Fixatifs… le point pour préserver ses créations artistiques

© contenu intégral du site sous copyright
© ALLENBACH CHRISTIANE

 


Avant de décider si oui ou non il faut utiliser un fixatif… voyons quels produits existent et pourquoi ils ont été conçus…

J’ai essayé la plupart d’entre eux et j’ai également consulté d’autres artistes avant de vous faire part du point de vue le plus juste possible avec les produits existant sur le marché en 2013/2014.

fixatifs universels
(Lascaux, Schmincke, Jaxell, Gerstaecker, Artist-Soft etc…)

acrylique
broux de noix
– café concentré
crayons gras
craie
encre | encre de Chine
fusain
graphite
huile
tempera

fixatifs pour aquarelle ou gouache
(Lefranc bourgeois…)

Certains fixatifs (Lascaux) sont à base d’acrylique et censés résister à la lumière, tout en préservant la qualité de l’oeuvre. D’autres fixatifs (Schmincke) ont des composants alcoolisés donc sèchent plus vite mais ils exigent de l’adresse dans l’application sinon on se retrouve avec des gouttes désagréables sur une belle création. Ils contiennent souvent du gaz et même s’ils n’affectent pas le couche d’ozone… ils restent interdits dans la plupart des cours dans les grandes écoles artistiques. A titre d’exemple, aux Beaux-Arts il est strictement interdit de se servir du moindre spray donc ni laque-à-cheveux ni fixatifs… la seule solution consiste donc avant de rentrer, que chaque étudiant prenne soin d’étaler ses oeuvres en plein air et de les vaporiser… ce qui bien sûr ne marche que par beau temps… d’où l’intérêt de choisir le crayon gras ou le Carré-Conté, lesquels supportent un voyage mieux que le fusain.

Le fixatif présente un intérêt évident dans certaines techniques de pastel, où il empêche la couche du dessous de virer lors de l’application de la couche suivante, sachant que la dernière couche de pastel ne doit jamais être recouverte. Pourtant, beaucoup d’Enseignants-pastellistes déconseillent fortement l’usage de fixatif…

L’un des meilleurs fixatifs reste à mon sens le Lascaux, suivi de près par Schmincke… mais pour fixer des esquisses aux carrés conté, le fixatif conçu spécialement à cet usage est le meilleur : fixatif Conté-Paris.

Lorsqu’on travaille en espace alternatif ou en atelier et qu’il faut faire vite… la solution à mon avis est de prévoir du papier cristal pour protéger les travaux destinés à voyager. Il s’agit d’un papier transparent conçu spécialement pour les formats raisin et plus, et il se présente sous forme de housse, en paquets de vingt feuilles et parfois de cinquante.

Pour le travail sur carnet de croquis en outdoor, rien ne s’oppose à emmener du fixatif mais on peut aussi intercaler des papiers essuie-tout qui éviteront le frottement durant le transport.

Pour ou contre les fixatifs ?

En pastels & fusains, la méthode de travail dépendra grandement du choix ou non d’utiliser un fixatif… la technique est complètement différente. D’aucuns avancent que de grands Maîtres travaillaient avec les fixatifs mais soyons réalistes… à l’époque des grands Maîtres comme par exemple Léonard de Vinci… les fixatifs n’existaient pas encore !!!

J’ai donc mené ma propre enquête… et j’ai choisi pour ma part de ne PAS utiliser de fixatif, de quelque marque que ce soit, pour les AQUARELLES ni  pour le fusain (qui est terni et vire au gris) et le craie qui elle supporte très mal mais alors vraiment très mal, ce genre de traitement). On peut contrebalancer légèrement en renforçant le médium appliqué mais… pourquoi se compliquer la tâche alors qu’il suffit d’encadrer pour préserver le travail ?  Pour l’huile il existe des vernis spécifiques.

Le fixatif ne protège en règle générale pas autant que les publicités veulent nous faire croire… on peut aisément s’en passer et personnellement, comme beaucoup d’artistes célèbres, je ne prends pas le risque de voir se ternir au fil des années un travail sur lequel j’ai passé des heures…

Autant profiter des conseils que nous donnent ceux qui expérimentent depuis des décennies… et qui ont suffisamment de recul. Pour ma part, je peins depuis 2009 et je ne peux donc pas observer de réactions sur 10 ou 20 ans des additifs et fixateurs. Par contre je me note consciencieusement les caractéristiques techniques particulières et chaque article est rédigé après de longues observations et analyses de manière à être le plus « juste » possible et à donner des tuyaux efficients que le lecteur est libre d’appliquer ou pas…


Article mis à jour le 16 décembre 2013.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR