LAVIS en aquarelle, Le Guide…

Un lavis consiste en clair à se munir d’un pinceau mouillé et à prendre dans une assiette ou sur une palette de la couleur que l’on y a préalablement déposée d’un tube ou provenant d’un godet.

Pour cela il faut savoir que le médium sortant d’un tube est plus dense et plus crémeux que celui en godets, ou en semi-godets et qu’ensuite c’est une question de transparence, semi-opacité ou opacité mais aussi de quantité d’eau. Plus on en met, plus le résultat devient transparent.


Avant de commencer, préparer un bon papier aquarelle en y dessinant une marge régulière le long de chaque bord, puis en la recouvrant de scotch. Du simple scotch de bureau convient pour les papiers de marque ARCHE ou BOCKINGFORD, pour tous les autres papiers il faudra recourir au scotch spécial « peintre ».

Surélever légèrement le bloc à l’arrière, puis plonger son pinceau dans l’eau. Prélever un peu de médium dans la palette ou l’assiette, et passer le pinceau sur le papier de haut en bas. (plus bas = lien vers mon clip)

Il existe des lavis unis (pour un ciel par beau temps par exemple) et des lavis dégradés, mais le débutant s’appliquera d’abord à obtenir une surface uniformément colorée avant de passer aux dégradés.

Un lavis peut s’appliquer sur papier sec ou préalablement mouillé de manière uniforme. Cette dernière option est préférable pour les dégradés.


Un « fond » ainsi traité peut servir de base pour un travail plus poussé. L’idéal est aussi de transposer concrètement l’exercice du LAVIS par l’exécution d’un petit paysage monochrome. Tous les effets spéciaux (perspective atmosphérique, intensités, contrastes etc…) sont obtenus en passant d’une couleur très fortement diluée à la couleur originale…

Pour permettre aux débutants de s’initier à l’aquarelle j’ai fait un petit clip de 5 mn qui reprend la gestuelle basique pour les différents types de lavis indiqués supra ainsi que pour l’application du sel.

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR