Dessin… débuter et… construire

tous droits réservés | © Christiane ALLENBACH | http://peinturemamanlotus.fr

 

article actualisé le 19 février 2017
________________________________________________________

L’envie de dessiner  est née en même temps que les premiers humains… et remonte donc à la préhisoire. Voir aussi mon reportage dessiné sur des objets uniques préhistoriques… et l’Art de l’époque.

Dessins & peintures (rupestres, sur écorces et plus tard sur papyrus et sur tissus) sont l'art de représenter sur une surface plate, avec comme repères une hauteur et une largeur, un sujet qui est bien plus complexe et qui présente des volumes. La technique a évolué au fil des millénaires pour devenir le dessin et la peinture tels que nous les connaissons actuellement... 

L’envie de dessiner ou de peindre peut germer à tout âge (chez moi ce fut dès la petite enfance) et on se demande parfois quelles sont les qualités à avoir ou les « dons »… Pour ce qui est du Don tel que le public le comprend, nous savons entretemps qu’il est composé pour plus de 90 % de zèle associé à du boulot… et que les autres facteurs sont assez imprévisibles…

Sans lister ici toutes les raisons pour lesquelles on a ENVIE de dessiner… les plus récurrentes qui reviennent en démonstration, en cours ou tout simplement dans les endroits publics… c’est détente et plaisir mais aussi quelque-chose à exprimer, parfois des souvenirs à fixer… Parfois également, on a recours à l’Art pour compenser le stress de la vie active…

Le mot à la mode est « émotion« … mais dans l’absolu un Technicien peut se contenter de traduire ce qu’il voit se connecter à son émotion. Il est utopique de penser que chaque Artiste est intensément ému au moment où il s’empare de ses pinceaux… mais cela ne l’empêche pas d’aimer son travail.

Dans la phase de construction… l’émotion n’est pas encore là… elle n’est éventuellement rajoutée que plus tard, soit dans l’interprétation, soit dans un rendu hyper réaliste (si-si, l’émotion y est mais elle est indécelable du public non averti). En règle général, un Artiste doit aimer son sujet pour bien exécuter son travail.

Une fois que cette attirance est là, certains se lancent sans passer par la technique et n’y viennent que plus tard lorsqu’ils constatent qu’il faut des bases solides pour mettre à plat ce qu’on a en tête… et d’autres cherchent une méthode voire un Enseignant…

Cette dernière solution fait faire au début autre chose que ce qu’on aimerait faire tout de suite mais s’avère payante à long terme dans ce sens qu’après le crayon et le pinceau n’ont de limites que celles de l’imagination de l’intéressé(e).

Pour tous ceux qui s’autobloquent avec des doutes, il est peut-être bon de faire ensemble le point…

  • oui tout le monde peut apprendre à dessiner
  • oui un crayon et du papier peuvent suffire
  • oui on progresse par un travail régulier…
  • non il ne faut pas forcément être né « génie » pour dessiner même si cela aide…
  • non il ne faut pas penser qu’il est trop tard pour apprendre. Bien sûr, notre parcours va s’adapter à notre âge, à nos possibilités financières  et à nos objectifs… mais il est à portée de tout un chacun d’éviter la panique en ayant sous le nez une feuille blanche et un crayon…

La clé de la réussite d’un bon dessin est au coeur de trois points essentiels que voici :

En clair, l’envie de savoir dessiner gagne à s’accompagner de l’envie de passer plus de temps à observer qu’à traduire… le tout bien sûr en approfondissant suffisamment son sujet… C’est pour cela qu’avant de passer à un tableau on fait généralement plusieurs vignettes, chacune différente…

Je voudrais juste souligner ici qu’apprendre à dessiner correctement est à la portée de quiconque est prêt à y consacrer au moins 15 à 30 mn chaque jour… Les Enseignants sont nombreux, les techniques aussi… mais parfois, en voulant mettre la charrue devant les boeufs… on perd du temps au lieu d’en gagner. C’est pour cela qu’il appartient à chacun(e) de définir clairement ses envies et besoins et de s’organiser en conséquence.

Il est tout à fait utopique de penser que sans technique et sans méthode on peut valablement exprimer une émotion… Je parle bien sûr ici de ceux qui, allant au-delà du jeu des couleurs ou des formes géométriques, au-delà des effets spéciaux, cherchent à appuyer leurs ambiances sur des lignes justes et qui dans leur composition ne laissent rien au hasard.

A l’heure où la masse est plus portée sur l’intuitif que sur la théorie et la technique… je m’inscris sans doute en porte-à-faux en conseillant aux débutants de commencer-par-le-commencement et de ne pas chercher tout de suite la facilité. L’Art (avec un grand A) est sans doute actuellement démodé mais cela fera l’objet d’un débat séparé…

En fait, tout dépend de la qualité d’exigence que l’on a par rapport à ce que l’on vise… mais sans aller forcément jusqu’au savoir académique, il est nécessaire, avant de vouloir peindre, d’aborder les bases techniques, par exemple ligne d’horizon, points de fuite, lignes et masses, ombre et lumière, plans, composition,  règles et exceptions possibles… tout cela sans passer par la couleur.

Savoir exploiter comme il faut pointe, oblique et plat d’un bout de graphite (ou fusain) taillé à l’émeri… multiplie les possibilités techniques… en les associant à une gestuelle correcte… et le débutant gagnera à expérimenter cela… à côté de l’acquisition de la thérorie du dessin. A la gestuelle doit en effet se combiner le strict respect des proportions, formes et plans… pour une construction juste. Et quand je dis « construction » je ne parle pas forcément d’un bâtiment… on construit aussi une fleur, un animal, un humain… Enfin si l’on est né avec une âme de Constructeur… j’admets que ce n’est pas forcément le cas de tout le monde…

Si j’en parle c’est avant tout dans l’espoir d’éviter au débutant de très longs détours… avec un petit conseil encore… il ne faut pas espérer apprendre valablement et gratuitement et sur le web… car rien ne remplace la gestuelle d’un bon professeur qui dessine devant ses élèves.  Les vidéos techniques ont souvent des buts inavoués de publicité pour le démonstrateur et montrent rarement tout du début à la fin (elles seraient interminables)… il faut donc s’en méfier. Un Professeur qui sait comment chacun(e) fonctionne, intérieurement et techniquement, saura adapter son Enseignement et tirer le meilleur de chacun(e). C’est important d’aller droit au but… Un livre ou un cours, même bon… ne peut remplacer l’Enseignant. Pourquoi ? parce que qu’il  n’y a pas forcément adéquation entre personnalité et technique de l’auteur et celle de l’artiste en herbe… mais aussi parce que face à l’énorme information qui est accessible à qui cherche… on ne sait souvent pas quels choix faire… La mode, indéniablement, est vers le « facile », vers le « rapide »… et sur le web, beaucoup l’ont compris en annonçant l’atteinte du but en 3, 5 ou 10 points… occultant souvent l’essentiel… Celui qui veut sincèrement apprendre le dessin ne doit pas devenir un consommateur-effréné d’astuces de tous bords, car SEULE LA PRATIQUE le fera valablement avancer…

L’un des livres qui m’a le plus fait faire un détour… bien qu’il soit éclairant pour beaucoup, est celui de B. Edwards… ceci n’est pas de la diffamation mais juste un exemple. En fait, le danger et là seul un Professeur peut prévenir… vient du fait que le débutant, dans son élan et envie de progresser aussi vite que possible, s’imagine souvent pouvoir profiter de plusieurs types d’enseignements différents… parfois à démarche contradictoire…  et à titre de comparaison, B. Edwards ne construit pas du tout de la même manière que l’excellent Loomis. Le plus constructif est donc, en fonction de ses aspirations, de choisir une seule méthode et de s’y tenir… sachant que chaque méthode nécessite un minimum de discipline. Chercher honnêtement à faire chaque jour un peu mieux que le jour précédent est un gage de réussite… en dessin comme en peinture d’ailleurs, cette dernière gagnant toujours à s’appuyer sur un dessin juste.

Parmi les Artistes contemporains, quelques-uns qui savent encore tirer profit de leur crayon et qui sont en recherche permanente sont  à mes yeux (liste non exhaustive que chacun complétera selon ses goûts) Mentler, Coquelet, Hoddinott...  Mais même s'ils sont inégalables ('faut pô rêver) il est bon d'étudier leurs travaux pour comprendre ce qu'est une Construction en dessin. Pour les perspectives, apprendre à dessiner à main levée est aussi très formateur...

Je terminerai cet article (qui sera suivi par d’autres… ) par un conseil concret : toujours aller du simple au compliqué, de la forme globale aux détails… et avancer sans sauter les étapes pour bien asseoir les connaissances, fautes de quoi inévitablement on va plus tard devoir y revenir.

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…