Les repères en dessin & peinture

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Après avoir passé en revue les astuces de reproduction, l’approche par le trait ou la masse, le verre de réductionle compas de réduction, et la manière de réduire son échelle, voici une autre manière de prendre les repères.

Elle vient utilement compléter les procédés ci-dessus mentionnés et fait appel à la partie droite du cerveau donc on « ouvre » les portes à une perception plus artistique du sujet et à un rendu plus créatif.

L’idée est de transposer en peinture la méthode de dessin consistant à aborder le croquis par des hachures au lieu par le contour. Donc, en appliquant ce principe, au pinceau on va marquer les repères principaux en matière de changement de lumière ou de couleur. C’est en quelque sorte le travail sur les « masses » mais au pinceau.

L’observation est bien plus attentive que par le seul contour et en cela, la méthode est excellente.

J’ai testé pour vous, voici ce que cela a donné et mon cobbaye fut  un papy rencontré au marché.

Je suis partie des couleurs de la peau normale avec un peu de bleu pour la casser aux zones les plus sombres… La photo ici ne rend pas les nuances chatoyantes de mon test mais sans scanner je ne peux faire mieux, sorry. Voici cette première approche « tonale » par les masses de notre papy…On voit que l’essentiel est dit et qu’on pourrait très bien s’arrêter…

Ensuite je continue normalement comme si j’avais posé mes contours au crayon, sauf que je reviens sur les « masses », que je scrute les changements de couleurs sur la peau, les éclats de lumière… ici le format est cependant trop petit :

Ci-dessous, en 36 x 51 cm (un minimum, raisin c’est encore mieux), j’ai mélangé les deux techniques : contours crayon pour le visage et approche par les masses dans l’humide avec pour compliquer la tâche, l’envie de voir ce que peuvent donner des opaques dans ce type de boulot…

Un autre travail où les masses ressortent bien à cause de la limitation des valeurs et d’un choix monochrome est la petite chapelle près d’ici… les murs éclairés par le soleil forment une belle masse qui contaste avec les parties ombrées. Ceci pour dire que « masse » et absence de contour ne veut pas forcément dire manque de précision même si ici le sujet a été volontairement simplifié. Les repères se font par éléments entiers au lieu par traits...

> ci contre, et juste pour comparer, un travail classiquement fait par l’approche par lignes & contours…

Résumé : dans l’approche d’un repérage par masses entières, il ne faut PAS regarder les contours pour ne point être tenté(e) de les dessiner classiquement. On vise les changements lumineux, leur emplacement.  Le moindre reflet devra être marqué…

Par contre… pour un portrait… mon test m’a démontré qu’on fait quand même bien de poser au moins l’axe des yeux avant de marquer la masse de leur ombre.

Sinon, ne dessiner aucun contour  avant d’avoir mis sur le papier toutes les ombres est une approche différente. Elle gagne à être fait face à son sujet, et dans un format où les pinceaux sont à l’aise (30 x 40  minimum).

Les repères au trait et par masses se combinent merveilleusement bien… et comme souvent, on trouve notre bonheur entre les deux possibilités.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR