Comparatif noir/blanc et couleurs…

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 


Les bases du dessin nous montrent comment, par entrecroisements de hachures au crayon, on peut avec un même crayon, obtenir des tons différents. On demande généralement une dizaine bien qu’avec déjà quatre on obtienne de très belles études… et avec deux de forts contrastes.  C’est à ce moment là que tombe souvent le mot « valeur » et il peut être déconcertant au début… En fait, ce mot désigne les différentes intensités ou densités se trouvant entre le noir-parfait et le blanc. On parle aussi d’échelle de gris… Les exercices-appliqués se font avec un nombre de valeurs déterminés par l’Enseignant… le temps que notre oeil apprenne à discerner plus de choses… Certains parlent d’intensité lumineuse… mais restons simples…

L’astuce du plissage des yeux est connu, et en clair il consiste à diminuer la quantité de lumière arrivant sur la rétine, cela permet de mieux distinguer…

Là où cela se complique c’est dans la transposition des couleurs en noirs, gris ou blancs… car une couleur peut avoir la même valeur de gris qu’une toute autre. C’est entr’autres pour cela que je n’apprécie que moyennement les petits caches en carton qu’un célèbre aquarelliste utilise pour comparer en peignant, sans parler du fait que ce système n’éduque pas l’oeil puisqu’on a besoin d’une béquille… et que cela ne marche bien qu’avec des sujets rapprochés ou supports papier. Je suis toute aussi réservée par rapport aux caches-plastiques dotés d’un trou circulaire au milieu, très prisés par les débutants…

Une autre astuce consiste à poser sur une image en couleurs… un bout d’acétate rouge… ce qui convertit assez fiablement … mais il faut apprendre à s’en passer. Ici il y a un petit carré au milieu… et j’ai laissé exprès partie des couleurs pour comparer…
L’acétate (ou un protège-cahier rouge-transparent scolaire) est utile en plein air lorsqu’il faut faire vite pour transposer avant que la lumière ne change.

Intéressant à tester également : partir d’une photo en noir et blanc et imaginer les couleurs… ceci dit, moi j’aime trop les couleurs et j’essaie de les restituer aussi fidèlement que possible dans le figuratif ou alors de les changer intentionnellement dans certaines interprétations.

Les Tons neutres (cliquer ici) se peignent par dilution et adjonction de complémentaire, mais on peut aussi ajouter la complémentaire directement à une couleur donnée soit pour la casser, soit pour obtenir toute une gamme de teintes…

Voici ce que pourrait donner la transposition d’un sujet en noir et blanc… il faut apprendre à le faire si l’on souhaite par exemple travailler uniquement au Sépia ou carrément à l’encre de Chine…
Certains Artistes utilisent l’informatique pour s’aider mais cela ne doit être que temporaire. D’abord parce que cela oblige à scanner ou à prendre une photo, puis à la convertir (dans word par exemple) en noir, gris et blanc… puis à l’analyser, puis à retoucher son aquarelle en couleurs… bref pas des plus rapides…

>>>>>>>>  les différentes astuces ne doivent en aucun cas
>>>>>>>>  remplacer les vignettes ou croquis tonal
>>>>>>>>  qui seuls font rentrer le sujet dans la peau de l’Artiste.


CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…