Encadrement… faire les bons choix…

Dans un article précédent que vous trouverez ici j’expliquais la différence entre les encadrements-maison, peu onéreux, les encadrement semi-pro et les encadrements professionnels.

Ici détail encadrement PROFESSIONNEL :

L’une des raisons qui me pousse à préférer malgré le coût le travail de l’encadreur professionnel c’est qu’avec le matériel standart que l’on trouve dans les grandes surfaces il est DIFFICILE voir IMPOSSIBLE  de trouver des pièces de rechange.

Dans les expositions en plein air les cadres peuvent s’entrechoquer en cas de rafale, j’ai testé récemment, et il faut soit reconvertir les cadres en cadres-d’expo-invendables soit les restaurer à la pâte à bois ce qui en temps-passé revient souvent aussi cher que de se procurer un cadre neuf…

Mais même en n’exposant qu’en salle, on peut avoir de petits soucis. Les Artistes qui font une exposition après l’autre sont souvent obligés de décadrer/recadrer pour ne pas devoir investir dans une centaine de cadres, minimum indispensable que l’on dépasse facilement si on mène plusieurs exposition de front…

Du coup, les languettes métalliques, dont la pointe est fichée dans le bois  à l’arrière du cadre, souffrent et au bout de seulement trois ou quatre décadrages | recadrages, elles se brisent.

L’alternative consisterait à disposer d’une agrafeuse à air comprimé qui permet de remplacer avantageusement ces accessoires bas de gamme qui ne tiennennt pas la route… La finition est parfaite et ressemble à ceci :

Le résultat est impeccable car ce système permet de bien garder le paquet en contact avec la vitre, évitant ainsi au fil des années voire des décennies toute pénétration d’humidité ou d’insectes…

La fixation en « U » supporte mieux les décadrages/recadrages que le système des languettes-pointues en métal que l’on trouve sur les cadres bas de gamme.

Mais cette qualité a un coût : l’agrafeuse professionnelle exige un investissement d’au moins cinq cent euros si on s’en sert régulièrement.

Ce matériel n’étant pas à portée de toutes les bourses, j’ai trouvé une manière de fixer un clou (à petite tête !!!) : lors de sa pause, il faut appuyer simultanément sur la partie arrière du tableau de manière à plaquer le paquet contre la vitre ET sur la base du clou. Ensuite avec un petit marteau, donner quelques coups. Le bois de ces cadres-basique étant généralement tendre, ça tient et pour le décadrage-recadrage il suffit de sortir les clous (à la main c’est facile) et de les remettre en place.

Ce bricolage vous permet de prolonger la durée de vie d’un cadre d’exposition.

L’expérience m’a en effet montré qu’il vaut mieux présenter ses travaux au public sous cadre même basique que sous film plastique et ce même si les bords sont nets et si le passepartout est fourni…

°

CHRISTIANE ALLENBACH RETOUR ACCUEIL facebook sous ALLENBACH CHRISTIANE WATERCOLOR