L’art en tant que conception d’un projet complexe | concept art

© contenu intégral du site sous copyright ______

______

ALLENBACH CHRISTIANE COULEURS DE LA VIEAquarelliste polyvalente, je suis aussi amenée dans le cadre de mes études à élargir mon horizon et à m’intéresser à l’Art un peu moins connu, par exemple l’art en tant que conception basique pour un projet complexe.

Pour y voir clair il faut se référer aux termes anglais car il s’agit ici de ne pas confondre conceptual-art (lié au minimalisme) et concept-art. C’est pourquoi dans cet article je ne parlerai pas d’art conceptuel, qui induit en erreur.

Je ne développerai ici que le  CONCEPT ART.
Il s’agit à l’origine d’une forme de dessin ou d’illustration ayant comme objectif de constituer un design visuel ou développement…  En clair, pour les graphistes modernes qui travaillent à la tablette, CONCEPT ART équivaut au dessin crayon initial, souvent un dessin blanc.

Ce dessin blanc est ensuite scanné, et traité avec un logiciel approprié. Je ne peux pas ici faire de simulation n’ayant pas de tablette mais il faut savoir (ceci par rapport aux jeunes gens voulant se lancer dans une carrière artistique ou graphique) qu’à l’heure actuelle, travailler uniquement sur papier est dépassé et que la tablette est un passage obligé… sauf bien sûr pour les artistes dits « traditionnels »…

Pour situer l’art-conceptuel (concept art) dans la progression globale d’un projet artistique, en voici les principales étapes, que j’ai pu suivre en direct chez un ami illustrateur professionnel :

  1. conception sous forme de dessin blanc (concept !!)
  2. ombrage et peaufinage du dessin (donc plus blanc)
  3. le choix d’un sujet parmi plusieurs concept’s
  4. la mise en 3D par un logiciel approprié
  5. travail sur la texture et les couleurs
  6. intégration dans une affiche, cover ou autre support en fonction du cahier de charges du client…
  7. Harmonisation de l’ensemble puis… conversion des couleurs et transmission à l’imprimeur.

Le but d’un concept (dessin blanc) est de proposer à un tiers plusieurs projets concrets, charge à lui d’éliminer d’emblée ce qui ne mérite pas d’être développé. Cela se pratique en illustration tout comme dans le dessin industriel ou à vocation publicitaire mais aussi en mode et… chez le paysagiste. Un débouché sûr et « rentable » est l’affiche de films mais bien entendu dans ce domaine là il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus…

Les designers utilisent le concept-art pour mettre leurs idées sur le papier donc en tant qu’étape entre leurs idées et… un objet concret à créer ou à remodeler.

Un bon concepteur ne doit pas seulement être un bon artiste, il doit supporter la pression générée par le cahier de charges du client en termes de délais et de qualité, et aussi avoir des connaissances juridiques pour protéger ses idées et les vendre à leur juste valeur.

Il y a des concepteurs qui ne partent pas d’un dessin blanc mais d’une aquarelle, acrylique, dessin à l’encre ou au feutre… et qui transforment totalement ce support à l’aide de logiciels. Mais souvent, la maîtrise d’un médium et des connaissances techniques qui y sont liées notamment les mélanges de couleurs, fusions etc… sont indispensables pour produire un bon travail graphique. On aurait parfois tort à croire que le travail graphique avance plus vite… c’est rarement le cas et à titre d’exemple pour produire une belle affiche A3 prête à l’impression il faut une après-midi entière pour les sept étapes pré-citées. Par contre, là où cela devient intéressant, c’est que contrairement au travail sur papier, le travail virtuel permet de revenir en arrière en détruisant un ou plusieurs calques… et de repartir dans une autre direction sans avoir tout à refaire.

Je ne peux que recommander à toute personne désirant se lancer dans le concept de toujours demander un cahier de charges complet et de ne jamais accepter de bosser au fil des humeurs d’un client car on y perd du temps et de l’argent.

attention, le concept art c’est  produire le support de départ… pas forcément le fait de faire aboutir le projet jusqu’au bout… Pourquoi ? parce que tous les bons graphistes ne sont pas forcément de bons dessinateurs et ils peuvent très bien collaborer avec ceux qui peuvent dessiner vite-et-bien… à la main…  Je connais des artistes qui ne font rien d’autre que mettre des concepts sur papier, charge ensuite aux graphistes d’en faire ce qu’ils veulent… mais je connais aussi des « bons » qui font tout de A à Z…

 

 

 

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…