RIEN, tout le contenu du site étant sur copyright.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR