Gestion des imprévus | artiste professionnel

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Ayant évoqué les contraintes de cette profession dans un précédent article, je souhaite ici mettre l’accent sur un autre point, souvent lié à notre activité, à savoir : la gestion des imprévus voire du stress pouvant en découler.

Un événement imprévu qualifiable aussi de tuile ou de pépin… peut surgir à tout moment et compromettre tout ou partie d’un projet parfois important…

Dans la vie tout court comme dans la vie professionnelle, les imprévus sont incontournables et même avec maintes précautions en amont on ne peut pas tout à fait les écarter. Mais en ayant les bonnes réactions, des compétences avérées et si possible dans beaucoup de domaines, cumulés à une créativité sans limites se manifestant par l’Art d’improviser… on arrive à peu près à s’en sortir…

Il faut déjà distinguer entre les événements sur lesquels nous pouvons agir et ceux face auxquels nous sommes impuissants et avec lesquels il faudra composer en essayant juste de minimiser les dégâts… Qui m’a appris à discerner de la sorte ? tout simplement Epictète… le roi de la Sérénité…

EVENEMENTS SUR LESQUELS NOUS POUVONS AGIR

 

actions préventives en amont

  • monter son projet en prévoyant le plan A (initial) assorti d’un plan B et même d’un plan C… la construction-par-anticipation, c’est la sérénité garantie…
  • avoir une réflexion personnelle par rapport à son mode de fonctionnement et essayer de prévoir tous les cas de figure
  • savoir s’entourer de professionnels compétents si besoin est…
  • développer ses capacités d’improvisation mais ne pas s’attendre à ce que les poulets-rôtis-tombent-du-ciel… il y a derrière la faculté de pallier au plus pressé ou d’innover si besoin est… toute une panoplie de compétences… qu’il faut développer au fur et à mesure de sa trajectoire professionnelle. Pour ma part, avoir eu des postes à responsabilité dans le monde salarié avant d’avoir été artiste m’a énormément appris… affronter l’imprévu s’apprend…
  • calculer les risques que l’on prend en sachant trouver le juste milieu entre zéro-risque (donc aussi zéro-action) et de gros risques pouvant très vite devenir dramatiques… Dans le monde de l’Art où tout est souvent un défit… il faut savoir garder les pieds sur terre et cela passe aussi par une re-définition réaliste de ses propres objectifs et les moyens les plus sûrs de les mettre en oeuvre…

actions limitatives pendant les dégâts

  • enclencher le plan B ou C préparé à l’avance
  • acquérir parfois rapidement de nouvelles compétences permettant de continuer à agir là où d’autres baisseraient les bras

 

actions curatives après dégâts

  • un défaut de planification ou de compétences est parfois dramatique mais on peut également être confronté(e) à de gros problèmes complètement indépendants de notre volonté, qu’il faut alors apprendre instinctivement à gérer au mieux…
  • Voici quelques exemples (non exhaustifs) d’imprévus pouvant être solutionnés par l’Artiste réactif et professionnel mais je tiens à souligner aussi qu’un excès de précautions peut très vite devenir contreproductif…
  • une avarie de transport
    Préférer l’envoi décadré et sous rouleau mais en cas d’envoi encadré, apprendre au client comment faire à la livraison des réserves permettant le recours juridique contre le transporteur. Si c’est juste la vitre qui est cassée, pour une somme modique elle peut être remplacée. Toujours préférer les arrangements à l’amiable plutôt que les litiges juridiques…
  • un livraison bloquée chez un transporteur
    Client absent… l’Artiste n’est pas responsable et il suffira de patienter… mais si l’envoi est bloqué à cause d’un facteur inhérent au transporteur il faut une action immédiate et concrète de l’Artiste pour y remédier avec bien sûr prise de contact au niveau du client…
  • perte d’un colis
    Là il y a gros préjudice et déception du client… c’est très difficile à gérer pour l’Artiste surtout qu’un tableau ne peut jamais se refaire à l’identique – Certains clients renonceront alors à leur achat et il faudra les rembourser, d’autres accepteront une création similaire contre une compensation financière ou un autre geste commercial. Ne pas négliger non plus le recours contre le transporteur… pour les oeuvres importantes il faut toujours prévoir en amont par le biais d’une assurance spéciale.
  • grève Sncf
    Bien qu’ayant déjà énormément conduit… pour raisons de coût je me sers des transports en commun dès que faire se peut… Il faut parfois prendre en compte le fait de devoir sérieusement dévier de sa trajectoire initiale pour arriver au but et toujours avec retard… ainsi je me suis retrouvée à Paris en ayant réservé un train direct Avignon-Strasbourg mais il faut accepter que cela puisse arriver tout en espérant que cela ne sera pas le cas…
  • panne de voiture (perso ou location)
    Toujours partir à temps pour qu’un souci technique se transforme au pire en léger retard… et penser à prévenir les intéressés dudit retard… Cet incident se gère plus facilement si on planifie correctement son déplacement en partant avec une série d’adresses de garagistes situés sur le trajet choisi.
  • rendez-vous d’affaires manqué
    Certains RV-loupés ne se rattraperont jamais, d’autres pourront être reportés, à voir au coup par coup. Mais ils sont souvent assortis pour l’Artiste à des frais importants de déplacements… donc pertes sèches…
  • beug de logiciel (comptable ou autre)
    Personne n’est à l’abri et j’ai eu droit pour ma part à un beug partiel nécessitant d’importantes démarches pour rectifier le tir. On peut prévoir partiellement ces soucis avec des sauvegardes régulières mais c’est très « lourd » de les faire chaque jour et seules les entreprises le font… Il faut donc trouver des alternatives satisfaisantes commes confier à un tiers fiable certaines de nos données ou de laisser un professionnel gérer les données sensibles avec le coût que cela implique.
  • formation – cours
    Une formation qui saute n’est généralement pas dramatique pour un Artiste si c’est lui qui la reçoit… car cette activité nécessite une grande souplesse d’esprit et de facultés d’adaptation… Mais si c’est l’Artiste qui doit dispenser lui-même une formation il a pris des engagements… et sauf cas de force majeure il doit les honorer. S’il ne peut pas non seulement il doit rembourser intégralement les intéressés mais il lui en sera forcément tenu rigeur… bref son image de marque en souffre. A titre d’exemple, un Artiste ayant refusé de former un groupe parce que les personnes n’étaient pas venues en nombre suffisant donc que ce n’était pas rentable… a pour moi une attitude absolument inadmissible. Il faut préciser dès le départ un nombre de personnes minimum (par exemple trois ou quatre) et après même si on en eût préféré vingt… il faut fournir la prestation annoncée. Ne pas décevoir fait aussi partie du professionnalisme artistique.
  • encadrement
    Organiser une exposition importante et devoir faire face à un imprévu lié à l’encadreur… cela m’est arrivé et nécessite le recours à des confrères… Dans le même ordre d’idées, faire face en expo à une vitre cassée sur place nécessite aussi d’excellentes facultés d’organisation. Où que l’on expose, il faut toujours avoir un carnet d’adresses bien renseigné, et de bons contacts, pour se faire aider avec efficience et surtout très rapidement.
  • contacts
    Avoir des contacts fiables c’est aussi proposer soi-même une aide concrète à ses confrères ou connaissances, afin que le jour où l’on se retrouve confronté(e) à un imprévu, on puisse raisonnablement s’attendre à une remontée d’ascenseur. Mais il sera sage aussi de prévoir que cela ne sera pas possible et de devoir soi-même trouver une solution… 
  • communication
    Les relations humaines sont d’une énorme complexité et il y a souvent un monde voire un fossé énorme entre ce que l’on exprime, ce qui est compris et ce qui est interprété… il faut donc aller droit au but et écarter un maximum de malentendus qui peuvent nous jouer des tours pendables… Une parfaite honnêteté envers soi-même et envers autrui aide énormément à ne garder que des relations saines…

EVENEMENTS SUR LESQUELS NOUS NE POUVONS PAS AGIR

  • ils sont rares voire très rares et conditionnés par des faits très graves tels que : décès, accident, manifestations publiques, gros sinistre matériel etc… (liste non exhaustive).
  • La plupart du temps même si le drame semble total et irréversible, il y a moyen de l’atténuer…
  • Il nous faut toutefois apprendre à  ACCEPTER toutes les choses sur lesquelles nous pouvons pas agir…

En régle générale, on ne peut pas toujours prévoir l’imprévisible mais il faut s’attendre à tout, et être techniquement formé(e) pour faire face soi-même à un maximum de choses tout en sachant bien s’entourer pour ce que l’on ne peut gérer… Tout étant relatif… ce qui sera un drame pour les uns sera minime pour les autres… car chacun perçoit le monde à travers les lunettes de son propre ego…

Il est toutefois bon et même très recommandé, de disposer d’une personne neutre qui nous aide à faire le point par rapport aux domaines dans lesquels nous sommes efficaces et ceux dans lesquels nous avons encore besoin de nous perfectionner. Pourquoi ? parce qu’en cas de stress, nous ne sommes PAS opérationnels. Pour certains c’est stimulant, mais à bonne dose… pour d’autres c’est tout simplement usant et limitatif… Il faut donc accepter en permanence de sortir de sa propre zone de confort pour élargir ses compétences et ce sur tous les plans car dans cette branche, le personnel et le professionnel sont plus liés que dans d’autres domaines et l’hypocrisie de tiers est aussi un facteur qu’il faut apprendre à gérer sainement.

Le but immédiat c’est de pallier autant que faire se peut aux incertitudes et imprévus… et de rester dans l’action-juste en prenant émotionnellement un sain recul. Une bonne intuition souvent peut nous sauver la mise, à nous de savoir la cultiver car notre subconscient capte souvent des signes précurseurs annonçant un dysfonctionnement ou une imprévisibilité…

Sinon… un bon exercice est de faire des simulations dans chaque cas de figure, en mettant à plat ce qui se passerait dans tel ou tel cas… et en se faisant si possible aider par de vrais clients, de vrais collectionneurs, de vrais transporteurs… etc… en cas d’imprévu, l’homme de terrain aura toujours une longueur d’avance sur le théoricien…

Enfin, dans mon cas particulier, c’est moins important pour les autres, la météo fait partie des imprévus possible. Où que l’on habite il faut chercher longuement quelle est la météo la plus FIABLE (celle pour agriculteurs ne correspond pas souvent à Météo-France et dans mon coin la météo germanique s’avère toujours plus juste… les différentes séquelles pathologiques et les animaux sont aussi un très bon indicateur avant planification). Un déplacement (à vélo) peut parfois tomber à l’eau, c’est ici le cas de le dire… donc pour peu que vous n’ayez pas suffisamment protégé vos cartes, vous risquez d’obtenir ceci donc de ne plus pouvoir vous orienter. Il est donc bon de prévoir une 2ème carte dans un contenant totalement étanche.

CHRISTIANE ALLENBACH CARTE ABIMEE PLUIEPrévoir un maximum de choses, c’est aussi fonctionner au quotidien avec plus de sérénité et c’est de l’énergie libérée pour ce que est important.

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…