Art | signature et date

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

De tous temps, l’homme a transposé des bribes de vie et des émotions sur tous les supports possibles & imaginables…
et de tous temps, les auteurs de ces Créations y ont laissé de discrets signes permettant d’en identifier l’auteur…

Ces signes sont devenus, au fil des époques, plus discrets et plus codés. Nous retrouvons les premières signatures sur des créations artistiques grèques, et au niveau architectural, toutes les Ecoles et Traditions ont leurs Emblèmes spécifiques…

L’époque des premières signatures telles que nous les connaissons se situent entre le 13ème et le 15ème siècle, les avis diffèrent un peu… A l’époque de Paracelse (alchimiste) on apprenait aux jeunes artistes, dans les grandes écoles, que la signature contribue à « manifester » les effets que le Peintre a voulu traduire. L’un tableaux de F. Bacon le démontre, il s’agit de l’étude d’après le portrait du pape Inocent X (Velasquez). On peut ici mesurer pleinement comment, par la signature, l’âme du Peintre atteint le spectateur. (chercher le vrai, pas les copies).
A noter que Bacon n’avait jamais vu l’original fait par Velasquez, il ne disposait qu’une reproduction-photo. Ce tableau inclut d’autres techniques que l’usage du pinceau pour appliquer le médium…

Il est clair que l’on retrouvera toujours, à travers une signature, ce que l’auteur y aura mis, sur quelque plan que ce soit…

Mais en tant qu’Artiste je souhaite ici expliquer plus précisément pourquoi, en tant que Créateur, on est invité à signer, parfois à dater, ses Créations…

Une Oeuvre d’Art, généralement, est conçue pour être montrée à un large public. Les Artistes qui peignent sans montrer sont très rares… Jusqu’à la naissance d’internet, un Peintre, pour montrer ses créations, devait soit inviter le public dans son Atelier, soit monter une exposition permettant à une masse importante de personnes d’y voir ses travaux.

Le public ne connaît pas forcément l’Artiste, ne sait rien de sa vie, de son vécu, de ses émotions…

Pour guider le public, l’Artiste a plusieurs possibilités (je fais ici le choix de laisser internet de côté car une simple coupure de courant peut nous en priver…). Il peut les utiliser toutes ou n’en retenir qu’une ou deux…

  • le titre

Le titre peut expliquer le tableau ou l’émotion. Certains trouvent des titres très « tendance » qui interpellent, mais la publication du titre exige un support séparé… J’invite chacun à réfléchir si son jugement face à un tableau se fait en fonction de mots… ou sans…

  • la signature

La fonction de la signature, sur une Oeuvre d’Art, est l’une des preuves d’authenticité. Pour ma part j’en intègre encore une autre, non visible mais de nature à servir de preuve le cas échéant… Donner un titre est tout de même très directif…

Comportant le nom, le prénom, voire le pseudonyme de l’Auteur, la signature peut également se faire avec juste les initiales, ou un symbole particulier. Certaines oeuvres d’Art notamment orientales, comportent un Sceau. En Europe l’usage des monogrammes fut assez courant et à titre d’exemple, Dürer en fut un adepte. Vous en trouverez d’autres en cliquant ici sur une bibliothèque numérique (Inha). Les monogrammes des grands peintres sont repris dans trois volumes… –123

Il existe également à l’usage des amateurs et des collectionneurs, des ouvrages (autres que les traditionnels annuaires) reprenant toutes les SIGNATURES d’artistes, avec listing des noms et pseudos ainsi que des descriptions très précises des Oeuvres répertoriées.

Une signature est dans tous les cas une marque personnelle, que certains choisissent de faire évoluer au fur et à mesure de leur perfectionnement artistique et que d’autres gardent à vie.

Les signatures des peintres célèbres sont toutes répertoriées.

L’autre raison pouvant inciter à toujours signer ses Oeuvres, c’est qu’une oeuvre signée aura toujours plus de valeur que la même non signée…

Il n’y a aucune règle particulière en vigueur pour la signature, on peut la placer où l’on veut et dans n’importe quelle couleur. Certains artistent signent parfois dans la couleur complémentaire de l’endroit où ils apposent leur signature, pour faire plus d’effets. Les débutants ont souvent tendance à la surdimensionner en taille…

Je fais ici une petite parenthèse sur un sujet qui fâche mais qui n’est pas moins réel dans le monde de l’Art : la signature par complaisance d’une oeuvre créée par un tiers (ex. A. Warhol &  J. Beuys). Il va de soi que cela est à l’encontre de toute éthique et professionnalisme mais il faut savoir que cela existe et par conséquent ne pas seulement se baser sur une signature pour authentifier une Oeuvre.

Une autre forme de signature, moins connue, est l’habitude de signer au verso de  l’oeuvre. Pourquoi choisit-on cette forme de signature ? Lorsque l’auteur est connu, il peut vouloir souhaiter que le public apprécie son oeuvre pour ce qu’elle EST et non par rapport à une aura de célébrité…  Inversement, certaines personnes célèbres dans un autre domaine, se sont lancées dans la création artistique et vendent avec succès non en raison de la qualité de leurs travaux mais en raison justement de cette célébrité…

Mais là nous quittons le domaine Créatif pour entrer plutôt dans le domaine de l’expertise…

Dernière chose, dès que l’Artiste professionnel commercialise ses tableaux via un galeriste, il doit, indépendamment de ce qu’il inclut dans sa peinture, signer et dater chaque oeuvre sur son verso. Ces informations sont systématiquement reprises sur le certificat d’authenticité.

  • la datation

Elle peut se faire sur l’oeuvre elle-même, ou alors sur le certificat de garantie qui accompagne le tableau.

A noter que dans les temps anciens les verbes latins « fecit » ou « complevit » figuraient à côté de la signature et de l’année de la création.  Les tableaux faits sur commande comportaient la mention « cum privilegio » et figuraient toujours en bas à droite du tableau dans la zone non visible dans le cadre. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles le grand public ignore ces coutumes.

Ces « repères » sur l’Oeuvre ancrent celle-ci dans la vie de l’Artiste (certains artistes illustres ont eu une vie fort mouvementée et il est alors important de situer les oeuvres par rapport aux diverses étapes de leur vécu) mais situent également la Création dans le temps (l’époque). A titre d’exemple, l’un de mes amis, hyper-réaliste, reproduit les scènes extérieures telles qu’il les voit et même en l’absence de photos ou de moyen moderne de communication, on peut avec précision au vu d’un arbre ou d’un panneau de signalisation, situer l’époque où le tableau fut peint… car bien sûr rien ne reste figé…

Indépendamment des périodes de vies d’un même Artiste, il y a aussi les différents styles que ce même Artiste peut avoir au cours de sa vie…

La plupart des artistes contemporains peuvent se contenter, ici, de suivre les indications de leur(s) galeriste(e). Les professionnels sont toujours de bon conseil !

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR