HEAT GUN ou pistolet thermique

tous droits réservés | © Christiane ALLENBACH | http://peinturemamanlotus.fr
________________________________________________________

Le mot heat-gun est « fun » mais restons français, c’est un PISTOLET THERMIQUE, autrement dit, un instrument projetant mieux qu’un sèche-cheveux dont je parle ici… de l’air très chaud voire très très chaud…  donc à ne pas confier à un enfant.

Les bricoleurs s’en servent généralement pour mettre du bois à nu et, avec ou sans spatule, à éliminer tout reste d’un quelconque traitement sur un matériau qui peut ensuite être retravaillé.

En aquarelle, depuis que la masse des peintres recherche les effets spéciaux faciles au lieu de peaufiner sa technique, le pistolet thermique peut servir à beaucoup de choses…

La plus simple étant d’assécher très vite une aquarelle (du dessus ou du dessous) mais cette solution présente quelques inconvénients, j’ai testé…

L’autre usage consiste à associer cet outil avec un produit spécial achetable au rayon scrap… pour reproduire une écriture sur un papier aquarelle soit pour faire des cartes de voeux, soit pour obtenir facilement un arrière plan « meublé » mais attention à ne pas surcharger : trop d’aquarellistes tombent dans le piège de meubler le moindre recoin de leur travail et l’Oeuvre ne respire plus…

On peut aussi associer le pistolet thermique à l’assèchement d’une oeuvre sous film alimentaire mais… il vaut mieux y aller par le dessous sinon le plastique fondrait…

J’ai évoqué le chapitre des tampons dans mon article sur le transfert des motifs (dentelles, écritures, dessins)… et pour peu que l’on associe ce type de tampons à un produit spécial de la gamme « watermark » on peut, en chauffant au pistolet thermique, obtenir un relief. Mais évidemment on pourra aussi utiliser le tampon sans rechercher cet effet de relief…

Pour qui a déjà assisté à une démonstration technique organisée par un bon fournisseur… ça donne envie car c’est facile… mais bon, ce n’est pas comme cela qu’on apprend à écrire, dessiner, composer… bref à bosser sérieusement. Non je ne suis pas caustique, je cherche juste à mettre le débutant en garde de ne pas se laisser hypnotiser par les choses faciles car on se lasse trèèès vite de tout ce qui est répétitif ou systématiquement employé

Il y a un autre point qui, dans la technique du tampon ou de l’utilisation de coupures de presse comme arrière-plan, qui me dérange mais là je ne parle pas en tant qu’Artiste mais en tant que partie de Ceux de bonne volonté qui contrebalancent le flot des négativités humaines dans leur globalité...

Beaucoup de personnes se procurent à l’étranger des tampons pour leurs transferts, et espèrent ainsi donner une note exotique à leur travail… Cela a tout à fait sa place dans un carnet de voyage, mais pas sur un tableau de Collection.

On a une  grande responsabilité en utilisant des textes sans en  comprendre la langue (je ne parle ici pas des frises encore que certaines véhiculent des symboles religieux ou sectaires) car il arrive que certains, se croyant originaux, exposent ainsi au grand public des textes dont la teneur (objective et vibratoire) ne correspond pas du tout au message que par la peinture ils souhaitent faire passer.

Un Artiste est responsable de ce qu’il montre… et ceci sur TOUS LES PLANS…

Si déjà on utilise ces effets faciles pour structurer un arrière-plan ou meubler sa composition… il faut se donner la peine de sélectionner d’autres textes que des faits-divers ou des choses non-en-rapport avec le sujet peint. Pour ne pas se faire avoir, car les autochtones sont parfois farceurs dans leurs traductions, il faut utiliser uniquement les écritures que l’on maîtrise et s’assurer de répandre du positif plutôt que des inepties…

Cet article est neutre de toute émotion personnelle et seulement destiné à éviter aux débutants des erreurs lourdes de conséquences tant par rapport à ce qu’ils choisissent de montrer que par rapport à l’éventuelle recherche-de-facilité…

A tout problème il y a… une solution… pensez à utiliser aussi les anciennes écritures européennes, parfois plus faciles à apprendre que le sanscrit ou le tibétain… au niveau du graphisme l’effet est tout aussi joli… et qui sait… cela vous donnera peut-être également envie de faire un détour par la Calligraphie qui est un Art en soi…

Une vraie Calligraphie sur une aquarelle… ça c’est sympa !!!

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…