Perspectives grand format

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


J’avais déjà expliqué comment on peut procéder lorsqu’on a à vérifier des tracés grand format faits à la « louche »… mais quelques personnes m’ayant fait part de leurs difficultés à travailler à la verticale (il faut avoir l’habitude de faire des fresques et de lever les bras) voici maintenant le travail au sol… L’idée m’est venue en me projetant dans le passé à l’époque où l’on traçait encore les épures d’architectures à même le sol

Praticienne avant tout, je cherche toujours à expliquer & faire de manière aussi SIMPLE que possible avec cependant une méthode satisfaisante pour l’esprit, demandant des connaissances géomériques peu étendues car la plupart des personnes ne se souviennent plus -une fois adultes- des enseignements basiques reçus à ce sujet… La technique est d’ailleurs indéfiniment perfectible (on peut dire qu’on n’a jamais fini d’apprendre, je le constate moi-même depuis que j’ai repris des études).

Tout en appréciant dans certains travaux le trait vivant que l’on arrive à produire tout en gardant une perspective logique… il m’est d’avis quand même, que l’art, pour ne pas tomber au dernier degré de l’affaissement, a besoin de recourir à des constructions logiques et raisonnées voire serrées dans leur application. L’émotion et l’interprétation viennent seulement après…

Cette astuce convient parfaitement pour tous les cas où les points de fuite sont élevés et surtout pour le travail à un format où la règle ne fait plus affaire car trop petite (ma plus grande règle métallique fait un mètre de long mais souvent elle ne suffit pas).

Il faut donc se procurer : des punaises, du fil, du scotch, une petite règle…

On commence par faire une boucle à un bout du fil, puis à fixer au sol à l’aide d’une punaise. Si vous avez du beau parquet, il vaut mieux mettre la punaise sur un support approprié, sinon on peut tout à fait prendre une ventouse telle que celles que l’on trouve au supermarché pour accrocher une serviette dans une salle de bains.

Ensuite au lieu comme ici de travailler au mur… on pose sa feuille au sol. On peut éventuellement la scotcher pour qu’elle ne bouge pas mais souvent poser le pied (déchaussé) dessus suffira amplement.

On va ensuite TENDRE son fil en l’enroulant légèrement autour d’un crayon… et on peut soit contrôler des traits déjà faits à main levée, soit marquer quelques traits de construction quitte à terminer par après à main levée ou à la règle pour les plus méticuleux.

Avoir un fil avec soi est donc toujours pour un Artiste de la plus grande utilité.

On peut non seulement tracer au fil, à grande échelle,  des cercles et des ellipses mais également construire des figures telles qu’un rectangle…

(un développement sera fait séparément par la suite, en été je manque de temps car la saison du jardinage bat son plein…)

 

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR