Encrer un dessin + technique mixte encre et aquarelle

© contenu intégral du site sous copyright

 

article actualisé le 22 août 2016 ___________


°

Je suis Aquarelliste par passion pour les transparences et les jeux entre l’eau et le médium… mais de temps à autre, pour obtenir un effet spécial ou avoir un rendu plus dessiné, j’aime travailler à l’Encre de Chine.


Cela offre aussi l’avantage, en outdoor, d’emmener moins de matériel… car à l’encre on peut travailler au calame ou s’en couper un sur place, avec un opinel…

Heu… choisir de préférence un sujet qui ne bouge pas trop… car travailler sur le motif n’est vraiment (mais alors vraiment pas de tout repos)… si on choisit un animal il faut miser sur la technique de l’approche et si on choisit un sujet original on se retrouve parfois à dessiner/peindre longuement dans une position inconfortable, à titre d’exemple le travail à l’encre des racines ci-dessous, qui ont les pieds dans l’eau;.. m’a obligée à travailler debout au milieu d’une rivière pendant assez longtemps avec toujours la crainte de laisser tomber un pinceau ou un crayon dans l’eau…

On peut bien sûr travailler l’encre au pinceau, à la plume (voir mon article sur les plumes), à l’aiguille etc… Un truc si l’on opte pour un instrument fait-maison : avoir à côté de sa feuille un papier de même qualité pour y faire quelques traits avant de commencer sur sa « vraie » feuille.

Il existe plusieurs types de calames pour travailler à l’encre, certains peuvent s’utiliser des deux côtés mais cela dépend de la manière de travailler, ceux-ci sont à mon goût un brin trop courts :

Dessiner avec du matériel directement prélevé dans la Nature augmente encore cette impression d’osmose lorsque je travaille en plein air.

Matériel de base :

  • du bon papier spécial calligraphie (ou aquarelle 300 g satiné)
  • si d’aventure vous préférez les manga’ il vous faut un comic-book Deleter (ici lien vers le meilleur fournisseur, Junku – Paris)
  • de bonnes plumes & porte-plumes, à choisir selon le style du travail à faire. On en trouve chez Junku mais aussi à TVHland mais il existe bien sûr d’autres fournisseurs (bien comparer les prix car ils sont très…heu « variables »…)
  • une aiguille (dans la nature une aiguille de PIN convient très bien, sinon : aiguille à tricoter spécial chaussettes qui s’achète par lot de quatre)
  • mais bien sûr il est tout à fait possible de travailler l’Encre de Chine (à acheter de préférence chez Junku !!) avec un pinceau, prendre alors un « chinois » ou si l’on doit beaucoup bouger en travaillant, au pinceau-plume-japonais de chez Pentel que voici. C’est vraiment un outil dont je ne voudrais plus me passer même s’il nécessite l’adjonction d’outils plus fins…


  ci-dessus en gris avec anneau rouge, plume spécial-calligraphie.

  • Un autre outil qui convient parfaitement pour compléter un travail au pinceau chinois est le Tradio : j’adore sa pointe triangulaire, mais il est parfois difficile à trouver en magasin, où inexplicablement il est rangé avec les feutres… En vente également chez Amazon. 

Pour encrer un dessin, que l’on travaille outdoor ou indoor, il faut… prendre son TEMPS.

On choisira ses outils en fonction du sujet, et de l’objectif au niveau du « rendu » qui peut être plutôt dessiné ou plutôt peint.

Pour ma part j’ai découvert ce type de travail pour des raisons mécaniques, car un souci de poignet me cause des douleurs intermittentes qui m’interdisent alors d’appuyer au crayon pour forcer les valeurs, et ce même en allant jusqu’au 8 ou 9 (graphite). Le travail à l’encre me permet de caresser le papier sans exercer de pression…

Une erreur de débutant est de se préparer TROP d’encre… elle sèche quand même assez vite. Je ne prends jamais la même palette que pour l’aquarelle mais du matériel de récupération. Aujourd’hui j’ai pris un couvercle réunissant quatre pots de yaourt… j’emmène un sachet pour les déchets et… je jette à la maison. Préservons la Nature qui est si généreuse avec nous.

a) encre de Chine pure (Junku ou Sennelier)
b) encre de Chine légèrement diluée
c) encre de Chine fortement diluée
d) eau pure

Voici les principales étapes… l’avancement du travail VARIE en fonction du résultat recherché… Pour un manga on commencera par encrer les contours… pour un travail au style dessiné on prendra juste une plume ou une aiguille… pour un travail plus « peint » on jouera avec plus d’eau… et pour un travail comportant comme celui qui va suivre, beaucoup de détails, il faut commencer dans un coin et avancer petit à petit pour éviter de loucher à la fin car ce type de dessin nécessite au minimum quatre heures de travail en continu.

