Vie d’Artiste-peintre et frais de transport…

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

Un Artiste soit forcément se déplacer… que ce soit dans le cadre d’un vernissage, d’une exposition, de sa participation à un Salon-spécialisé ou encore pour visiter un client et faire d’autres démarches administratives et professionnelles… Les frais de déplacement ne sont pas systématiquement déductibles sur le plan fiscal, tout dépend de votre « régime ». En mode BNC on ne peut pas les déduire, en mode « réel » (2035) .

Dans une grande ville (Paris / Lyon / Metz / Berlin et bien d’autres), les événements, lieux et partenaires sont généralement regroupés et les structures  qui y sont liées sont accessibles sans voiture. Cela n’est pas le cas pour tous ceux qui  habitent à la campagne voire au bout du monde…

Avec bientôt 1.200.000 Km de conduite à mon actif mais actuellement sans véhicule, j’ai évidemment testé toutes les alternatives possibles & imaginables… d’où ce tour d’horizon avec évocation des avantages & inconvénients pour guider tous ceux qui ont besoin d’informations réelles pour mieux s’organiser.

Que l’on ait un emploi salarié ou que l’on soit indépendant comme c’est le cas pour un Artiste sans job-à-côté, la mobilité est de nos jours un « must » car sans elle rien ne va plus…

Nous allons bien sûr, dans le cadre professionnel, écarter les déplacements  liés à l’aventure ou l’envie personnelle de se changer les idées…

Nous avons deux cas de figure qu’il convient soigneusement de séparer :

  • l’Artiste-Peintre se déplace seul(e) sans chargement
    1. vernissages
    2. visite d’un client (croquis sur place, devis etc)
    3. prendre ou donner des cours
    4. accéder aux diverses structures liées à sa profession
    5. faire ses démarches professionnelles & administratives
    6. faire son marketing
    7. effectuer des repérages en vue de futures sorties artistiques ou de sujets à peindre
    8. travailler en outdoor

 

  • l’Artiste-Peintre se déplace avec du matériel « lourd »
    1. les expositions
    2. les foires/ventes
    3. la livraison aux galeries
    4. les Salons nationaux ou internationaux
    5. l’organisation d’un workshop avec démonstration
    6. les stages et formations (prises ou données)  nécessitant d’avoir tout son matériel…
    7. les achats de gros matériel…

 

Concrètement, il faut dissocier les transports selon qu’on ait à se déplacer avec ou sans chargement.
Pourquoi ?

Parce que souvent, sans chargement, on peut trouver des alternatives moins onéreuses. Celles-ci peuvent passer par le fait de couvrir une petite distance à pied ou à vélo, recourir à un covoiturage, solliciter occasionnellement ses amis & connaissances ou largement user des transports en commun.

Ce type de transport réduit beaucoup les frais mais il est fatiguant en raison du bruit et de l’énorme perte de TEMPS occasionnée.

A titre de comparatif, pour aller de chez moi à la Capitale Européenne, ce qui représente environ 60 Km (aller simple)… on met trois heures à vélo (en admettant qu’on soit en forme ce qui n’est pas forcément le cas de tout le monde), 45 mn en voiture (hors embouteillages du matin), une heure en train.

Pour tous ceux qui disposent d’un ordinateur-portable, le déplacement en train permet de continuer à bosser, ce qui parfois est très apprécié. Piquer un petit roupillon dans le train n’est guère possible si comme moi on voyage toujours en même temps que les étudiants (musique à fond !). J’ai testé le train au niveau national sur pas mal d’axes français et en international… la fatigue est double par rapport au même trajet fait en voiture.

vélo

Convient pour les déplacements occasionnels, courts, et par beau temps. Jamais pour les longs déplacements réguliers, ni pour les jours de pluie voire de neige. En effet l’Artiste-Peintre qui doit se servir de ses mains ne peut PAS se permettre d’arriver avec les doigts raides ou gelés… ni d’arriver enrhumé…

Quant à combiner le vélo avec un transport en commun, concrètement on peut oublier car la plupart des gares n’ont pas d’aménagement spécial-vélos dans leurs escaliers et tout un chacun ne peut pas non plus prendre son vélo sous le bras si ensuite il faut travailler avec ses mains. Pour information, dans ma région, les gares de Haguenau et de Strasbourg n’ont pas de rampe à vélos et il faut les porter ce qui n’est guère pratique.

Le covoiturage ne fonctionne parfaitement que dans les grandes villes… si vous habitez le bout du monde il y a fort peu de chances de trouver. Idem pour amis & connaissances qui ne vont pas forcément là où voulez lorsque vous, vous avez besoin de vous déplacer. De surcroît, on peut les solliciter une fois… la deuxième c’est déjà de trop. Bref, à oublier.

Reste le taxi. Pour les faibles distances (moins de 20 Km) il peut parfaitement convenir. Cette alternative permet en plus de donner du travail à une personne de votre région : soutenons les petits commerçants, artisans & artistes ! Astuce : pour les trajets en taxi réguliers, il y a moyen de négocier une réduction tarifaire.

Autre mode de déplacement, nettement moins connu, que j’utilise souvent lorsque je suis dans la région de Cernay ou de Wissembourg, c’est le bus sur demande. Pour pas cher on peut circuler facilement et parfois c’est un mini-bus qu’on a carrément pour soi…
😉

J’écarte ici le tram car il est cher et toutes les villes n’en sont PAS pourvues. De même que pour le métro (et je ne félicite pas ici les métros parisiens obligeant les voyageurs même âgés à porter leurs bagages dans les escaliers et au coeur de la bousculade).

J’écarte aussi les moyens de transport atypiques liés aux particularités de certaines régions rurales comme le transport en calèche, en bâteau (j’ai testé, c’est génial), téléphérique.

En résumé, pour l’Artiste se déplaçant sans bagages, le choix d’un mode de transport PAS CHER correspondra très souvent à une grosse perte de temps. Il faut donc bien étudier le pour et le contre avant de faire son choix pour un trajet particulier…

Pour toutes les fois où l’Artiste-Peintre doit transporter des grilles, une série de tableaux encadrés et du matériel « lourd » (chevalet, matériel de peinture) voire des bagages pour une ou plusieurs nuits… il n’y a que trois options possibles :

– avoir sa propre voiture
– louer une voiture
– prendre le train  mais se faire chercher à la gare.

Avoir sa propre voiture est devenu un luxe même pour les salariés, et à plus forte raison pour un Artiste-indépendant. Les statistiques officielles (notamment celles de l’automobile-club) démontrent qu’en moyenne le français dépense pour son véhicule 8.000 € par année, tous frais confondus (achat ou amortissement, crédit, assurance, carburant, entretien & réparation).

Si on expose peu, on pourra par contre louer une voiture. Pour un week-end (vendredi soir au dimanche soir) les frais de location tourneront autour d’une centaine d’euros avec en sus, le gazoil et les péages… La location est intéressante si on est bon conducteur et dispose d’un endroit CALME à l’arrivée pour garer la voiture car en cas d’éraflure ou d’accident, la franchise tourne autour des mille euros…

C’est agréable dans la mesure où l’on peut charger ce qu’on veut, qu’on n’a pas besoin de surveiller ses affaires en cours de route et qu’on est libre par rapport aux horaires souvent très contraignants des transports en commun. Dans le même ordre d’idées, on peut également embarquer une glacière contenant des victuailles et économiser ainsi les importants frais de ravitaillement sachant qu’hors domicile les prix sont souvent prohibitifs… à titre d’exemple, un Döner coûte à Lyon et à Strasbourg le double de ce qu’il coûte dans ma petite ville campagnarde… Autre avantage c’est que rien n’interdit de passer une nuit en voiture si l’on veut économiser des frais d’hôtel…

L’inconvénient, mais il est minime, c’est qu’une fois rentré(e) il faut repasser au domicile décharger avant d’aller nettoyer le véhicule pour le rendre en bon état.

En ramenant votre véhicule nettoyé, n’hésitez pas à le prendre en photo sous toutes ses coutures s’il n’y a pas de personnel qui vient immédiatement l’examiner. Cela vous mettra à l’abri d’une égratignure ou bosse faite par un tiers sur le parking de votre garagiste… ceci est doublement important pour les grands garages en ville…

Pour ma part, j’aime rouler dans des véhicules différents, petits ou grands selon les besoins du moment, et j’aime tester ce que chaque modèle a dans le ventre… la location est donc une chouette alternative à l’absence d’un véhicule personnel.

Le transport reste, pour un Artiste-Peintre, une part très importante du budget, mais avec une cinquantaine d’euros de transport par mois je suis pour ma part encore loin et même très loin, de ce que me coûterait une voiture.

La solution passe par une bonne gestion des expositions que l’on gagne forcément à limiter… Cela n’apporte rien de participer juste pour le fun à tous les Salons et toutes les expositions importantes… 

Participer à un salon coûte en moyenne 500 €  (hors hébergement et nourriture sur place) et mon ego n’est pas surdimensionné au point que je cherche à me montrer partout… Je préfère ne PAS répercuter sur mes prix ces frais importants et rendre mon art abordable pour tous.

 

Cet article sera régulièrement mis à jour en fonction des changements de conjoncture sociale & économique…

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…