Méditations artistiques…

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 

 


ALLENBACH CHRISTIANE MEDITATIONS ARTISTIQUESL’article « ma note à mouâaa » est toujours d’actualité mais au moment de la transmission des résultats d’exercice on se pose forcément quelques questions… et comme ça m’étonnerait que je sois la seule dans mon cas je partage mes réflexions avec mes internautes préférés…

Je ne reprends pas ici la difficulté actuelle de vivre de son Art, mais face aux questions que le public me pose souvent en me voyant travailler en plein air il me paraît opportun de revenir sur certaines questions, sachant évidemment que l’Artiste par essence se remet chaque jour en question sinon il stagne au lieu d’évoluer…

L’Art… un vrai métier ?

Ouiiiii… c’est un VRAI métier nécessitant professionnalisme, nécessitant de nombreuses compétences et… ayant pas mal de contraintes. Par ex. celle de faire des veilles, donc à se tenir régulièrement informé(e) de son univers professionnel… cela inclut les « tendances », le matériel, la mode, la législation, l’étude de marché & préférences de la clientèle…

Remises en question ?

Elles doivent passer dans le domaine du réflexe et pour être optimales se baser sur des échanges professionnels avec des tiers compétents (Enseignants, designers, collègues, amis & C°). J’en profite pour remercier régulièrement tous ceux qui d’une manière directe ou indirecte m’aident à faire en permanence un « ajustement » tout en respectant « ma » griffe à moi. Griffe qui tient toujours compte du vécu et de l’environnement d’un Artiste… (à titre d’excemple j’ai encore beaucoup de mal à rendre la « douceur » et le romantisme, certains savent pourquoi)

ALLENBACH CHRISTIANE RENAISSANCE 30 x 40 cmA l’heure où l’Europe entière est en crise il est clair que le monde de l’Art souffre et que les clients hésitent à se faire plaisir ou à démarrer une collection. J’ai « réagi » en n’augmentant PAS mes prix depuis trois ans, mais comme beaucoup d’Artistes-peintres, je suis à la merci d’un marché qui s’érode… et là…  en tant que « Créateur » on ne peut rien faire, si ce n’est souhaiter ardamment que notre environnement économique s’assainisse…

Diversifier son activité ?

L’aquarelle est le médium le plus technique qui soit et il faut des années pour s’exprimer librement avec, sachant que cette liberté passe par une maîtrise technique donc une formation solide.

Personnellement je touche à d’autres techniques notamment sèches mais c’est plutôt dans mes loisirs.  Diversifier mon activité reste quand même, théoriquement, possible, mais pour conquérir de nouveaux marchés il me faudrait disposer d’un véhicule et d’un petit capital… car hélas notre monde marche à coup d’argent, que ce soit en entreprise ou ailleurs…

J’ai cependant en permanence de nouveaux « projets » sous le coude…

Se diversifier en adoptant une autre technique peut faire baisser la qualité de notre travail car mis à part quelques génies, on n’est jamais bon en tout… on a juste l’impression qu’un marché s’ouvre parce qu’on découvre d’autres horizons… Pour moi il ne s’agit pas juste de peindre ce qui est rentable mais avant tout d’augmenter en permanence mon savoir-faire.

Innover, une utopie en 2017 ?

à l’heure où tout a été dit et où tout a été fait… il est plus qu’autrefois difficile de sortir des sentiers battus… Pour moi l’innovation se porte plutôt dans ma manière de rendre un sujet et sur la façon dont je vais choisir la technique… le tout mixé avec ce que je « suis » pour un mélange qui jusqu’ici a fait le plaisir de mes clients. J’ai quasiment l’âge de la retraite, ce qui fait qu’évidemment je laisse de côté les techniques modernes comme le travail avec la tablette ce qui assurément augmente la rentabilité. Je mets donc forcément l’accent sur le savoir-faire « manuel »… voire l’originalité.

Trouver sa place… est ce encore possible ?

En principe oui… mais à condition de disposer d’un solide cercle relationnel qui a pignon sur rue dans le monde de l’Art… souvent il faut d’abord « injecter » de l’argent en formations pour ensuite se voir décerner un prix ou obtenir un quelconque autre avantage.

On trouve assurément sa place si financièrement on est en mesure de répondre aux nombreuses invitations que l’on reçoit par rapport à de l’événementiel. De ce côté là je confesse être cuite… et j’ai dû refuser des invitations importantes à l’étranger (Iws & C°)  juste pour raisons matérielles ce qui évidemment enferme

Il faut cependant garder à l’esprit que sans appartenir à un collectif régional ou national, on n’avance pas… car les artistes membres sont forcément mis en valeur au détriment des autres. Il faut donc à un moment donné choisir de peindre ce qui « nous » correspond vraiment au risque de se faire jeter… ou alors adapter son art pour rentrer dans le moule… et espérer gravir les échelons… Mais il faut dans tous les cas si on opte pour la dernière solution, avoir  un véhicule et pouvoir se montrer à tous les événements importants du monde de l’Art.

Rester dans le moule peut (mais ne doit pas) être synonyme d’ennui pour le public. Mais il est vrai que les plus grands ne peignent pas forcément pour le public mais pour le jury… et ceci reste un luxe pour ceux qui doivent vraiment vivre de leur art car un tableau pour eux doit aussi pouvoir se vendre…

 

Cet article sera actualisé en fonction des changements et évolutions du monde de l’Art, pensez à revenir y jeter un coup d’oeil. Merci.

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

website  >>> https://peinturemamanlotus.fr/
Facebook  >>>      https://www.facebook.com/pages/Allenbach-Christiane-Watercolor/425141794199091?ref=hl  
©  ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,
à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…