Les mauvaises habitudes | dessin & peinture

© contenu intégral du site sous copyright ____________

 

 


CHRISTIANE ALLENBACH | FOND DE GOBELET SALELes mauvaises habitudes, que ce soit dans la vie de tous les jours ou en Art, une fois installées, sont sont difficiles à gommer mais ce n’est pas impossible. Pas de panique…

Dans le quotidien comme dans un métier créatif il faut avant tout avoir l’humilité de se remettre régulièrement en question et de revenir à la case départ pour y changer quelque-chose et surtout s’améliorer.

A titre d’exemple, on peut choisir de remédier à un manque de connaissances et de technique plutôt que de créer un « genre » qui donne l’impression d’enfreindre les règles alors qu’on ne les a jamais maîtrisées. Pour citer un cas connu, le célèbre Picasso a démarré par une voie des plus classiques et des oeuvres respectant règles & canons avant de prendre une orientation différente. On ne peut valablement contourner ou refuser une règle QUE lorsqu’on la connaît…  Le « connais-toi-toi-même » de Socrate prend en Art autant de sens que dans la vie… et on gagne parfois à rester dans une spécialisation plutôt que de vouloir à n’importe quel prix épater-la-galerie… Cette propension à courir après le succès est d’ailleurs devenue épidémique depuis l’expansion des médias sociaux et l’on oublie trop souvent qu’être célèbre sur facebook c’est un peu comme gagner au Monopoly… cela n’apporte réellement RIEN.

Chacun ayant quelques mauvaises habitudes, il est judicieux d’en choisir une et de s’en occuper jusqu’à élimination, puis de piocher la suivante… Si la volonté est là… zèle & détermination suivront. Il faut par contre accepter de sortir momentanément de son petit-confort pour changer…

En dessin et aquarelle… mes meilleurs Enseignants m’ont dit qu’un mauvais départ est extrêmement difficile à rattraper. Pourquoi ? parce que l’habitude a une certaine « force » et est très difficile à déloger.

Attention, une mauvaise habitude peut aussi s’attraper en cours car pour peu qu’il y ait un nombre d’élèves supérieure à la douzaine, elle passera inaperçue… ou sera même encouragée.

A titre d’exemple j’avais pris l’habitude de dessiner sur le motif d’un coup de crayon très très léger comme en technologie, de manière à ce qu’en repassant sur le bon traçé je puisse facilement effacer. Alors que l’un de mes Enseignants cautionnait ce procédé paraît-il courant… un autre le condamnait en disant que repasser plusieurs fois pour chercher le tracé juste mettait la réflexion en sommeil… Si l’on prend soin d’exercer son oeil tout en apprenant les « règles  » (perspectives ou canons) on augmentera ses chances d’avoir un tracé d’emblée correct ne nécessitant que peu de retouches. D’ailleurs les techniques de dessin au stylo ou à l’Encre de Chine devraient être pratiquées régulièrement, elles interdisent le repentir.

Il faut bosser les bases au moins quinze minutes chaque jour quel que soit le niveau que l’on a… car on perd vite le sens des proportions même après quarante années de dessin

Avec un peu de discipline on peut saisir d’emblée les bonnes proportions, les rapports entre les différents éléments et la main doit est alors assez souple pour effectuer n’importe quel tracé peu importe le sens de ce que nous voyons. Ce dernier point me pose mécaniquement un problème (souci poignet) mais je compense au mieux.

Côté lumière, si on travaille à la bosse, repérer les endroits qui en sont très innondés (on pourra utilement s’y passer de lignes de démarcation) tout comme ceux qui en sont totalement privés. Ensuite entre les deux, on jonglera selon le nombre de valeurs qu’on voudra attribuer à notre travail.

Se hâter de passer aux détails est une autre mauvaise habitude… que je connais bien… alors mon effort va vers la simplification du sujet.

Et il y a aussi la hâte à s’occuper du modelé avant que le dessin blanc ne soit correct (juste) et fini.

Autre mauvaise habitude : un tracé fait trop lentement. C’est pour ça que dans un cours sérieux avec modèle, les pauses  sont limitées à 5/7 mn au début… Aller plus vite n’est toutefois possible que si la pensée est rapide (donc si on a acquis la base théorique). Petit à petit la main suit sauf pathologie spéciale…

Voici quelques « pistes »… mais ces exemples ne sont pas exhaustifs et chacun trouveras d’autres mauvaises habitudes à combattre (pour moi mettre le pinceau dans la bouche en est un à titre d’illustration de mes propos). A chacun(e) de s’auto-analyser… et de travailler en conséquence. Pourquoi j’en parle ? parce que pour beaucoup, savoir qu’ils ne sont pas seuls, ça aide… et savoir que le talent c’est 99 % de dur-labeur, ça aide aussi…

CHRISTIANE ALLENBACH | MODELE VIVANT | CONSTRUCTION FEMME DOS

 

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…