Papier Sugar-Cane (multi-techniques)

© contenu intégral du site sous copyright

 

____________


J’ai « hérité » de quelques feuilles de papier LANA 25 % coton,et qualifié par le fabricant de hautement écologique…  Composé de 75% de la canne à sucre et 25% chiffon, ce papier a un grammage de 280 g/m², ce qui à mon grand étonnement suffit pour éviter qu’il ne gondole.

Il est très résistant et offre une texture intéressante tant au recto qu’au verso. Par contre, il vaut mieux ne peindre qu’un seul de ses côtés, nous sommes ici loin du 600 g/m²…

 

Sa blancheur est naturelle, un peu chaude,  et surtout, il garde au médium tout son éclat. Je l’ai testé à l’aquarelle tout comme à l’encre. Rien à redire…

Par contre, par rapport à du papier extrêment polyvalent… il faut choisir judicieusement ses techniques en aquarelle.

A titre indicatif… on peut y faire à la perfection les retraits tant à sec que dans le mouillé. Les fusions y sont excellentes tant pour l’aquarelle que l’encre. La texture transparaît bien sous les couches de peinture transparentes superposées. On arrive à y faire des retraits à la carte-bancaire mais il faut faire VITE.

CHRISTIANE ALLENBACH MARQUE PAGES RACINESCe papier se prête moins bien  à certains effets spéciaux comme les « racines » (on y reviendra plus tard et séparément) et ne permet pas non plus, vu son grammage, des travaux à très grande eau. En effet, il sèche très vite ce qui par contre est excellent pour les superpositions de plusieurs couches (je vais parfois jusqu’à 21).

CHRISTIANE ALLENBACH DECOUPE PAPIER DEJA PEINTLes effets avec le sel, les éclaboussures d’eau, et les retraits d’une ligne au papier… sont plutôt à éviter… mais il est vrai qu’en plein air on ne pratique pas trop ces astuces… et lorsqu’on le coupe aux ciseaux, ou à la machine… comme beaucoup de papiers de ce type… la coupure n’est pas nette. Pour un travail destiné à être encadré ce n’est pas important mais pour des cartes postales ou marque-pages c’est rhédibitoire.

Dans le sec, les retraits au pinceau reprennent trop de couleur, cela peut donc parfaitement convenir aux uns et ne pas aller pour les autres, à vous de voir à l’usage.

Son atout c’est la possibilité de mélanger tous types de médium : acrylique, encre, aquarelle… le contact un peu rugueux avec le papier donne de jolis effets.

Les contrastes y sont excellents.

C’est « le » papier à emmener en outdoor, surtout qu’on peut très bien combiner marqueur-indélébile et aquarelle (par ex).

 

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,
à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…