Certains travaux comme les livres montrés plus haut  nécessitent de beaucoup diluer l’encre. D’autre moins…

Choisir le nombre de « valeurs » que l’on souhaite utiliser… souvent trois ou quatre suffisent pour un dessin encré. Le travail à l’encre et le travail à l’aquarelle ont ceci en commun que les deux nécessitent dès le départ le marquage des zones devant rester blanches car on utilise la blancheur du papier sans avoir ensuite la possibilité de « recouvrir » comme par exemple à l’huile (exemples ici) ou à l’acrylique (exemples ici)

Autre point commun entre aquarelle et encre : pour les deux on peut faire des tracés selon la technique du chemin d’eau. Ce point sera développé séparément…

C’est vraiment un travail de… patience. Ici j’ai voulu attirer l’attention sur le fait que ce dessin est réalisé en automne… d’où l’utilisation de 95 % d’encre pour 5 % d’aquarelle… J’ai aussi cherché à traduire la nature sombre de l’endroit… ici j’ai une photo prise par temps ensoleillé mais… aujourd’hui les nuages étaient noirs de pluie… L’avantage c’est… d’être plus tranquille dans ces moments-là, c’est appréciable. La cascade où j’ai dessiné au pinceau est à l’ombre de la forêt magique et vivifiante des Vosges du Nord et ceux qui voudront voir des photos prises à différents moments de l’année cliqueront ici.

Travailler en novembre avec des températures entre zéro et quatre degrés n’est pas plaisant pour tout le monde… mais permet de jouir du sifflement des oiseaux (nous sommes ici dans le Parc Naturel des Vosges du Nord et quelques espèces rares y séjournent temporairement). Le clapotis & bruits de la chûte d’eau est un autre ravissement… et pour rien au monde je ne m’en priverais…

C’est la journée mondiale de l’aquarelle aujourd’hui, du coup j’ai travaillé dehors le matin et je suis restée disponible l’après-midi…

Et voici le travail une fois terminé… l’ambiance typique aux mois de novembre y est… et nous attendons vivement le printemps.

L’encre de Chine convient également en technique mixte combinée à un autre médium. Mais il faut alors travailler au pinceau et pas à la plume car sinon on voit les raccords lorsqu’on regarde le travail de biais. Exemple (NON retouché au logiciel) :

Pour encrer un manga, je vous recommande le matériel de chez Junku. Donnez vous la peine de bosser à la plume plutôt qu’au marqueur indélébile, ce sera plus joli et plus « pro ». Mais de grâce ne succombez PAS à la tentation de faire la trame avec un logiciel… ce n’est pas dans la tradition des vrais mangaka. Certains pros le font (Reno Lemaire par ex) mais… à éviter, c’est rhédibitoire et anti-qualité.

Pour garder la planche propre, commencer en haut (à gauche ou à droite selon que vous soyez gaucher ou droitier) et en posant un essuie-tout sous la main, on n’est jamais assez prudent(e). Encrer ce n’est PAS rasant… c’est zen et ça détend… Un dessin soigneusement encré est mille fois plus beau qu’un machin bâclé par voie informatique…

Pour bien encrer à la plume, bien sûr il vaut mieux éviter d’avoir la tremblote et on y arrive en apprenant à dessiner… et en dessinant chaque jour une quinzaine de minutes peu importe le sujet. Ensuite, le tracé doit être fluide donc il faut prendre une plume de premier choix et de l’encre de qualité. Çà, c’est le MUST.

Tout en travaillant, il faut à la fois garder une vue d’ensemble du travail et anticiper en visualisant mentalement ce qu’on va faire juste avant exécution. La table lumineuse n’a son utilité que pour les pros qui savent déjà bien dessiner et qui doivent penser à avancer plus vite…  Elle est utile aussi pour refaire un personnage en changeant très légèrement de position… bref pour le mouvement.

Le mieux c’est avant d’encrer… de tester sa plume, en appuyant à la fois assez et pas trop fort pour une excellente fluidité du médium sur le papier. Si ça m… (pardon si cela loupe) il faut vérifier la manière de tenir sa plume et rectifier. La gestuelle est aussi importante en peinture qu’en dessin.

Les plumes larges se trouvent au rayon calligraphie. Elles peuvent rendre service en complément aux plumes plus fines servant au traçage.

Pour corriger, beaucoup prennent l’encre de Chine blanche… Pour moi elle n’est pas assez couvrante, je préfère l’écoline blanche que j’applique avec la pointe d’une aiguille à tricoter (la nettoyer tout de suite après).

Les mangas seront plus justes et plus beaux si l’on se donne la peine d’étudier :

> les échelles de valeurs (de gris) et les rapports avec la couleur
> les « canons » spécifiques au manga…
> les bases de la perspective

Dessiner un personnage entièrement imaginé nécessite quelques connaissances techniques qui sont certes rasantes à acquérir mais… font gagner un temps fou par après.

Je vous propose aussi des articles concernant la manière de prélever de l’encre d’un flacon sans avoir de pipette, ou alors d’oser utiliser la plume pour dessiner à l’encre selon modèles vivants grâce au réservoir.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR