L’appuie-main à baguette

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


 

L’appuie-main ne concerne QUE les artistes qui travaillent en position verticale ou inclinée, et qui peignent avec beaucoup de précision. A titre de comparaison, en dessinant debout au carré conté on appuie celui-ci sur la feuille, ce qui évite un trait tremblottant, ou alors on a une gestuelle très ample qui donne un mouvement dynamique et sûr… mais bien sûr aucun détail. Le pinceau lui, surtout celui de l’aquarelliste, effleure trèèès légèrement le papier. Si on veut être précis… il faut une main qui ne tremble pas ! D’où l’utilité de cet accessoire…

Dans les temps anciens, l’appuie-main avait une longueur variant entre 1m50 et 1m80, on le trouve actuellement surtout à 90 cm et en deux parties métalliques vissables alors qu’à l’origine il était en bois. A l’un des bouts il comporte une boule enveloppée d’un tissus ou d’un bout de peau… mais il faut aimer la ficelle qui pend… moi ça me dérangerait…

Les appuie-mains modernes ont le même diamètre d’un bout à l’autre mais certains vieux étaient plus agréables à manier, car leur diamètre variait, la partie la plus grosse se situant près de la main et s’affinant vers la boule.

Il existe également des appuie-coudes, moins courants... Ceux qui voudraient se documenter pourront en trouver la description technique dans le livre de PL BOUVIER - Manuel des jeunes artistes et amateurs en peinture. 

Pour peu que l’on ait l’esprit inventif on peut très facilement fabriquer soi-même l’outil qui correspond exactement à notre manière de travailler.

Pourquoi cette adaptation ?

Parce que chacun travaille autrement… il y a des artistes peignant debout avec leur papier à plat sur une table… d’autres debout devant leur chevalet… moi je suis debout pour les abstraits et assise pour les autres travaux…

Pour ceux qui comme moi trouvent inutile d’investir… voici comment se faire facilement des appuie-main…

a) tenir compte du format du tableau pour la longueur de l’outil
b) choisir du matériel léger, solide et… multi-usages

quelques idées en images :

On peut vraiment se servir de tout objet qu’on a sous la main…
si on dispose d’un embout plastique à mettre au bout c’est bien, mais sinon… il suffira de poser le bout de la baguette à côté du travail et ce support pourra être : une table, le cadre qui tend le papier, le chevalet lui-même…).

Il vous faut un embout souple et doux ? pensez à la gomme mie-de-pain autour de laquelle il suffira de mettre un petit bout de film alimentaire (pour ne pas la salir et permettre sa ré-utilisation).

Pour les facebookiens, voici un clip montrant bien l’usage en milieu académic (Angel – Florence) de cet instrument.

(les images qui documentent cet articles sont du domaine public selon google)

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR