Travailler PROPREMENT

tous droits réservés | © Christiane ALLENBACH | http://peinturemamanlotus.fr
________________________________________________________

En aquarelle, il y a plusieurs cas de figure :

  • lors d’une démonstration, on prend sa feuille, on commence à peindre sans se soucier de rien : ni du cadrage, ni des débordements, s’il y a vente le client se débrouille avec, on achète souvent par attachement à l’Artiste surtout s’il est renommé… J’en connais énormément qui ne se soucient pas de comment après on va bien encadrer… et qui pourtant peignent génialement bien…
  • ensuite on peut découper sa feuille au format du cadre voulu… et ne pas peindre jusqu’au bord sans pour autant délimiter ledit bord. Cette technique est aussi très souvent utilisée dans les sketches-outdoor.
  • Dans le cas où l’Artiste vend ses oeuvres sous passepartout et filmées, il faudra juste qu’il veille à ce que son « sujet » ne soit pas tronqué. Il peut ou non rechercher à avoir des bords nets.
  • Dans le cas où l’Artiste vend ses oeuvres sans passepartout (souvent enroulées comme c’est mon cas) on ne peut pas se permettre d’avoir des bords qui ne seraient pas mathémathiquement droits ni des marges sales. Cela vaut également pour les encadrements modernes montés directement sur le verre sans passepartout.

En tant que professionnel, on se doit de fournir un travail soigné. L’une des raisons pouvant nous motiver à fournir cet effort c’est que cela facilite aussi le travail de l’encadreur qui voit avec précision comment l’Artiste souhaite que le passepartout soit découpé. Ceci bien sûr pour les Artistes-confirmés et les travaux de qualité où l’encadreur n’a pas à faire un recadrage !

Voici ma méthode pour :

  1. NE PAS SALIR les marges lors du travail même à grande eau,
  2. Avoir et garder ses marges nettes et propres.

Selon le format extérieur choisi, délimiter ses marges. Celles-ci gagnent toujours à être grandes car si elles ne le sont pas, un encadrement de mauvaise qualité fera à moyen et long terme, ressortir les inégalités à l’envers du passepartout. Ce point là est très important si l’oeuvre va chez un Collectionneur qui souhaite la garder des décennies ou même des siècles comme cela peut être le cas pour un portrait de famille ou un gros-plan sur le visage.

Ces marges, correspondant à l’intérieur du passepartout, se tracent au crayon de bureau 0,5 mm et en usant largement de l’équerre pour éviter tout plantage. Il va de soi que sur un papier plus grand le tout devra être mathématiquement centré !

PEINTUREMAMANLOTUS | CHRISTIANE ALLENBACH | TECHNIQUE | SCOTCHER MARGESEnsuite, avec de l’adhésif de bureau (et PAS au scotch-artistique), on délimite les bords, en veillant à bien le tendre lors de la pause pour qu’il suive exactement le contour du crayon. Bien appuyer. Il se détachera très facilement, surtout sur du bon papier tel que le Arches. Sinon on tirera très doucement et EN BIAIS.

Pour bosser proprement même à grande eau, il faut protéger ses marges. Je le fais avec des chûtes de papier-bureau que je découpe avec un bord droit et un bord ondulé.

Je fixe le tout avec un léger adhésif amovible. Pas la peine que ceci soit solidement fixé, il s’agit juste de protéger les marges contre d’éventuelles éclaboussures surtout pour le travail humide dans humide ou les projections sur fond mi-mat ou sec. L’intérêt d’avoir des bords ondulés d’un côté c’est que l’on voit tout de suite, si l’on prépare le papier à l’avance, quel est le côté devant aller vers l’extérieur.

Et voilà le travail, la feuille est prête pour le dessin. L’autre intérêt de procéder de la sorte c’est que le papier bureau qui protège la marge peut aussi servir pour tracer la ligne d’horizon… chose essentielle dans un dessin qu’il s’agisse de perspective ou de paysage.

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEILfacebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR

—–
je vous invite à surfer plus amplement sur mon site,

à découvrir mes aquarelles,
et pourquoi pas, à commencer votre collection…